Poèmes de la Pléiade, Vol. II

Song Cycle by Jacques Leguerney (1906 - 1997)

Word count: 476

1. Ah! Bel-Acceuil [sung text checked 1 time]

[Ha, Bel-Acceuil]1, que ta douce parole 
Vint traîtrement ma jeunesse offenser, 
Quand au verger tu la menas danser 
Sur mes vingts ans l'amoureuse carolle! 

Amour adonc me mit à son école, 
Ayant pour maître un peu sage penser 
Qui sans raison me mena commencer 
Le chapelet d'une danse si folle 

Depuis cinq ans hôte de ce verger, 
Je vais ballant avecque Faux-Danger, 
Tenant la main d'une dame trop caute. 

Je ne suis seul par amour abusé; 
A ma jeunesse il faut donner la faute: 
En cheveux gris je serai plus rusé.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Oh, Bel-Accueil", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Leguerney: "Ah! Bel-Acceuil"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. À sa maîtresse [sung text checked 1 time]

Ma petite colombelle,
Mon petit oeil, baisez-moi,
Ma petite toute belle,
Mon petit oeil, baisez-moi.
D'une bouche toute pleine
D'amour, chassez-moi la peine
De mon amoureux émoi.

Quand je vous dirai: Mignonne,
Approchez-vous; qu'on me donne
Neuf baisers tout à la fois,
Donnez m'en seulement trois.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "To his mistress", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. À son page [sung text checked 1 time]

[Fais rafraîchir mon]1 vin de sorte
qu'il [passe en froideur un]2 glaçon;
fais venir Jeanne, qu'elle apporte
son luth pour dire une chanson;
nous ballerons tous trois au son,
et dis à Barbe qu'elle vienne,
les cheveux tors à la façon
d'une folâtre Italienne.

Ne vois-tu que le jour se passe?
Je ne vis point au lendemain;
Page, reverse dans ma tasse,
[que ce grand verre soit]3 tout plein.
Maudit soit qui languit en vain!
[Ces vieux médicins]4 je n'appreuve;
[mon]5 cerveau n'est jamais bien sain
[si beaucoup de vin ne l'abreuve.]6

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "To his page", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Leguerney: "Rafraîchis-moi le"
2 Leguerney: "soit aussi frais qu'un"
3 Leguerney: "remplis-moi ce verre"
4 Leguerney: "Les Philosophes"
5 Leguerney: "le"
6 Leguerney: "Que l'Amour et le vin n'abreuve."

Researcher for this text: LaDonna Manternach

4. Ma douce jouvence est passée [sung text checked 1 time]

Ma douce jouvence est passée,
Ma première force est cassée,
J'ay la dent noire et le chef blanc;
Mes nerfs sont dissous, et mes veines,
Tant j'ay le corps froid, ne sont pleines
Que d'une eau rousse en lieu de sang.

[ ... ]

J'ay la teste toute estourdie
De trop d'ans et de maladie;
De tous costez le soin me mord,
Et, soit que j'aille ou que je tarde,
Tousjours après moy je regarde
Si je verray venir la mort.

[ ... ]

Authorship

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "My sweet youth has gone", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Modernized version used by Leguerney:
Ma douce jouvence est passée, 
Ma première force est cassée; 
J'ai la dent noire et le chef blanc; 
Mes nerfs sont dissous, et mes veines, 
Tant j'ai le corps froid ne sont pleines 
Que d'une eau rousse au lieu de sang. 

J'ai la tête toute étourdie 
De trop d'ans et de maladie; 
De tous côtés le soin me mord; 
Et soit que j'aille ou que je tarde, 
Toujours après moi je regarde 
Si je verrai venir la mort.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Épipalinodie [sung text checked 1 time]

O terre, ô mer, ô ciel épars, 
Je suis en feu de toutes parts; 
Dedans et dehors mes entrailles 
Une ardente chaleur me point 
Plus fort qu'un maréchal ne joint 
Le fer tout rouge en ses tenailles. 

La nuit les fantômes volants 
Claquetant de becs grommelants 
En sifflant mon âme épouvantent, 
Et les Furies qui ont soin 
Venger le mal, tiennent au poing 
Les couleuvres qui me tourmentent 

Que veux-tu plus? dis, que veux-tu? 
Ne m'as-tu pas assez battu, 
Veux-tu qu'en cet âge je meure? 
Me veux-tu bruler, foudroyer, 
Et tellement poudroyer 
Qu'un seul osset ne me demeure?

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Epipalinode", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]