Six Romances pour Voix et Piano

Song Cycle by Sophie-Marguerite Merken (1776 - 1821)

Word count: 548

1. Le Souvenir [sung text checked 1 time]

Ils ne sont plus ces jours que ma constance
Jusqu'au trépas devoit faire envier
D'un bien perdu n'ai plus que souvenance
Feroit bien mieux hélas de l'oublier.

Au temps passé malgré moi si je pense
De pleur d'amour sens mes yeux se mouiller
Oh c'est malheur d'en garder souvenance
Et c'est malheur hélas de l'oublier.

Doux souvenir tiens moi lieu d'espérance
Et mon bonheur n'a pas fuit tout entier
Sais bien qu'on meure d'en garder souvenance
Mais comment vivre hélas et l'oublier.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

2. La Dormeuse [sung text checked 1 time]

Réveillez-vous, belle dormeuse,
Si ce baiser vous fait plaisir ;
Mais si vous êtes scrupuleuse,
Dormez, ou feignez de dormir.
 
Craignez que je ne vous réveille,
Favorisez ma trahison ;
Vous soupirez, votre cœur veille,
Laissez dormir votre raison.
 
Souvent quand la raison sommeille,
On aime sans y consentir ;
Pourvu qu’Amour ne nous réveille
Qu’autant qu’il faut pour le sentir.
 
Si je vous apparais en songe,
Jouissez d’une douce erreur ;
Goûtez les plaisirs du mensonge
Si la vérité vous fait peur.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

3. Le Ruisseau [sung text checked 1 time]

Ruisseau qui baignes cette plaine,
Je te ressemble en bien des traits.
Toujours même penchant t’entraîne :
Le mien ne changera jamais.

Tu fais éclore des fleurettes :
J’en produis aussi quelquefois.
Tu gazouilles sous ces coudrettes :
De l’amour j’y chante les lois.

Ton murmure flatteur et tendre
Ne cause ni bruit ni fracas ;
Plein du souci qu’amour fait prendre,
Si je murmure, c’est tout bas.

Rien n’est dans l’Empire liquide
Si pur que l’argent de tes flots ;
L’ardeur qui dans mon sein réside
N’est pas moins pure que tes eaux.

Des vents qui font gémir Neptune
Tu braves les coups redoublés ;
Des jeux cruels de la fortune
Mes sens ne sont jamais troublés.

Je ressens pour ma tendre amie
Cet amoureux empressement
Qui te porte vers la prairie
Que tu chéris si tendrement.

Quand Thémire est sur ton rivage,
Dans tes eaux on voit son portrait ;
Je conserve aussi son image ;
Elle est dans mon cœur, trait pour trait.

Tu n’as point d’embuche profonde ;
Je n’ai point de piège trompeur.
On voit jusqu’au fond de ton onde ;
On voit jusqu’au fond de mon cœur.

Au but prescrit par la nature
Tu vas, d’un pas toujours égal,
Jusqu’au temps où par sa froidure,
L’hiver vient glacer ton cristal.

Sans Thémire je ne puis vivre ;
Mon but à son cœur est fixé.
Je ne cesserai de le suivre
Que quand mon sang sera glacé.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

4. Le papillon [sung text checked 1 time]

Papillon ton penchant volage
Te porte à tout sans t'arrêter
Tu voltige rien ne t'engage
Ah que ne puis-je t'imiter

De l'Amour tu n'as que les ailes
Ce dieu me retient dans ses fers
Tu ne trouve point de cruelles
C'est une ingrate que je sers.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

5. Les Agréments de la Solitude [sung text checked 1 time]

Dans cette aimable solitude
Sous l'ombrage de ces ormeaux
Exempt de soins d'inquiétude
Mes jours s'écoulent en repos

Jouissant enfin de moi même
Ne formant plus de vains désirs
J'éprouve que le bien suprême
C'est la paix et non les plaisirs.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

6. Vol des flèches de Cupidon [sung text checked 1 time]

Diane un jour dans un bois sombre
Vit Cupidon dormir à l'ombre
« Me voilà donc maîtresse de son sort
Vengeons nous en tandis qu'il dort. »

Tous les mortels versent des larmes
Pour ses appas vains et trompeurs
Si je lui peux voler ses armes
Je rends la paix à tous les cœurs.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]