Cinq poésies du grand siècle

Song Cycle by René Camille Henri Berthelot (1903 - 1999)

Word count: 813

1. Epitaphe de Scarron [sung text not yet checked]

Celui qui ci maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie,
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.

Passant, ne fais ici de bruit,
Prends garde qu'aucun ne l'éveille;
Car voici la première nuit
Que le pauvre Scarron sommeille.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Pierre Cao) , "...of poor Scarron, by himself", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Pierre Cao

2. Epitaphe de La Fontaine [sung text not yet checked]

Jean s'en alla comme il [était]1 venu,
Mangea le fonds avec le revenu,
Tint les trésors chose peu nécessaire.
Quant à son temps, bien le [sut]2 dispenser :
Deux parts en fit, dont il [soulait]3 passer
L'une à dormir et l'autre à ne rien faire.

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 older spelling used in Couperin score: "étoit"
2 older spelling used in Couperin score: "sçût"
3 older spelling used in Couperin score: "souloit"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. La belle vieille [sung text not yet checked]

Cloris, que dans mon cœur j’ai si longtemps servie,
Et que ma passion montre à tout l’univers,
Ne veux-tu pas changer le destin de ma vie,
Et donner de beaux jours à mes derniers hivers?

N’oppose plus ton deuil au bonheur où j’aspire.
Ton visage est-il fait pour demeurer voilé?
Sors de ta nuit funèbre, et permets que j’admire
Les divines clartés des yeux qui m’ont brûlé.

Où s’enfuit ta prudence acquise et naturelle?
Qu’est-ce que ton esprit a fait de sa vigueur?
La folle vanité de paraître fidèle
Aux cendres d’un jaloux m’expose à ta rigueur.

Eusses-tu fait le vœu d’un éternel veuvage
Pour l’honneur du mari que ton lit a perdu,
Et trouvé des Césars dans ton haut parentage:
Ton amour est un bien qui m’est justement dû.

Qu’on a vu revenir de malheurs et de joies,
Qu’on a vu trébucher de peuples et de rois,
Qu’on a pleuré d’Hector, qu’on a brûlé de Troyes,
Depuis que mon courage a fléchi sous tes lois!

Ce n’est pas d’aujourd’hui que je suis ta conquête;
Huit lustres ont suivi le jour que tu me pris;
Et j’ai fidèlement aimé ta belle tête
Sous des cheveux châtains, et sous des cheveux gris.

C’est de tes jeunes yeux que mon ardeur est née,
C’est de leurs premiers traits que je fus abattu;
Mais, tant que tu brûlas du flambeau d’hyménée,
Mon amour se cacha pour plaire à ta vertu.

Je sais de quel respect il faut que je t’honore,
Et mes ressentiments ne l’ont pas violé;
Si quelquefois j’ai dit le soin qui me dévore,
C’est à des confidents qui n’ont jamais parlé.

Pour adoucir l’aigreur des peines que j’endure,
Je me plains aux rochers, et demande conseil
A ces vieilles forêts, dont l’épaisse verdure
Fait de si belles nuits en dépit du soleil.

L’âme pleine d’amour et de mélancolie,
Et couché sur des fleurs et sous des orangers,
J’ai montré ma blessure aux deux mers d’Italie,
Et fait dire ton nom aux échos étrangers.

Ce fleuve impérieux à qui tout fit hommage,
Et dont Neptune même endura le mépris,
A su qu’en mon esprit j’adorais ton image,
Au lieu de chercher Rome en ses vastes débris.

Cloris, la passion que mon cœur t’a jurée
Ne trouve point d’exemple aux siècles les plus vieux.
Amour et la Nature admirent la durée
Du feu de mes désirs, et du feu de tes yeux.

La beauté qui te suit depuis ton premier âge,
Au déclin de tes jours ne veut pas te laisser;
Et le temps, orgueilleux d’avoir fait ton visage,
En conserve l’éclat, et craint de l’effacer.

Regarde sans frayeur la fin de toutes choses,
Consulte ton miroir avec des yeux contents:
On ne voit point tomber ni tes lis ni tes roses,
Et l’hiver de ta vie est ton second printemps.

Pour moi, je cède aux ans, et ma tête chenue
M’apprend qu’il faut quitter les hommes et le jour;
Mon sang se refroidit; ma force diminue;
Et je serais sans feu, si j’étais sans amour.

C’est dans peu de matins que je croîtrai le nombre
De ceux à qui la Parque a ravi la clarté.
Oh! qu’on oira souvent les plaintes de mon ombre
Accuser tes mépris de m’avoir maltraité!

Que feras-tu, Cloris, pour honorer ma cendre?
Pourras-tu sans regret ouïr parler de moi,
Et le mort que tu plains te pourra-t-il défendre
De blâmer ta rigueur et de louer ma foi?

Si je voyais la fin de l’âge qui te reste,
Ma raison tomberait sous l’excès de mon deuil;
Je pleurerais sans cesse un malheur si funeste,
Et ferais, jour et nuit, l’amour à ton cercueil.

Authorship

Confirmed with Lucas, St. John, comp. The Oxford Book of French Verse, XIIIth century–XIXth century. Oxford: Clarendon, 1920; Bartleby.com, 2001. www.bartleby.com/244/.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Réflexion sur la beauté [sung text not yet checked]

  Pourquoi s'applaudir d'être belle ? 
Quelle erreur fait compter la beauté pour un bien ?
  À l'examiner il n'est rien
  Qui cause autant de chagrin qu'elle.
Je sais que sur les cœurs ses droits sont absolus,
  Que tant qu'on est belle, on fait naître
Des désirs, des transports et des soins assidus ;
  Mais on a peu de temps à l'être,
  Et longtemps à ne l'être plus.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Epigramme sur le mariage [sung text not yet checked]

Ami je vois beaucoup de bien 
Dans le parti qu on me propose ;
Mais touttefois ne pressons rien, 
Prendre femme est étrange chose ;
Il y faut penser murement ; 
Sages gens en qui Je me fie,
M'ont dit que c'est fait prudemment,
Que d'y songer toutte sa vie.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]