Romance de Marguerite

Set by Hector Berlioz (1803 - 1869), "Romance de Marguerite", op. 1 no. 7, from Huit Scènes de Faust, no. 7  [sung text not yet checked]

Note: this setting is made up of several separate texts.


[D'amour l'ardente]1 flamme,
Consume mes beaux jours;
Ah ! la paix de mon âme
A donc fui pour toujours!

Son départ, son absence
Sont pour moi le cercueil;
Et loin de sa présence
Tout me paraît en deuil.

Alors, ma pauvre tête
Se dérange bientôt;
Mon faible [coeur]2 s'arrête,
Puis se glace aussitôt.

Sa marche que j'admire,
Son port si gracieux,
Sa bouche au doux sourire,
Le charme de ses yeux;

[Sa]3 voix enchanteresse,
Dont il sait m'embraser,
De sa main la caresse,
Hélas! et son baiser...

D'une amoureuse flamme,
Consument mes beaux jours;
Ah ! la paix de mon âme
A donc fui pour toujours!

Je suis à ma fenêtre,
Ou dehors, tout le jour;
C'est pour le voir paraître,
Ou hâter son retour.

Mon cœur bat et se presse
Dès qu'il le sent venir;
Au gré de ma tendresse,
Puis-je le retenir?

Ô caresses de flamme!
Que je voudrais un jour
Voir s'exhaler mon âme
Dans ses baisers d'amour!

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Berlioz, op. 1: "Une amoureuse"
2 Berlioz, op. 1: "esprit"
3 Berlioz, op. 1: "La"

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani


Chœur de soldats passant sous les fenêtres de la maison de Marguerite
 Villes entourées
 De murs et remparts;
 Fillettes sucrées,
 Aux malins regards;
 Victoire certaine
 Près de vous m'attend;
 Si grande est la peine,
 Le prix est plus grand.

 Au son des trompettes,
 Les braves soldats
 S'élancent aux fêtes
 Ou bien aux combats;
 Fillettes et villes
 Font les difficiles...
 Bientôt tout se rend:
 Si grande est la peine,
 Le prix est plus grand.

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani