Six mélodies

Song Cycle by Théodore Terestchenko (b. 1888)

Word count: 541

1. Dans le vieux parc [sung text not yet checked]

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leur lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

-- Te souvient-il de notre extase ancienne?
-- Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

-- Ton cœur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois-tu mon âme en rêve? -- Non.

-- Ah ! Les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! -- C'est possible.

-- Qu'il était bleu, le ciel, et grand l'espoir!
-- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Peter Low) , "Sentimental dialogue", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Ernest Dowson) , no title, appears in Decorations, in After Paul Verlaine, no. 2
  • ENG English [singable] (Nita Cox) , "The colloquy"
  • GER German (Deutsch) (Pierre Mathé) , "Gefühlvolles Zwiegespräch", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Wehmütige Zwiesprache", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "Colloquio sentimentale", copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. L'automne [sung text not yet checked]

Les sanglots longs
des violons
   de l'automne
blessent mon coeur
d'une langueur
   monotone.

Tout suffocant
et blême, quand
   sonne l'heure.
je me souviens
des jours anciens,
   et je pleure...

Et je m'en vais
au vent mauvais
   qui m'emporte
de çà, de là,
pareil à la
   feuille morte...

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "The long sobs", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Judith Kellock) , "Song of autumn", copyright © 2005, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English [singable] (Walter A. Aue) , "Autumn song", copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Árpád Tóth) , "Őszi chanson"
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Herbstlied", copyright © 2006, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) [singable] (Walter A. Aue) , "Herbstgesang", copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Pierre Mathé) , "Herbstlied", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "Canzone d'autunno", copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. L'ange déchu [sung text not yet checked]

De l'Éternel on chante les louanges,
Et cependant, ange au front soucieux,
Seul j'ai quitté les célestes phalanges ;
Car ma pensée, hélas ! est loin des cieux.
Et maintenant exilé volontaire,
Qui deviendra mon guide et mon soutien ?
J'aime d'amour un enfant de la terre,
Dont le Seigneur m'avait fait le gardien,
Dont le Seigneur m'avait fait le gardien.

Tiens, Roi des rois, voilà mes blanches ailes,
Pour qu'un seul jour, je puisse, en liberté,
Mirer mes yeux dans ses noires prunelles,
Reprends, reprends mon immortalité ;
Car tout m'attriste au séjour du tonnerre,
Ivre d'amour, je n'espère plus rien,
Rien que le cœur de l'enfant de la terre
Dont ta bonté m'avait fait le gardien,
Non, rien que le cœur de l'enfant de la terre,
Dont ta bonté m'avait fait le gardien,
Dont ta bonté m'avait fait le gardien.

Je pars, hélas ! déception profonde,
On me dédaigne et mes vœux, mes soupirs
N'ont pas sauvé de l'océan du monde
Quelques débris des plus doux souvenirs.
Pâle et tremblant devant ce front sévère,
Je perds l'espoir, ici-bas mon seul bien...
Elle me hait cette enfant de la terre
Dont le Seigneur m'avait fait le gardien,
Dont le Seigneur m'avait fait le gardien.

Authorship

Confirmed with Chansons nationales et populaires de France, Volume 2, Paris, Librairie de Garnier Frères, éditeurs, 1866, page 110.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Les kobolds [sung text not yet checked]

Dans l'herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Quoi donc se sent ?
L'avoine siffle.
Un buisson gifle
L'oeil au passant.

Plutôt des bouges
Que des maisons.
Quels horizons
De forges rouges !

On sent donc quoi ?
Des gares tonnent,
Les yeux s'étonnent,
Où Charleroi ?

Parfums sinistres !
Qu'est-ce que c'est?
Quoi bruissait
Comme des sistres?

Sites brutaux !
Oh ! votre haleine,
Sueur humaine,
Cris des métaux !

Dans l'herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Je t'attendais [sung text not yet checked]

Je t'attendais
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

  • by Anonymous / Unidentified Author
Based on

Go to the single-text view

6. La pluie [sung text not yet checked]

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie,
Par terre et sur les toits!
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le [chant]1 de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans [ce]2 cœur qui s'écœure.
Quoi! nulle trahison ? ...
[Ce]3 deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine,
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

View original text (without footnotes)
1 Debussy: "bruit"
2 Fauré: "mon"; Madetoja: "le"
3 Fauré: "Mon"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]