Quatre chansons for high voice, piano, violin

by Martha Helen Schmidt (b. 1956)

Word count: 0

1. Coup de foudre [sung text not yet checked]

                   J'aime, j'aime : j'ai bu un 
bon coup de vertige. Moi si analyste, d'une âme 
si myope, je me sens tout solennel. — Et je vais 
par les rues. Le Luxembourg est plein d'une grande 
allégresse des cloches. Si elle ne m'aime pas, si je 
ne dois pas l'avoir absolument, qu'importe ? J'aime, 
cela me suffit, je me sens généreux, céleste, humain, 
palpitant, si plein de choses que je n'ose me re- 
garder entre quatre-z-yeux. Et tout ça sans blague.

Authorship

Confirmed with Oeuvres complètes de Jules Laforgue, volume 3, "Mélanges posthumes : Pensées et paradoxes, Pierrot fumiste, Notes sur la femme, L'Art impressionniste, L'Art en Allemagne, Lettres", Paris, Éd. du Mercure de France, 1902, pages 40-41.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Le Pont Mirabeau [sung text not yet checked]

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
  Et nos amours
 Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine.
  Vienne la nuit sonne l'heure
  Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
  Tandis que sous
 Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse
  Vienne la nuite sonne l'heure
  Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
  L'amour s'en va
 Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente
  Vienne la nuit sonne l'heure
  Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
  Ni temps passé
 Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
  Vienne la nuit sonne l'heure
  Les jours s'en vont je demeure

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , "A Mirabeau híd", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , "Mirabeau hídja", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , "Mirabeau híd", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission

First published in the revue Les Soirées de Paris, no. 1, February 1912.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Le bois amical [sung text not yet checked]

Nous avons pensé des choses pures
Côte à côte, le long des chemins,
Nous nous sommes tenus par les mains
Sans dire... parmi les fleurs obscures ;

Nous marchions comme des fiancés
Seuls, dans la nuit verte des prairies ;
Nous partagions ce fruit de féeries
La lune amicale aux insensés

Et puis, nous sommes morts sur la mousse,
Très loin, tout seuls parmi l'ombre douce
De ce bois intime et murmurant ;

Et là-haut, dans la lumière immense,
Nous nous sommes trouvés en pleurant
Ô mon cher compagnon de silence !

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Le voyage [sung text not yet checked]

Étonnants voyageurs ! quelles nobles histoires
Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers !
Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires,
Ces bijoux merveilleux, faits d'astres et d'éthers.

Nous voulons voyager sans vapeur et sans voile !
Faites, pour égayer l'ennui de nos prisons,
Passer sur nos esprits, tendus comme une toile,
Vos souvenirs avec leurs cadres d'horizons.

Dites, qu'avez-vous vu ?

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]