Mignon

Opera by (Charles Louis) Ambroise Thomas (1811 - 1896)

Word count: 316

?. Connais-tu le pays [sung text checked 1 time]

Connais-tu le pays où fleurit l'oranger? 
Le pays des fruits d'or et des roses merveilles,
Où la brise est plus douce et l'oiseau plus léger,
Où dans toute saison butinent les abeilles,
Où rayonne et sourit, comme un bienfait de Dieu,
Un éternel printemps sous un ciel toujours bleu! 
Hélas! Que ne puis-je te suivre
Vers ce rivage heureux d'où le sort m'exila! 
C'est là! C'est là que je voudrais vivre,
Aimer, aimer et mourir! 
C'est là que je voudrais vivre, c'est là, 
oui, c'est là! 

Connais-tu la maison où l'on m'attend là-bas? 
La salle aux lambris d'or, où des hommes de marbre
M'appellent dans la nuit en me tendant les bras? 
Et la cour où l'on danse à l'ombre d'un grand arbre? 
Et le lac transparent où glissent sur les eaux
Mille bateaux légers pareils à des oiseaux? 
Hélas! Que ne puis-je te suivre
Vers ce pays lointain d'où le sort m'exila! 
C'est là! C'est là que je voudrais vivre,
Aimer, aimer et mourir! 
C'est là que je voudrais vivre, c'est là, 
oui, c'est là!

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura L. Nagle) , "Do you know the land", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Paul Cadrin

?. Non conosci il bel suol [sung text checked 1 time]

Non conosci il bel suol
Che di porpora ha il ciel?
Il bel suolo u' de'rai
son più tersi i colori?
Ove l'aura è più dolce,
più lieve l'augel?
Ove in ogni stagione
ha l'ape sempre fiori?
Ove sotto il fulgor
d'un cielo ognor seren
par che l'april s'eterni
all'erbetta in sen?

Ohimé! Potess'io tornare
a quelle amate sponde
onde fui tolta un dì!
Là sol vorrei restare,
amare e morir!

Non conosci l'ostel
che là s'erge sul pian?
Le sale adorne d'or,
le statue alle pareti,
che fanno scolta a notte,
e mi tendon le man?
Il recinto u' si danza
all'ombra degli abeti?
Ed il lago infinito,
alle cui linfe in sen
mille schifi leggieri
sen vanno qual balen?

Ohimé! Potess'io ritornare
a quelle sponde amene,
onde fui tolta un dì!
Là sol vorrei restare,
Amare e morir!

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Sergio Leone