The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Le long des eaux, où se bagne De Babylon la campagne, Abbatus

Language: French (Français) after the Latin

Le long des eaux, ou se bagne
De Babylon la campagne,
Abbatus d’affliction,
Contre terre nous nous mismes,
Et force pleurs espandismes,
Nous souvenans de Sion.
Nous souvenans de nos pertes,
Parmi ces plaines desertes
Ou nous nous voyons reclus
En miserable servage,
Aux saules verds du rivage
Nous attachasmes nos Luths.
Ceux qui captifs nous menerent,
Mile plaisirs se donnerent
De nos piteuses façons:
Et en pleurs nous voyans fondre,
Venoyent, helas ! nous semondre
De leur dire des chansons.
Eux, qui nous causoyent le plaindre,
Vouloyent encor' nous contraindre
De faire les resjouis :
Chantez, disoyent ces rustiques,
Chantez nous quelques Cantiques
De ceux de vostre païs.
Comment se pourroit—il faire
Que les chants nous peussent plaire,
Tant que captifs nous serons ?
Pourrions-nous, en terre estrange,
Faire bruire la louange
Du Dieu que nous adorons ?

Seconde partie

Si jamais jour de ma vie,
Ô ! Jerusalem, j'oublie
De toy le doux souvenir,
Que ma main sur l’heure puisse
Mettre en oubli son office
Et percluse devenir.
Puisse ma langue seichée
Estre à ma gorge attachée,
S'il ne me souvient de toy :
Et si toujours en memoire
Je ne me remets ta gloire
Et l'amour que je te doy.
Si autre joye plus douce,
Si autre plaisir me pousse
Parmi ce triste sejour,
Si j'ay rien qui me contente
(Ô ! Sion) fors que l'attente
De te revoir quelque jour.

Troisiesme partie

Seigneur, ayes souvenance
De la fiere contenance
Des fils d’Edom, ce jour-là
Que la ville fut forcée,
Et que ta main courroucée
Jerusalem desola.
Ils crioyent, bouffis de rage,
A nos ennemis: Courage,
Rasez jusqu'aux fondements
Ces edifices superbes,
Rasez à l'esgal des herbes
Ces orgueilleux bastimens.
Ô ! Babylon miserable,
Qui dois d’un malheur semblable
Sentir un jour les effects,
Heureux celuy-là puisse estre
Qui te fera recognoistre
Les maux que tu nous as faits.
Heureux ! ô race cruelle,
Celuy qui de la mamelle
Tes petits arrachera,
Qui les jettera par terre,
Et contre une dure pierre
Sans pitié les froissera.


Source: Les œuvres poetiques du sieur de la Bergerie, avec les imitations tirees du Latin de Jean Bannefons, Paris, Abel l'Angelier, 1594.


Submitted by Guy Laffaille [Guest Editor]

Authorship


Based on

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Settings in other languages or adaptations:


Text added to the website: 2015-04-07.
Last modified: 2015-04-07 17:35:04
Line count: 74
Word count: 339

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works