by Armand Renaud (1836 - 1895)

La solitaire
Language: French (Français) 
Ô fier jeune homme, ô tueur de gazelles,
Cavalier pâle au regard de velours,
Sur ton cheval dont les pieds ont des ailes
Emporte-moi vers le ciel des amours.

J'ai bien souvent, la nuit, sur ma terrasse,
Versé des pleurs en te tendant les bras.
Stérile effort! C'est l'ombre que j'embrasse,
Et mes sanglots, tu ne les entends pas.

Pourtant le ciel m'a faite ardente et belle,
Ma lèvre douce est comme un fruit vermeil;
J'ai dans la voix des chants de colombelle,
Sur les cheveux un rayon de soleil.

Mais enfermée et couverte de voiles,
Dans un palais, je meurs loin du vrai bien.
Pourquoi des fleurs, et pourquoi des étoiles,
Si mon coeur bat et si tu n'en sais rien?

Mon bienaimé, terribles sont tes armes,
Ton long fusil, ta lance, ton poignard,
Et plus que tout, tes yeux aux sombres charmes,
Perçant un coeur avec un seul regard.

Ô fier jeune homme, ô tueur de gazelles,
A leur destin mon sort est ressemblant.
Sur ton cheval dont les pieds ont des ailes,
Joins mon coeur triste à ton butin sanglant.

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 24
Word count: 183