Trois chansonnettes

Song Cycle by Léon Orthel (1905 - 1985)

Word count: 389

1. Le dormeur du val [sung text checked 1 time]

C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil de la montagne fière,
Luit; C'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pale dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme 
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font plus frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au coté droit.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Rêve pour l'hiver [sung text checked 1 time]

L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux.

Tu fermeras l'oeil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres des soirs,
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs.

Puis tu te sentiras la joue égratignée...
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou

Et tu me diras: "Cherche!" en inclinant la tête,
- Et nous prendrons du temps à trouver cette bête
- Qui voyage beaucoup

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Première soirée [sung text checked 1 time]

--- Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près. 

Assise sur ma grande chaise,
Mi-nue, elle joignait les mains. 
Sur le plancher frissonnaient d'aise
Ses petits pieds si fins, si fins. 

--- Je regardai, couleur de cire,
Un petit rayon buissonnier
Papillonner dans son sourire
Et sur son sein, --- mouche au rosier. 

--- Je baisai ses fines chevilles. 
Elle eut un doux rire brutal
Qui s'égrènait en claires trilles,
Un joli rire de cristal. 

Les petits pieds sous la chemise
Se sauvèrent : "Veux-tu finir!"
--- La première audace permise,
Le rire feignait de punir! 

--- Pauvrets palpitants sous ma lèvre,
Je baisai doucement ses yeux :
--- Elle jeta sa tête mièvre
En arrière : "Oh! c'est encor mieux!... 

Monsieur, j'ai deux mots à te dire..."
--- Je lui jetai le reste au sein
Dans un baiser, qui la fit rire
D'un bon rire qui voulait bien... 

--- Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]