Mélodies et Duos

by Henri-Paul Büsser (1872 - 1973)

Word count: 1429

6. L'abandonnée [sung text not yet checked]

Bois frissonnants, ciel étoilé,
Mon bien-aimé s'en est allé,
Emportant mon cœur désolé!

Vents, que vos plaintives rumeurs,
Que vos chants, rossignols charmeurs,
Aillent lui dire que je meurs!

Le premier soir qu'il vint ici
Mon âme fut à sa merci.
De fierté je n'eus plus souci.

[ ... ]

Je lui disais: « Tu m'aimeras
Aussi longtemps que tu pourras! »
Je ne dormais bien qu'en ses bras.

Mais lui, sentant son cœur éteint,
S'en est allé l'autre matin,
Sans moi, dans un pays lointain.

Puisque je n'ai plus mon ami,
Je mourrai dans l'étang, parmi
Les fleurs, sous le flot endormi.

[ ... ]

Sur le bord arrêtée, au vent
Je dirai son nom, en rêvant
Que là je l'attendis souvent.

Et comme en un linceul doré,
Dans mes cheveux défaits, au gré
Du [flot]1 je m'abandonnerai.

[ ... ]

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • DUT Dutch (Nederlands) (Luc van Hasselt) , "Lied zonder einde", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Peter Low) , no title, copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Chausson: "vent"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. La dame en pierre [sung text not yet checked]

Sur ce couvercle de tombeau
Elle dort. L'obscur artiste
Qui l'a sculptée a vu le beau
Sans rien de triste.

Joignant les mains, les yeux heureux
Sous le voile des paupières,
Elle a des rêves amoureux
Dans ses prières.

[ ... ]

Ramenés sur le sein glacé
Les bras, en d'étroites manches,
Rêvent l'amant qu'ont enlacé 
Leurs chaînes blanches.

Sous les plis lourds du vêtement,
La chair apparaît rebelle,
N'oubliant pas complètement
Qu'elle était belle.

[ ... ]

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Apportez-moi des fleurs [sung text not yet checked]

Apportez-moi des fleurs odorantes,
Pour me parer, compagnes errantes,
Pour te charmer, ô mon bien-aimé.
Déjà le vent s'élève embaumé.

Le vent du soir fait flotter vos pagnes.
Dans vos cheveux, pourquoi, mes compagnes,
Entrelacer ces perles de lait ?
Mon cou — dit-il — sans perles lui plaît.

Mon cou qu'il prend entre ses bras souples
Frémit d'amour. Nous voyons par couples,
Tout près de nous, entre les roseaux,
Dans le muguet, jouer les oiseaux.

Le blanc muguet fait des perles blanches.
Mon bien-aimé rattache à mes hanches
Mon pagne orné de muguet en fleur ;
Mes dents — dit-il — en ont la pâleur.

Mes blanches dents et mon sein qui cède
Mes longs cheveux, lui seul les possède.
Depuis le soir où son œil m'a lui,
Il est à moi ; moi je suis à lui.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Sitâ [sung text not yet checked]

C'est l'été. Le soleil darde
Ses rayons intarissables
Sur l'étranger qui s'attarde
Au milieu des vastes sables.

Comme une liqueur subtile
Baignant l'horizon sans borne,
L'air qui du sol chaud distille
Fait trembloter le roc morne.

Le bois des arbres éclate.
Le tigre rayé, l'hyène,
Tirant leur langue écarlate,
Cherchent de l'eau dans la plaine.

Les éléphants vont en troupe,
Broyant sous leurs pieds les haies
Et soulevant de leur croupe
Les branchages des futaies.

Il n'est pas de grotte creuse
Où la chaleur ne pénètre,
Aucune vallée ombreuse
Où de l'herbe puisse naître.

Au jardin, sous un toit lisse
De bambou, Sitâ sommeille ;
Une moue effleure et plisse
Parfois sa lèvre vermeille.

Sous la gaze, d'or rayée,
Où son beau corps s'enveloppe,
En s'étirant, l'ennuyée
Ouvre ses yeux d'antilope.

Mais elle attend, sous ce voile
Qui trahit sa beauté nue,
Qu'au ciel la première étoile
Annonce la nuit venue.

Déjà le soleil s'incline
Et dans la mer murmurante
Va, derrière la colline,
Mirer sa splendeur mourante.

