by François Villon (1431 - 1463)

Dame du ciel, regente terrienne
Language: French (Français) 
Available translation(s): ENG
Dame du ciel, regente terrienne, 
Emperière des infernaulx palux,
Recevez-moy, vostre humble chrestienne,
Que comprinse soye entre vos esleuz,
Ce non obstant qu'oncques riens ne valuz.
Les biens de vous, ma dame et ma maistresse,
Sont trop plus grans que ne suys pecheresse,
Sans lesquelz bien ame ne peult
Merir n'avoir les cieulx,
Je n'en suis mentèresse.
En ceste foy je vueil vivre et mourir.

À vostre Filz dictes que je suys sienne;
De luy soyent mes pechez aboluz:
Pardonnez-moy comme à l'Egyptienne,
Ou comme il feut au clerc Theophilus,
Lequel par vous fut quitte et absoluz,
Combien qu'il eust au diable faict promesse.
Preservez-moy que je n'accomplisse ce!
Vierge portant sans rompure encourir 
Le sacrement qu'on celebre à la messe.
En ceste foy je vueil vivre et mourir.

Femme je suis povrette et ancienne,
Qui riens ne sçay, oncques lettre ne leuz;
Au moustier voy dont suis paroissienne,
Paradis painct où sont harpes et luz,
Et ung enfer où damnez sont boulluz:
L'ung me faict paour, l'aultre joye et liesse.
La joye avoir faismoy, haulte Deesse,
A qui pecheurs doibvent tous recourir,
Comblez de foy, sans faincte ne paresse.
En ceste foy je vueil vivre et mourir.

Envoi
Vous portastes, digne Vierge, princesse,
Iesus regnant, qui n'a ne fin ne cesse.
Le Tout-Puissant, prenant nostre foiblesse,
Laissa les cieulx et nous vint secourir,
Offrit à la mort sa tres chiere jeunesse.
Nostre Seigneur tel est, tel le confesse,
En ceste foy je vueil vivre et mourir.

C. Debussy sets stanzas 1-3

About the headline (FAQ)

Modernized spelling provided by Laura Prichard (not used by Debussy):
Dame du ciel, régente terrienne,	
Emperière des infernaux palus,
Recevez moi, votre humble chrétienne,	
Que comprise soie entre vos élus,	
Ce non obstant qu'oncques rien ne valus.	
Les biens de vous, ma Dame et ma Maîtresse,	
Sont trop plus grands que ne suis pécheresse,	
Sans lesquels biens âme ne peut mérir	
N'avoir les cieux. Je n'en suis menteresse.	
En cette foi je veux vivre et mourir.	

A votre Fils dites que je suis sienne;	
De lui soient mes péchés abolus;	
Pardonnez moi comme à l’Égyptienne,
Ou comme il fit au clerc Théophilus,
Lequel par vous fut quitte et absolus,	
Combien qu'il eût au diable fait promesse	
Préservez-moi que je n'accomplisse ce!	
Vierge portant, sans rompure encourir,
Le sacrement qu'on célèbre à la messe:
En cette foi je veux vivre et mourir.	

Femme je suis pauvrette et ancienne,	
Qui rien ne sais; oncques lettre ne lus.	
Au moutier vois dont suis paroissienne
Paradis peint, où sont harpes et luz,	
Et un enfer où damnés sont boullus:	
L'un me fait peur, l'autre joie et liesse.	
La joie avoir fais moi, haute Déesse,	
A qui pécheurs doivent tous recourir,	
Comblés de foi, sans feinte ne paresse:	
En cette foi je veux vivre et mourir. 

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , "Ballade that Villon wrote at the request of his mother [in order] to pray to Our Lady [Mary]", copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 39
Word count: 247