You can help us modernize! The present website has been online for a very long time and we want to bring it up to date. As of May 6, we are $2,380 away from our goal of $15,000 to fund the project. The fully redesigned site will be better for mobile, easier to read and navigate, and ready for the next decade. Please give today to join dozens of other supporters in making this important overhaul possible!

The LiederNet Archive

Much of our material is not in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
Printing texts or translations without the name of the author or translator is also illegal.
You must use the copyright symbol © when you reprint copyright-protected material.

For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net
Please read the instructions below the translations before writing!
In your e-mail, always include the names of the translators if you wish to reprint something.

Poèmes de la Pléiade, Vol. I

Word count: 1054

Song Cycle by Jacques Leguerney (1906 - 1997)

Show the texts alone (bare mode).

1. Je vous envoie [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG POR

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission


Je vous envoie un bouquet, que ma main
Vient de trier de ces fleurs épanies,
Qui ne les eut à ces vêpres cueillies,
[Tombées]1 à terre elles fussent demain.

Cela vous soit un exemple certain,
Que vos beautés, bien qu'elles soient fleuries,
En peu de temps, seront toutes flétries,
Et, comme fleurs, périront tout soudain.

Le temps s'en va, le temps s'en va ma Dame,
Las ! le temps non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame,

Et des amours, desquelles nous parlons
Quand serons morts, n'en sera plus nouvelle :
[Donc, aimez-moi]2, cependant qu'êtes belle.


View original text (without footnotes)
1 Leguerney: "Chutes"
2 Leguerney: "Pour ce aimez-moi"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

2. Genièvres hérissés [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Bristling junipers", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Humbert Wolfe) , no title, first published 1934


Genièvres hérissés, et vous, houx épineux
L'un hôte des déserts, et l'autre d'un bocage ;
Lierre, le tapis d'un bel antre sauvage,
Sources qui bouillonnez d'un surgeon sablonneux ;
Pigeons qui vous baisez d'un baiser savoureux
Tourtres qui lamentez d'un éternel veuvage.
Rossignols ramagers qui d'un plaisant langage
Nuit et jour rechantez vos versets amoureux ;
Vous, à la gorge rouge, étrangère arondelle.
Si vous voyez [aller ma Nymphe]1 en ce printemps
Pour cueillir des bouquets par cette herbe nouvelle,
Dites-lui pour néant que sa grâce j'attends,
Et que, pour ne souffrir le mal que j'ai pour elle,
J'ai mieux aimé mourir que languir si longtemps.


View original text (without footnotes)
1 Leguerney: "ma Nymphe aller"

Submitted by Guy Laffaille [Guest Editor]

3. Je me lamente [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I lament", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission


Je [lamente]1 sans réconfort,
Me souvenant de cette mort
Qui déroba ma douce vie;
Pensant en ses yeux qui soulaient
Faire de moi ce qu'ils voulaient,
De vivre je n'ai plus d'envie...
[Quand son âme au corps s'attachait,
Rien, tant fût dur, ne me fâchait,
Ni destin, ni rude influence ;
Menaces, embûches, dangers,
Villes et peuples étrangers
M'étaient doux pour sa souvenance.
En quelque part que je vivais,
Toujours en mes yeux je l'avais,
Transformé du tout en la belle ;
Si bien Amour à coups de trait
Au cœur m'engrava son portrait,
Que mon tout n'était sinon qu'elle.
Espérant lui conter un jour
L'impatience de l'Amour
Qui m'a fait des peines sans nombre,
La mort soudaine m'a déçu ;
Pour le vrai le faux j'ai reçu
Et pour le corps seulement l'ombre.
Ciel, que tu es malicieux !
Qui eût pensé que ces beaux yeux
Qui me faisaient si douce guerre,
Ces mains, cette bouche et ce front
Qui prirent mon cœur, et qui l'ont,
Ne fussent maintenant que terre?
Hélas! où est ce doux parler,
Ce voir, cet ouïr, cet aller,
Ce ris qui me faisait apprendre
Que c'est qu'aimer? Ah, doux refus !
Ah, doux dédains! vous n'êtes plus,
Vous n'êtes plus qu'un peu de cendre.]2
Hélas! où est cette beauté,
Ce Printemps, cette nouveauté,
Qui n'aura jamais de seconde ?
Du ciel tous les dons elle avait ;
Aussi parfaite ne devait
Longtemps demeurer en ce monde...
[Si je n'eusse eu l'esprit chargé
De vaine erreur, prenant congé
De sa belle et vive figure,
Oyant sa voix, qui sonnait mieux
Que de coutume, et ses beaux yeux
Qui reluisaient outre mesure,
Et son soupir qui m'embrasait,
J'eusse bien vu qu'ell' me disait :
"Or' saoule-toi de mon visage,
Si jamais tu en eus souci ;
Tu ne me verras plus ici,
Je m'en vais faire un long voyage.
" J'eusse amassé de ses regards
Un magasin de toutes parts,
Pour nourrir mon âme étonnée
Et paître longtemps ma douleur ;
Mais onques mon cruel malheur
Ne sut prévoir ma destinée.
Depuis j'ai vécu de souci,
Et de regret qui m'a transi,
Comblé de passions étranges.
Je ne déguise mes ennuis ;
Tu vois l'état auquel je suis,
Du ciel assise entre les anges.
Ah! belle âme, tu es là-haut
Auprès du bien qui point ne faut,
De rien du monde désireuse,
En liberté, moi en prison;
Encore n'est-ce pas raison
Que seule tu sois bienheureuse.
Le sort doit toujours être égal ;
Si j'ai pour toi souffert du mal,
Tu me dois part de ta lumière ;
Mais, franche du mortel lien,
Tu as seule emporté le bien,
Ne me laissant que la misère.
En ton âge le plus gaillard
Tu as seul laissé ton Ronsard,
Dans le ciel trop tôt retournée,
Perdant beauté, grâce et couleur,
Tout ainsi qu'une belle fleur
Qui ne vit qu'une matinée...
A la Mort j'aurai mon recours :
La Mort me sera mon secours,
Comme le but que je désire.
Dessus la Mort tu ne peux rien,
Puisqu'elle a dérobé ton bien,
Qui fut l'honneur de ton empire.]2
Soit que tu vives près de Dieu
Ou aux champs [Elysés]3, adieu !
Adieu cent fois, adieu, Marie !
[Jamais Ronsard]4 ne t'oubliera,
Jamais la mort ne déliera
Le nœud [dont]5 la beauté me lie.


