Poème du souvenir

Song Cycle by Jules Massenet (1842 - 1912)

Word count: 573

English translation: Memorial ( Jean-Pierre Granger)

1. Lève-toi [sung text checked 1 time]

Lève-toi, chère ensevelie !
Déchire ton linceuil de fleurs.
Tu n'as pas oublié mes pleurs ?
-- La plus [chère]1 larme s'oublie.

Je te retrouve un peu pâlie :
Qui t'a pris tes chères couleurs ?
-- J'ai longtemps dormi sous [les]2 fleurs,
Et le plus doux charme s'oublie !

Je ne sais par quelle folie,
Je t'aime encore sous tes pâleurs ?
Viens !... les roses boiront tes pleurs !
-- Le chemin des roses l'oublie !

Je meurs de ta mélancholie.
Viennent de nouvelles douleurs !
C'est le printemps ! Cueillons des fleurs !
Lève-toi, chère ensevelie !

Authorship

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

View original text (without footnotes)

Confirmed with Armand Silvestre, Poésies, 1866-1872, Paris, Alphonse Lemerre, 1872, page 93.

1 Massenet: "douce"
2 Massenet: "des"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. L'air du soir emportait [sung text checked 1 time]

L'air du soir emportait sous les feuillages sombres,
Comme un parfum du ciel, l'âme des voluptés ;
Les rêves se levaient partout avec les ombres ;
Celle qui fut mon cœur était à mes côtés.

Nous suivions les grands bois, parmi l'herbe mouillée,
L'air au front, l'œil au ciel, la bruyère aux genoux,
Et comme elle sortait, blanche, de la feuillée,
Une source se prit à gémir près de nous.

Ce sanglot sans pitié, poursuivant mon oreille,
S'en fut jusqu'à mon cœur joyeux et l'affligea :
La santé fleurissait, sa beauté sans pareille,
Et je cherchais pourquoi l'on pleurait déjà !

Authorship

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Un souffle de parfums [sung text checked 1 time]

Un souffle de parfums s'élève
Des taillis profonds, où son rêve
Suivait le vol d'un long espoir ...
Me vient-il de sa lèvre amie ?
-- Non ! ce sont les fleurs que le soir
Mêle à bruyère endormie.

Une musique douce et frèle
Sur mes pas murmure pour elle
L'adieu à tout ce qu'elle fuit...
Mon Dieu, j'entends sa voix dans l'ombre.
-- Non ! c'est la chanson que la nuit
Apprend tout bas au grand bois sombre.

Nuit auguste, bois solitaire
Qui voilez d'un double mystère
Le secret des bonheurs passés,
Rendez-moi l'haleine embaumée,
Et les cheveux des fleurs tressés,
Et la voix de la bien-aimée !

Authorship

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Dans l'air plein de fils de soie [sung text checked 1 time]

Dans l'air plein de fils de soie,
Montaient les lys palpitants,
Les lys que l'aube déploie:
Ma mie était toute joie...
Oh ! le beau jour de printemps !

L'air où flottait la caresse
D'un clair de lune [enchanté]1,
Baignait ma blanche maîtresse.
Ma mie était toute ivresse...
Oh ! la [belle]2 nuit d'été !

[Le vent]3 qui siffle à ma porte,
Seul, bat mon seuil entr'ouvert.
Ma plainte, le vent l'emporte :
Ma mie est peut-être morte !...
Oh! le triste soir d'hiver !

Authorship

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

View original text (without footnotes)
1 Massenet: "argenté"
2 Massenet: "douce"
3 Massenet: "L'air froid"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Pour qu'à l'espérance [sung text checked 1 time]

Pour qu'à l'espérance il ne cède,
J'ai muré mon cœur révolté
Dans la morne fidélité
Du souvenir qui le possède.

Vers l'horizon où l'aube a lui
Pour qu'un vain rêve ne l'emporte,
Comme une inexorable porte,
J'ai fermé le Passé sur lui.

J'ai dit : Ma part me fut comptée
D'aimer sans en pouvoir mourir.
L'ombre est douce à qui veut souffrir ;
Que me ferait l'aube enchantée ?

Puisque ne peut m'être rendu
L'heur de revoir le doux visage
Qui fut ma joie et mon courage
Et que, perdant, j'ai tout perdu !

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Poésies de Armand Silvestre: 1872-1878. La chanson des heures, Volume 2, Paris, Alphonse Lemerre, 1887, pages 213-214.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Épitaphe [sung text checked 1 time]

[ ... ]

Souvenir éternel, regret inconsolé,
Amour qui fus ma vie et qui t'es envolé,
[ ... ]

Authorship

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]