La damnation de Faust

Opera by Hector Berlioz (1803 - 1869)

Word count: 0

?. Le roi de Thulé [sung text checked 1 time]

Autre fois un Roi de Thulé
Qui jusqu'au tombeau fut fidèle
Reçut à la mort de sa belle
Une coupe d'or ciselé;

Comme elle ne le quittait guères
Dans les festins les plus joyeux
Toujours une larme légère
À sa vue humectait ses yeux.

Ce prince à la fin de sa vie
Lègue ses villes et son or,
Excepté la coupe chérie
Qu'à la main il conserve encor;

Il fait à sa table royale
Asseoir ses Barons et ses Pairs,
Au milieu d'une antique Salle
D'un Château que baignaient les mers.

Le buveur se lève et s'avance
Auprès d'un vieux balcon doré,
Il boit et soudain sa main lance
Dans les flots le Vase sacré;

[La vase tombe]1 l'eau bouillonne
Puis se calme [aussitôt]2 après,
Le vieillard pâlit et frissonne,
Il ne boira plus désormais.

Authorship

Based on

Go to the single-text view

View original text (without footnotes)
1 Berlioz, op. 1: "Il tombe tourne"
2 Berlioz, op. 1: "bientôt"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Air de Faust [sung text checked 1 time]

Merci, doux crépuscule!
Oh! sois le bienvenu!
Eclaire enfin ces lieux, sanctuaire inconnu,
où je sens à mon front glisser
comme un beau rêve,
comme le frais baiser d'un matin qui se lève!
C'est de l'amour, j'espère...

Oh! comme on sent ici s'envoler le souci!
Que j'aime ce silence,
et comme je respire un air pur!
Ô jeune fille! Ô ma charmante!
Ô ma trop idéale amante!
Quel sentiment j'éprouve
en ce moment fatal!

Que j'aime à contempler
ton chevet virginal!
Quel air pur je respire!
Seigneur! Seigneur!
Après ce long martyre, que de bonheur!

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. D'amour ardente flamme [sung text checked 1 time]

[D'amour l'ardente]1 flamme,
Consume mes beaux jours;
Ah ! la paix de mon âme
A donc fui pour toujours!

Son départ, son absence
Sont pour moi le cercueil;
Et loin de sa présence
Tout me paraît en deuil.

Alors, ma pauvre tête
Se dérange bientôt;
Mon faible [coeur]2 s'arrête,
Puis se glace aussitôt.

Sa marche que j'admire,
Son port si gracieux,
Sa bouche au doux sourire,
Le charme de ses yeux;

[Sa]3 voix enchanteresse,
Dont il sait m'embraser,
De sa main la caresse,
Hélas! et son baiser...

D'une amoureuse flamme,
Consument mes beaux jours;
Ah ! la paix de mon âme
A donc fui pour toujours!

Je suis à ma fenêtre,
Ou dehors, tout le jour;
C'est pour le voir paraître,
Ou hâter son retour.

Mon cœur bat et se presse
Dès qu'il le sent venir;
Au gré de ma tendresse,
Puis-je le retenir?

Ô caresses de flamme!
Que je voudrais un jour
Voir s'exhaler mon âme
Dans ses baisers d'amour!

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Berlioz, op. 1: "Une amoureuse"
2 Berlioz, op. 1: "esprit"
3 Berlioz, op. 1: "La"

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani

?. Voici des roses [sung text checked 1 time]

Voici des roses
de cette nuit écloses.
Sur ce lit embaumé,
ô mon Faust bien-aimé, repose!
Dans un voluptueux sommeil
où glissera sur toi
plus d'un baiser vermeil,
où des fleurs pour ta couche
ouvriront leurs corolles,
ton oreille entendra de divines paroles.
Écoute, écoute!
Les esprits de la terre et de l'air
commencent pour ton rêve un suave concert.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Chanson de Brander [sung text checked 1 time]

BRANDER (frappant sur la table):
 Attention ! une chanson de la plus nouvelle facture !
 et répétez bien haut le refrain avec moi !

Certain rat dans une cuisine
[Établi, comme un vrai]1 frater
S'y traita si bien, que sa mine
Eût fait envie au gros Luther.
Mais un beau jour, le pauvre diable,
Empoisonné, sauta dehors,
Aussi triste, aussi misérable
Que s'il eût eu l'amour au corps.

Que s'il eût eu l'amour au corps!

Il courait devant et derrière,
Il grattait, reniflait, mordait,
Parcourait la maison entière;
La rage à ses maux ajoutait
Au point qu'à l'aspect du délire
Qui consumait ses vains efforts,
Les mauvais plaisants pouvaient dire:
Ce rat a bien l'amour au corps!

Ce rat a bien l'amour au corps!

Dans le fourneau le pauvre sire
Crut [pourtant]2 se cacher très bien,
Mais il se trompait; et le pire,
C'est [qu'on l'y fit rôter enfin]3.
La servante, méchante fille,
De son malheur rit bien alors.
"Ah ! disait-elle, comme il grille,
Il a vraiment l'amour au corps!"
Il a vraiment l'amour au corps!

SIEBEL
 Comme ces plats coquins se réjouissent !
 c'est un beau chef-d'œuvre à citer
 que l'empoisonnement d'un pauvre rat !

Authorship

Based onBased on

Go to the single-text view

View original text (without footnotes)
1 Berlioz, op. 1: "Avait pris place; et le"
2 Berlioz, op. 1: "enfin"
3 Berlioz, op. 1: "qu'il y creva comme un chien"

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani

?. Nature immense [sung text checked 1 time]

Nature immense, impénétrable et fière,
toi seule donnes trêve
à mon ennui sans fin.
Sur ton sein tout-puissant
je sens moins ma misère,
je retrouve ma force, et je crois vivre enfin.
Oui, soufflez, ouragans,
criez, forêts profondes, croulez rochers,
torrents, précipitez vos ondes!
A vos bruits souverains
ma voix aime à s'unir.
Forêts, rochers, torrents,
je vous adore!
Mondes, qui scintillez,
vers vous s'élance le désir
d'un cœur trop vaste
et d'une âme altérée
d'un bonheur qui la fuit.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Maintenant chantons à cette belle - Devant la maison [sung text checked 1 time]

Devant la maison
De celui qui t'adore,
Petite [Lison]1,
Que fais-tu, dès l'aurore?

Au signal du plaisir,
Dans la chambre du drille,
Tu peux bien entrer fille,
Mais non fille en sortir.

Il te tend les bras,
[A lui tu cours bien vite]2,
Bonne nuit, hélas!
[Bonne nuit, ma petite!]3

Près du moment fatal
Fait grande résistance,
S'il ne t'offre d'avance, 
Un anneau conjugal!

Authorship

Based on

Go to the single-text view

View original text (without footnotes)
Note: Berlioz, op. 24 begins
Maintenant chantons à cette belle
une chanson morale
pour la perdre plus sûrement.
1 Berlioz: "Louison"
2 Berlioz: "Près de lui tu cours vite"
3 Berlioz: "Ma petite, bonne nuit"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]