by Maurice Bouchor (1855 - 1929)

Or je contemplais sa fenêtre
Language: French (Français) 
Or je contemplais sa fenêtre. 
Pourquoi ? je ne le sais pas bien.
  Peut-être 
Me direz-vous que c'est pour rien.

Quoi qu'il en soit, je vis ses ailes.
Si vous n'en croyez pas un mot,
  Les belles
Vous le feront croire bientôt.

Cette fenêtre était très-haute.
Ce n'est pas, bien que je sois fou,
  Ma faute,
Si je m'y suis rompu le cou.

Mais tout est possible en ce monde,
Depuis que j'ai vu de mes yeux
  La blonde
Se pencher pour m'écouter mieux.

Pourquoi donc alors lui parlai-je
De fleurs qui poussent n'importe où ?
  La neige
Des beaux lis fleurit sur son cou.

Pourquoi donc lui conter les choses
D'avril errant par les chemins ?
  Ô roses
De sa jeunesse, œillets, jasmins !

Pourquoi tout penser et tout dire ?
Quand j'aurais dû la regarder
  Sourire,
A quoi bon tant lui demander ? 

Lorsque j'étais sous la fenêtre,
Pourquoi parler, ivre et joyeux ?
  Peut-être
Un baiser de loin valait mieux.

Mais la nuit fut belle, et qu'importe,
Ô mon cœur, puisque j'ai poussé
  La porte
Par où l'on sort du noir passé ?

Et que mon àme va, sans prendre
Aucun souci de ses douleurs,
  S'épandre
A travers les sentiers eu fleurs ?

A. Gédalge sets stanzas 5-10

About the headline (FAQ)

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website: 2011-02-01
Line count: 40
Word count: 206