Les sept poèmes d'amour en guerre

Song Cycle by Edward Staempfli (1908 - 2002)

Word count: 627

1. Une navire dans tes yeux [sung text not yet checked]

Un navire dans tes yeux
Se rendait maître du vent
Tes yeux étaient le pays
Que l'on retrouve en un instant

Patients tes yeux nous attendaient

Sous les arbres des forêts
Dans la pluie dans la tourmente
Sur la neige des sommets
Entre les yeux et les jeux des enfants

Patients tes yeux nous attendaient

Ils étaient une vallée
Plus tendre qu'un seul brin d'herbe
Leur soleil donnait du poids
Aux maigres moissons humaines

Nous attendaient pour nous voir
Toujours
Car nous apportions l'amour
La jeunesse de l'amour
Et la raison de l'amour
La sagesse de l'amour
Et l'immortalité.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Jour de nos yeux mieux peuplés [sung text not yet checked]

Jour de nos yeux mieux peuplés
Que les plus grandes batailles

Villes et banlieues villages
De nos yeux vainqueurs du temps

Dans la fraîche vallée brûle
Le soleil fluide et fort

Et sur l'herbe se pavane
La chair rose du printemps

          *

Le soir a fermé ses ailes
Sur Paris désespéré
Notre lampe soutient la nuit
Comme un captif la liberté.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. La source coulant douce et nue  [sung text not yet checked]

La source coulant douce et nue
La nuit partout épanouie
La nuit où nous nous unissons
Dans une lutte faible et folle

           *

Et la nuit qui nous fait injure
La nuit où se creuse le lit
Vide de la solitude
L'avenir d'une agonie.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. C'est une plante qui frappe [sung text not yet checked]

C'est une plante qui frappe
À la porte de la terre
Et c'est un enfant qui frappe
À la porte de sa mère
C'est la pluie et le soleil
Qui naissent avec l'enfant
Grandissent avec la plante
Fleurissent avec l'enfant

J'entends raisonner et rire

          *

On a calculé la peine
Qu'on peut faire à un enfant
Tant de honte sans vomir
Tant de larmes sans périr
Un bruit de pas sous la voûte
Noire et béate d'horreur
On vient déterrer la plante
On vient avilir l'enfant

Par la misère et l'ennui.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Le coin du cœur disaient-ils gentiment [sung text not yet checked]

Le coin du cœur disaient-ils gentiment
Le coin d'amour et de haine et de gloire
Répondions-nous et nos yeux reflétaient
La vérité qui nous servait d'asile

Nous n'avons jamais commencé
Nous nous sommes toujours aimés
Et parce que nous nous aimons
Nous voulons libérer les autres
De leur solitude glacée
Nous voulons et je dis je veux
Je dis tu veux et nous voulons
Que la lumière perpétue
Des couple brillants de vertu
Des couples cuirassés d'audace
Parce que leurs yeux se font face

Et qu'ils ont leur but dans la vie des autres.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Nous ne vous chantons pas trompettes [sung text not yet checked]

Nous ne vous chantons pas trompettes 
Pour mieux vous montrer le malheur 
Tel qu'il est très grand très bête 
Et plus bête d'être entier 

Nous prétendions seule la mort 
Seule la terre nous limite 
Mais maintenant c'est la honte 
Qui nous mure tout vivants 

Honte du mal illimité 
Honte de nos bourreaux absurdes 
Toujours les mêmes toujours 
Les mêmes amants d'eux-mêmes 

Honte des trains de suppliciés 
Honte des mots terre brûlée 
Mais nous n'avons pas honte de notre souffrance 
Mais nous n'avons pas honte d'avoir honte 

Derrière les guerriers fuyards 
Même plus ne vit un oiseau 
L'air est vide de sanglots 
Vide de notre innocence 

Retentissant de haine et de vengence

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. Au nom du front parfait profond [sung text not yet checked]

Au nom du front parfait profond
Au nom des yeux que je regarde
Et de la bouche que j'embrasse
Pour aujourd'hui et pour toujours

Au nom de l'amour enterré
Au nom des larmes dans le noir
Au nom des plaintes qui font rire
Au nom des rires qui font peur

Au nom des rires dans la rue
De la douceur qui lie nos mains
Au nom des fruits couvrant les fleurs
Sur une terre belle et bonne

Au nom des hommes en prison
Au nom des femmes déportées
Au nom de tous nos camarades
Martyrisés et massacrés
Pour n'avoir pas accepté l'ombre

II nous faut drainer la colère
Et faire se lever le fer
Pour préserver l'image haute
Des innocents partout traqués
Et qui partout vont triompher.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]