Trois mélodies

Song Cycle by Maurice Delage (1879 - 1961)

Word count: 0

1. Intermezzo [sung text not yet checked]

Sur l’aile de [mes chants]1 je te transporterai ; 
je te transporterai jusqu’aux rives du Gange ; 
là, je sais un endroit délicieux.

Là fleurit un jardin embaumé 
sous les calmes rayons de la lune ; 
les fleurs du lotus attendent 
leur chère petite sœur.

Les hyacinthes rient et jasent entre elles, 
et clignotent du regard avec les étoiles ; 
les roses se content à l’oreille 
des propos parfumés.

Les timides et bondissantes gazelles 
s’approchent et écoutent, 
et, dans le lointain, bruissent 
les eaux solennelles du fleuve sacré.

Là, nous nous étendrons 
sous les palmiers dont l’ombre nous versera 
des rêves d’une béatitude céleste.

Authorship

Based on

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
Note: line breaks have been added to make the prose translation appear in parallel.

1 Hüe: "mon rêve"; further changes may exist not shown above.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Améthystes [sung text checked 1 time]

Plus de fois, dans tes bras charmants
Captif, j'ai béni mes prisons,
Que le ciel n'a de diamants;
Et pour tes noires trahisons
J'ai versé plus de pleurs amers
Que n'en tient le gouffre des mers.

Mes chants ailés, je te les dois!
Plus haineuse que les bourreaux,
Mon cœur a saigné sous tes doigts;
Mais que de fois, comme un héros
Qui vient de voler son trésor,
J'ai dormi sur tes cheveux d'or!

Tu m'as versé le vin du ciel!
Et mes maux seront pardonnés
A ton désoeuvrement cruel,
Si les baisers que m'a donnés
Ta lèvre pareille à des fleurs
Sont aussi nombreux que mes pleurs.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Du livre de Monelle [sung text checked 1 time]

— Ô Monelle, dis-je encore, 
tous les enfants pleurent 
dans la maison vide ; 
et les jouets se couvrent de poussière, 
et la petite lampe s'est éteinte, 
et tous les rires qui étaient 
dans tous les coins se sont enfuis, 
et le monde est retourné au travail. 
Mais nous te pensions ailleurs. 
Nous pensions que tu jouais loin de nous, 
en un lieu où nous ne pouvons parvenir. 
Et voici que tu dors, 
nichée comme un petit animal sauvage, 
au-dessous de la neige 
que tu aimais pour sa blancheur.

Authorship

Confirmed with Marcel Schwob, Le Livre de Monelle, Paris, Éditions du Boucher, 2003, page 64.

Note: arbitrary line breaks have been added to this prose selection.

Researcher for this text: Eric Bauer