View original text (without footnotes)
1 Leguerney: "me lamente"
2 omitted by Leguerney
3 misspelled in Leguerney's Salabert edition as "Élysées"
4 Leguerney: "Ronsard jamais"
5 Leguerney: "où"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

4. Bel aubépin [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Ode", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission


Bel aubespin verdissant,
  Fleurissant
Le long de ce beau rivage,
Tu es vestu jusq'au [bas]1
  Des longs bras
D'une lambrunche sauvage.

[ ... ]
Le gentil rossignolet Nouvelet, Avecque sa bien aymée, Pour ses amours aleger Vient loger Tous les ans [dans]2 ta ramée:
[ ... ]
Or vy, gentil aubespin, Vy sans fin, Vy sans que jamais tonnerre, Ou la coignée, ou les vens, Ou les tems Te [puissent]5 ruer par terre.

View original text (without footnotes)
1 Janequin: "bras" (possibly a typo)
2 Hawley: "en"
3 Hawley: "Dans laquelle"
4 Hawley: "s'eclorront"
5 Janequin: "puisse"
Modernized version (used by Rivier and Leguerney)
Bel aubépin, verdissant, 
  Fleurissant 
Le long de ce beau rivage, 
Tu es vêtu jusqu'au bas 
  [Des longs]1 bras 
D'une lambruche sauvage. 

Deux camps drillants de fourmis 
Se sont mis 
En garnison sous ta souche; 
Et dans ton tronc mimangé, 
Arrangé, 
Les avettes ont leur couche. 

Le gentil rossignolet 
Nouvelet, 
Avecque sa bien-aimée, 
Pour ses amours alléger 
Vient loger 
Tous les ans [en]2 ta ramée. 

Sur ta cime il fait son nid 
Bien garni 
De laine et de fine soie, 
Où ses petits écloront, 
Qui seront 
De mes mains la douce proie. 

Or vis, gentil aubépin, 
Vis sans fin, 
Vis sans que jamais tonnerre, 
Ou la cognée, ou les vents, 
Ou les temps
Te puissent ruer par terre.

1 Leguerney: "De tes"
2 Rivier: "dans"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

5. Prière au sommeil [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Judith Kellock) , "Prayer to sleep", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission


Somme, doux repos de nos yeux.
Aimé des hommes et des dieux,
Fils de la Nuit et du Silence,
Qui peux les esprits délier,
Qui fait les soucis oublier,
Endormant toute violence.

Clos mes yeux, fais-moi sommeiller,
Je t'attends sur mon oreiller,
Où je tiens la tête appuyée :
Je suis dans mon lit sans mouvoir,
Pour mieux ta douceur recevoir,
Douceur dont la peine est noyée.


Submitted by Judith Kellock

6. Si mille œillets [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "If a thousand pinks", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission


Si mille oeillets, si mille liz j'embrasse,
Entortillant mes bras tout à l'entour,
Plus fort qu'un cep, qui d'un amoureux tour
La branche aimée, en mille plis [enlasse]1 :

Si le soucy ne jaunist plus ma face,
Si le plaisir fait en moy son [le jour]2,
Si j'aime mieux les Ombres que le jour,
Songe divin, [ce bien]3 vient de ta grâce.

[Suyvant ton vol je volerois]4 aux cieux :
Mais [son portrait qui me trompe les yeux]5,
Fraude tousjours ma joye entre-rompue.

[Puis]6 tu me fuis au milieu de mon bien,
Comme un éclair qui se finist en rien,
Ou comme au vent s'évanouyt la nuë.


View original text (without footnotes)
Leguerney uses modernized spelling, for example:
liz -> lis
soucy -> souci
jaunist -> jaunit
moy -> moi
tousjours -> toujours
joye -> joie
entre-rompue -> interrompue
finist -> finit
1 Leguerney: "l'enlace"
2 Leguerney: "séjour"
3 Leguerney: "cela"
4 Leguerney: "En te suivant je volerais"
5 Leguerney: "ce portrait qui nage dans mes yeux"
6 Leguerney: "Et"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works