Six mélodies: paroles tirées de l'Intermezzo d'Henri Heine

Song Cycle by Georges Adolphe Hüe (1858 - 1948)

Word count: 401

1. J'ai rêvé d'un enfant de roi [sung text not yet checked]

J’ai rêvé d’une enfant de roi 
aux joues pâles et humides ; 
nous étions assis sous les tilleuls vert, 
et nous nous tenions amoureusement embrassés.

« Je ne veux pas le trône de ton père, 
je ne veux pas son sceptre d’or, 
je ne veux pas sa couronne de diamants ; 
je veux toi-même, toi, fleur de beauté ! »

— Cela ne se peut pas, me répondit-elle ; 
j’habite la tombe, 
et je ne peux venir à toi que la nuit, 
et je viens parce que je t’aime.

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Note: line breaks have been added to make the prose translation appear in parallel.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. J'ai pleuré en rêve [sung text checked 1 time]

J'ai pleuré en rêve ;
[je rêvais]1 que tu étais morte;
je m'éveillai, et les larmes
coulèrent de mes joues.

J'ai pleuré en rêve ;
[je rêvais]1 que tu me quittais;
je m'éveillai, et je pleurai
amèrement longtemps après.

J'ai pleuré en rêve;
[je rêvais]1 que tu m'aimais encore;
je m'éveillai, et le torrent 
de mes larmes coule toujours.

Authorship

Based on

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
Note: line breaks have been added to make the prose translation appear in parallel.

1 Hüe: "J'ai rêvé"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Sur l'aile de mon rêve [sung text not yet checked]

Sur l’aile de [mes chants]1 je te transporterai ; 
je te transporterai jusqu’aux rives du Gange ; 
là, je sais un endroit délicieux.

Là fleurit un jardin embaumé 
sous les calmes rayons de la lune ; 
les fleurs du lotus attendent 
leur chère petite sœur.

Les hyacinthes rient et jasent entre elles, 
et clignotent du regard avec les étoiles ; 
les roses se content à l’oreille 
des propos parfumés.

Les timides et bondissantes gazelles 
s’approchent et écoutent, 
et, dans le lointain, bruissent 
les eaux solennelles du fleuve sacré.

Là, nous nous étendrons 
sous les palmiers dont l’ombre nous versera 
des rêves d’une béatitude céleste.

Authorship

Based on

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
Note: line breaks have been added to make the prose translation appear in parallel.

1 Hüe: "mon rêve"; further changes may exist not shown above.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Pourquoi les roses sont elles si pâles [sung text not yet checked]

Pourquoi les roses sont-elles si pâles, 
dis-moi, ma bien-aimée ? pourquoi ?
Pourquoi, dans le vert gazon, les violettes
sont-elles si flétries et si ennuyées ?

Pourquoi l'alouette chante-t-elle d'une voix 
si mélancolique dans l'air ? 
Pourquoi s'exhale-t-il des bosquets de jasmins
une odeur funéraire ?

Pourquoi le soleil éclaire-t-il les prairies 
d'une lueur si chagrine et si froide ? 
Pourquoi toute la terre est-elle grise 
et morne comme une tombe ?

Pourquoi suis-je moi-même si malade et si triste, 
ma chère bien-aimée, dis-le-moi ? 
Oh ! dis-moi, chère bien-aimée de mon cœur, 
pourquoi m'as-tu abandonné ?

Authorship

Based on

See other settings of this text.

Note: line breaks have been added to make the prose translation appear in parallel.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Sur les yeux de ma bien-aimée [sung text not yet checked]

Sur les yeux de ma bien-aimée
j'ai fait les plus beaux canzones;
sur la petite bouche de ma bien-aimée
j'ai fait les meilleurs terzines;
sur les yeux de ma bien-aimée
j'ai fait les plus magnifiques stances.
Et si ma bien-aimée avait un coeur,
je lui ferais sur son coeur quelque beau sonnet.

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Ma chère bien-aimée [sung text not yet checked]

— This text is not currently
in the database but will be added
as soon as we obtain it. —

Authorship

  • by Anonymous / Unidentified Author
Based on

Go to the single-text view