Vier Lieder nach Stéphane Mallarmé

by Klaus Miehling

Word count: 401

1. Apparition [sung text not yet checked]

La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.
-- C'était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S'enivrait savamment du parfum [de tristesse]1
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d'un Rêve au cœur qui l'a cueilli.
J'errais donc, l'œil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m'es en riant apparue
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CAT Catalan (Català) [singable] (Núria Colomer) , "Aparició", copyright © 2020, (re)printed on this website with kind permission
  • CHI Chinese (中文) (Yen-Chiang Che) , "幻影", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Laura Claycomb) (Peter Grunberg) , "Apparition", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Charles Hopkins) , "Apparition", written 2002, first published 2002, copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Charles Hopkins) , "Apparition", written c2005, copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Richard von Schaukal) , "Erscheinung"
  • POL Polish (Polski) (Bronisława Ostrowska) , "Zjawa", Kraków, J. Mortkowicz, first published 1911

View original text (without footnotes)

First published in the revue Lutèce, November 24-30, 1883.

1 K. Sorabji: "de la tristesse"
Research team for this text: Auditorium du Louvre , Poom Andrew Pipatjarasgit [Guest Editor]

2. Tristesse d’Été [sung text not yet checked]

Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie, 
En l'or de tes cheveux chauffe un bain langoureux 
Et, consumant l'encens sur ta joue ennemie, 
Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux. 

Dans ce blanc Flamboiement l'immuable accalmie 
T'a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux, 
«Nous ne serons jamais une seule momie
Sous l'antique désert et les palmiers heureux!»

Mais ta chevelure est une rivière tiède, 
Où noyer sans frissons l'âme qui nous obsède 
Et trouver ce Néant que tu ne connais pas! 

Je goûterai le fard pleuré par tes paupières, 
Pour voir s'il sait donner au coeur que tu frappas 
L'insensibilité de l'azur et des pierres.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , "Summer's sadness", copyright © 2021, (re)printed on this website with kind permission

First published in Le Parnasse contemporain, June 30, 1866.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Soupir [sung text not yet checked]

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton œil angélique
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d'eau soupire vers l'Azur !
-- Vers l'azur attendri d'octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie
Et laisse, sur l'eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se trainer le soleil jaune d'un long rayon.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CAT Catalan (Català) (Salvador Pila) , "Sospir", copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Nicolas Gounin) , "Sigh", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • FIN Finnish (Suomi) (Erkki Pullinen) , "Huokaus", copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission

First published in Le Parnasse contemporain, May 12, 1866.


Researcher for this text: Nicolas Gounin [Guest Editor]

4. Soleil d'hiver [sung text not yet checked]

Phébus à la perruque rousse
De qui les larmes de vermeil,
Ô faunes ivres dans la mousse,
Provoquaient votre lourd sommeil,

Le bretteur aux fières tournures
Dont le brocart était d’ors fins
Et qui par ses égratignures
Saignait la pourpre des raisins,

Ce n’est plus qu’un Guritan chauve
Qui, dans son ciel froid verrouillé,
Le long de sa culotte mauve
Laisse battre un rayon rouillé.

Son aiguillette, sans bouffette,
Triste, pend aux sapins givrés,
Et la neige qui tombe est faite
De tous ses cartels déchirés.

Authorship

Confirmed with Stéphane Mallarmé, Œuvres complètes, Gallimard, 1951, page 43.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]