by Henri Cazalis (1840 - 1909), as Jean Lahor

Taliesin
Language: French (Français) 
    Il disait qu'il avait été tour à tour 
    chêne, oiseau, épée, lyre aux mains 
    des anciens bardes. 
            (Légende celtique.) 

J'étais dans l'arbre au temps passé, 
Les printemps ont gonflé ma sève ;
Dans l'air d'autrefois j'ai versé
Ma plainte, mes soupirs, mon rêve : 

C'est pourquoi mon âme souvent 
Comme une forêt qui résonne, 
Comme un arbre agité du vent, 
Soupire, retentit, frissonne. 

Aigle, un jour, les vents m'ont porté, 
Et sur les neiges éternelles, 
Ivre d'air et d'immensité, 
Largement j'ai battu des ailes : 

C'est pourquoi si haut dans les cieux 
S'envole et plane ma pensée, 
Les soirs, lorsque je suis des yeux 
La lune par la nuit bercée. 

Aux temps anciens j'ai combattu : 
J'étais hache, j'étais épée ; 
Ô mon âme, te souviens-tu 
Du sang rouge où tu t'es trempée? 

Et c'est pourquoi sur les méchants, 
Sans pitié, sans mercis ni trêves, 
Parfois mes vers frappent tranchants, 
Tranchants et lourds comme des glaives ! 

Et fou, si dans le même jour 
Vous m'entendez pleurer et rire, 
C'est que jadis, vibrant d'amour, 
Je fus les cordes d'une lyre !

Confirmed with Œuvres de Jean Lahor. L'illusion, Paris, Alphonse Lemerre, 1906, pages 168-169.


Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website: 2018-12-05
Line count: 32
Word count: 186