by Henri Blaze de Bury (1813 - 1888)

La chanson du maître Floh
Language: French (Français) 
Un soir qu'on faisait vendange,
La cruche de maître Floh
Se gorgea de vin nouveau,
Et sur le soir, chose étrange,
Fut ivre comme un bédeau.
Alors, elle se remue,
Et d'un pas lent et peu sur,
Saute et va battant le mur,
Et s'échauffe et court et sue
D'amples gouttes de vin pur.
Elle rit, et tourne et danse,
Fait tant d'éclat et de bruit
Que sur la fin de la nuit,
Voilà que sa grosse panse,
Est trouée, et qu'elle fuit.

Pourtant maître Floh arrive,
Se signe et dit un pater
Pour sauver son vin d'hier,
Qu'en son ivresse lascive
La cruche emporte dans l'air.
Ensuite pour que nul n'entre,
Il ferme la porte à clef,
Et prenant le pot fêlé,
Il en gloutit dans son ventre
Le vin rouge en s'écriant:
"Sur ma tête, amis, voilà! le seul pot
Qui ne soit pas en défaut,
Et la seule cruche faite pour garder le vin nouveau!"
Ainsi disait, maître Floh.

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 29
Word count: 162