Et la nature brûlée
Respire enfin. La nuit brune
Revêt sa robe étoilée,
Et, calme, apparaît la lune.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

10. Berceuse [sung text not yet checked]

Dors mon enfant, dors dans ta couche
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

11. La perle noire [sung text not yet checked]

Dans le léger remous des vagues
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

13. Le retour des vêpres [sung text not yet checked]

Revenant de Vêpres,/ Dimanche
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

14. Tu dormais [sung text not yet checked]

— This text is not currently
in the database but will be added
as soon as we obtain it. —

Authorship

15. Âmes obscures [sung text not yet checked]

Tout, dans l'immuable nature,
Est miracle aux petits enfants;
Ils naissent, et leur âme obscure
Eclôt dans des enchantements
Le reflet de cette magie
Donne à leur regard un rayon.
Déjà la belle illusion
Excite leur frêle énergie.
L'inconnu, l'inconnu divin
Les baigne comme une eau profonde;
On les presse, on leur parle en vain:
Ils habitent un autre monde.
Leurs yeux purs, leurs yeux grands ouverts
S'emplissent de rêves étranges.
Oh! qu'ils sont beaux, ces petits anges,
Perdus dans l'antique univers !
Leur tête légère et ravie
Songe, tandis que nous pensons;
Ils font, de frissons en frissons,
La découverte de la vie.
Tout est miracle aux petits enfants.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

16. À la lumière [sung text not yet checked]

Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions,

Tu nous viens du soleil à travers les doux voiles 
Des vapeurs flottantes dans l'air :
La vie alors s'anime et, sous ton frisson clair,
Sourit, ô fille des étoiles !

Salut ! car avant toi les choses n'étaient pas.
Salut ! douce ; salut ! puissante.
Salut ! de mes regards conductrice innocente
Et conseillère de mes pas.

Par toi sont les couleurs et les formes divines,
Par toi, tout ce que nous aimons.
Tu fais briller la neige à la cime des monts,
Tu charmes le bord des ravines.

Tu fais sous le ciel bleu fleurir les colibris
Dans les parfums et la rosée ;
Et la grâce décente avec toi s'est posée
Sur les choses que tu chéris.

Le matin est joyeux de tes bonnes caresses ;
Tu donnes aux nuits la douceur,
Aux bois l'ombre mouvante et la molle épaisseur
Que cherchent les jeunes tendresses.

Par toi la mer profonde a de vivantes fleurs
Et de blonds nageurs que tu dores.
Au ciel humide encore et pur, tes météores
Prêtent l'éclat des sept couleurs.

Lumière, c'est par toi que les femmes sont belles
Sous ton vêtement glorieux ;
Et tes chères clartés, en passant par leurs yeux,
Versent des délices nouvelles.

Leurs oreilles te font un trône oriental
Où tu brilles dans une gemme,
Et partout où tu luis, tu restes, toi que j'aime,
Vierge comme en ton jour natal.

Sois ma force, ô Lumière ! et puissent mes pensées,
Belles et simples comme toi,
Dans la grâce et la paix, dérouler sous ta foi
Leurs formes toujours cadencées !

Donne à mes yeux heureux de voir longtemps encor,
En une volupté sereine,
La Beauté se dressant marcher comme une reine
Sous ta chaste couronne d'or.

Et, lorsque dans son sein la Nature des choses
Formera mes destins futurs,
Reviens baigner, reviens nourrir de tes flots purs
Mes nouvelles métamorphoses.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

17. Les éventails [sung text not yet checked]

Les éventails ce sont des fleurs
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

18. Chaise à porteurs [sung text not yet checked]

Montant à sa chaise à porteurs,
La marquise en robe de moire,
A l'air d'entrer dans une armoire
Pour échapper aux séducteurs,
Ces amours qui voltigent roses,
A droit, à gauche, en haut, partout,
Qu'elle soit couchée ou debout
En lui chuchotant mille choses.
Montant à sa chaise à porteurs,
Dont les vitres sont blasonnées,
Et de jolis cuivres ornées,
La marquise avec des pudeurs
De jeune naïade surprise
Leste se hâte de s'asseoir
Dans un flot de peluche grise ;
Le Roi daigne dire : « à ce soir ! »
Et les deux bons vieux domestiques
Aux mollets maigres et nerveux,
Portent l’objet de tant de vœux
Comme on porterait des reliques.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Johann Winkler

19. Avril [sung text not yet checked]

Avril, tout frileux encore
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

20. Ave Maria [sung text not yet checked]

Je vous salue Marie, pleine de grâce.
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie,
Mère de Dieu, 
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort.

Ainsi soit-il.

Authorship

Based on

See other settings of this text.

Note: this is the official translation from Latin to French by the Roman Catholic Church

Researcher for this text: Lau Kanen [Guest Editor]

22. Au bois joli [sung text not yet checked]

J'ai caché l'épine verte Dans mon tablier d'argent
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

23. Dans le jardin d'amour [sung text not yet checked]

Annette, au point du jour
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

24. La Belle Rosemonde [sung text not yet checked]

La Belle Rosemonde A fait choix d'un amant
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship