Mélodies, poésies de Maeterlinck

by Ellen Kullmann

Word count: 283

1. Ballade [sung text not yet checked]

Elle est venue vers le palais
- Le soleil se levait à peine -
Elle est venue vers le palais,
Les chevaliers se regardèrent
Toutes les femmes se taisaient.
 
Elle s'arrêta devant la porte
- Le soleil se levait à peine -
Elle s'arrêta devant la porte
On entendit marcher la reine
Et son époux l'interrogeait.
 
Où allez-vous, où allez-vous?
- Prenez garde, on y voit à peine -
Où allez-vous, où allez-vous?
Quelqu'un vous attend-il là-bas?
Mais elle ne répondait pas.
 
Elle descendit vers l'inconnue,
- Prenez garde, on y voit à peine -
Elle descendit vers l'inconnue,
L'inconnue embrassa la reine,
Elles ne se dirent pas un mot
Et s'éloignèrent aussitôt.
 
Son époux pleurait sur le seuil
- Prenez garde, on y voit à peine -
Son époux pleurait sur le seuil
On entendait marcher la reine
On entendait tomber les feuilles.

Authorship

Go to the single-text view

First published in La Wallonie, dernier fascicule, 1893, Liège.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Cantique de la Vierge dans Sœur Béatrice[sung text not yet checked]

À toute âme qui pleure,
à tout péché qui passe,
J'ouvre au sein des étoiles
mes mains pleines de grâces.

Il n'est péché qui vive
quand l'amour a parlé;
Il n'est d'âme qui meure
quand l'amour a pleuré...

Et si l'amour s'égare
aux sentiers d'ici-bas,
Ses larmes me retrouvent
et ne [se perdent]1 pas...

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Fetter) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
First published in German in Sœur Béatrice, Mystère en Trois Actes, in the revue Die Insel, 1900; then in French in Théâtre, Book III, 1901; later in Quinze Chansons, Bruxelles, Éd. Lacomblez, 1900.

1 López Buchardo, Palma: "s'égarent"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Chanson [sung text not yet checked]

Et s'il revenait un jour,
Que faut-il lui dire?
- Dites-lui qu'on l'attendit
Jusqu'à s'en mourir...

Et s'il m'interroge encore
Sans me reconnaître?
- Parlez-lui comme une sœur. 
Il souffre peut-être...

Et s'il demande où vous êtes
Que faut-il répondre?
- Donnez-lui mon anneau d'or,
Sans rien lui répondre...

Et s'il veut savoir pourquoi
La salle est déserte?
- Montrez-lui la lampe éteinte
Et la porte ouverte...

Et s'il m'interroge alors
Sur la dernière heure?
- Dites-lui que j'ai souri
De peur qu'il ne pleure...

Authorship

See other settings of this text.

First published in the revue La Société Nouvelle, IX (9), March 1893, Bruxelles; then in Douze chansons, Paris, Stock, 1896; and later in Quinze chansons, Bruxelles, Lacomblez, 1900.


Researcher for this text: Ted Perry