Quatre Poèmes de Ch. d'Orléans

by Robert Caby (1905 - 1992)

Word count: 274

1. Allons nous ébattre [sung text not yet checked]

Allons nous ébattre,
Mon coeur, vous et moi !
Laissons, à part soi,
Souci se combattre.

Toujours veut débattre,
Et jamais n'est coi :
Allons nous ébattre,
Mon coeur, vous et moi !

On vous devrait battre,
Et montrer au doigt,
Si dessous sa loi
Vous laissez abattre.
Allons nous ébattre
Mon coeur, vous et moi !

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. En regardant ces belles fleurs [sung text not yet checked]

En regardant ces belles fleurs
Que le temps nouveau d'amours prie,
Chascune d'elle s'ajolie,
Et farde de plaisans couleurs;
Tant embasmées sont de odeurs
Qu'il n'est cueur qui ne rajeunie.
En regardant, etc.
Que le temps, etc.

Les oyseaulx deviennent danseurs
Dessus mainte branche fleurie,
Et font joyeuse chanterie,
De contres, des chans et teneurs.
En regardant, etc.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Pour ce que Plaisance est morte [sung text not yet checked]

Pour ce que Plaisance est morte
Ce may, suis vestu de noir;
C'est grand pitié de véoir
Mon coeur qui s'en désconforte.

Je m'abille de la sorte
Que doy, pour faire devoir,
Pour ce que Plaisance est morte,
Ce may, suis vestu de noir.

Le temps ces nouvelles porte
Qui ne veut déduit avoir;
Mais par force du plouvoir
Fuit des champs clore la porte,
Pour ce que Plaisance est morte.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Because pleasure is dead", copyright © 2001, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Ma seule Amour [sung text not yet checked]

Ma seule amour, ma joye et ma maistresse,
Puisqu'il me fault loing de vous demorer,
Je n'ay plus riens, à me reconforter,
Qu'un souvenir pour retenir lyesse.

En allegant, par Espoir, ma destresse,
Me couvendra le temps ainsi passer,
Ma seule amour, ma joye et ma maistresse,
Puisqu'il me fault loing de vous demorer.

Car mon las cueur, bien garny de tristesse,
S'en est voulu avecques vous aler,
Ne je ne puis jamais le recouvrer,
Jusques verray vostre belle jeunesse,
Ma seule amour, ma joye et ma maistresse.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]