Chansons et rondeaux choisis de Charles d'Orléans 1er cahier

by Charles Colas

Word count: 541

1. Dedans mon livre de pensée [sung text not yet checked]

Dedens mon Livre de Pensee, 
J'ay trouvé escripvant mon cueur 
La vraye histoire de douleur, 
De larmes toute enluminee, 
En deffassant la tresamee 
Ymage de plaisant doulceur, 
Dedens mon Livre de Pensee.

Helas ! ou l'a mon cueur trouvee ? 
Lez grossez gouttez de sueur 
Lui saillent, de peinne et labeur 
Qu'il y prent, et nuit et journee, 
Dedens mon livre de Pensee.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Gertrude Norman)

Modernized version:
Dedans mon Livre de Pensée, 
J'ai trouvé écrivant mon cœur 
La vraie histoire de douleur, 
De larmes toute enluminée,
En effaçant la très aimée 
Image de plaisant douceur, 
Dedans mon Livre de Pensée !
Hélas ! où l'a mon cœur trouvée ? 
Les grosses gouttes de sueur 
Lui saillent, de peine et labeur 
Qu'il y prend, de nuit et journée, 
Dedans mon Livre de Pensée !

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Tellement quellement [sung text not yet checked]

Tellement, quellement, 
Me faut le temps passer,
Et soucy amasser 
Mainteffoiz mallement.

Quant ne puis nullement 
Ma fortune casser, 
Tellement, quellement,
Me faut le temps passer.
 
J'iray tout bellement,
Pour paour de me lasser, 
Et sans trop m'enlasser
Ou monde follement 
Tellement, quellement.

Authorship

Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 66, titled "Chanson XCIV"; titled "Rondeau CLVII" in the 1992 edition Ballades et Rondeaux, Paris, Éd. du Livre de poche, collection Lettres gothiques, page 454.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. La voyez-vous là, la lime sourde [sung text not yet checked]

La véez-vous là la lyme sourde
Qui pense plus qu'elle ne dit ?
Souventesfoiz s'esbat et rit
A planter une gente bourde.

Contrefaisant la coquelourde 
Soubz ung malicieux abit :
La véez-vous là la lyme sourde
Qui pense plus qu'elle ne dit ?

Quelque part que malice sourde,
Tost congnoist s'il y a prouffit :
Benoist en soit le Saint-Esperit 
Qui de si finete me hourde, 
La véez-vous là la lyme sourde ? 

Authorship

Confirmed with Les poésies du duc Charles d'Orléans, Paris, a la Librairie, Quai Malaquais, J. Belin-Leprieur et Colomb de Batines, 1842, pages 255-256, titled "Chanson CIV"; titled "Rondel CXLVI" in the 1992 edition Ballades et Rondeaux, Paris, Éd. du livre de poche, collection Lettres gothiques, page 442.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Petit mercier ! Petit panier [sung text not yet checked]

Petit mercier, petit pannier ! 
Pourtant se je n'ay marchandise 
Qui soit du tout à vostre guise,
Ne blasmez, pource, mon mestier.

Je gangne denier à denier, 
C'est loings du tresor de Venise,
(Petit mercier, petit pannier !)
Pourtant se je n'ay marchandise.

Et tandis qu'il est jour ouvrier,
Le temps pers quant à vous devise :
Je voys parfaire mon emprise
Et par my les rues crier : 
Petit mercier, petit pannier !

Authorship

See other settings of this text.

Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, pages 46-47.

Modernized version, as set by Jean Françaix:

Petit mercier! Petit panier!
Pourtant si je n'ai marchandise
Qui soit du tout à votre guise,
Ne blâmez pour ce mon métier.

Je gagne denier à denier,
C'est loin du trésor de Venise,
Petit mercier! Petit panier!
Pourtant si je n'ai marchandise.

Tandis qu'il est jour ouvrier,
Le temps perds quand à vous devise:
Je vais parfaire mon emprise
Et parmi les rues crier:
Petit mercier! Petit panier!

Researcher for this text: Harry Joelson

5. Levez ces couvrechefs plus haut [sung text not yet checked]

Levez ces cuevrechiefs plus hault, 
Qui trop cuevrent ces beaulx visaiges ;
De riens ne servent telz umbraiges,
Quant-il ne fait hale ne chault.

En fait a beaulté, que tant vault, 
De la musser tort et oultraiges :
Levez ces cuevrechiefs plus hault, 
Qui trop cueuvrent ces beaulx visaiges.

Je sçay bien qu'a Dangier n'en chault,
Et pense qu'il ait donné gaiges
Pour entretenir telz usages : 
Mais l'ordonnance rompre fault,
Levez ces cuevrechiefs plus hault. 

Authorship

See other settings of this text.

Confirmed with Les poésies du Duc Charles d'Orléans, Paris, J. Belin-Leprieur et Colomb de Batines, 1842, pages 52-53.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. En hiver, du feu, du feu [sung text not yet checked]

En yver, du feu, du feu !
Et en esté, boire, boire !
C'est de quoy on fait memoire,
Quant on vient en aucun lieu.

Ce n'est ne bourde, ne jeu,
Qui mon conseil vouldra croire :
En yver, du feu, du feu !
Et en esté, boire, boire !

Chaulx morceaulx faiz de bon queu
Fault en froit temps, voire, voire ;
En chault, froide pomme ou poire
C'est l'ordonnance de Dieu :
En yver, du feu, du feu !

Authorship

See other settings of this text.

Note: queu = cuisinier

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. Puis ça, puis là [sung text not yet checked]

Puis çà, puis là 
Et sus et jus,
De plus en plus
Tout vient et va.

Tous on verra,
Grans et menus :
Puis çà, puis là
Et sus et jus.

Vieulx temps desjà 
S'en sont courrus,
Et neufz venus,
Que dea, que dea,
Puis çà, puis là.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Le fer est chaud il le faut battre [sung text not yet checked]

Le fer est chault, il le fault batre,
Vostre fait que savez va bien ;
Tout le saurez, sans celer rien, 
Se venez vers moy vous esbatre. 

Il a convenu fort combatre,
Mais, s'il vous plaist, parfait le tien 
Le fer est chault, il le fault batre, 
Vostre fait que savez va bien.

Convoitise vouloit rabatre
Escharsement et trop du sien ;
Mais ung peu j'ay aidié du mien,
Qui l'a fait cesser de debatre.
Le fer est chault, il le fault batre.

Authorship

Confirmed with Poésies complètes de Charles d'Orléans. Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome 1, Paris, Ernest Flammarion, 1896, pages 185-186.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]