Seize mélodies pour chant et piano

Song Cycle by Georges Bizet (1838 - 1875)

Word count: 1781

1. La sirène [sung text checked 1 time]

Sous le flot qui déferle
J'habite un pays sans pareil
Où le ciel de corail vermeil
A pour lune une perle,
Un rubis pour soleil !

Et pourtant sur la grève 
Je viens chaque soir toute en pleurs
À cause... hélas ! à cause d'un bel enfant qui rêve
Et qui passe en cueillant des fleurs.

Autre fois la Sirène heureuse
Sans aimer donnait de l'amour !
La séductrice enfin est amoureuse
La charmeresse est charmée à son tour,

Et le soir, sur la grève 
Sans jamais voir mes pleurs
Le bel enfant qui rêve
Passe en cueillant des fleurs !
Hélas ! Hélas ! etc.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Ouvre ton cœur [sung text checked 1 time]

La marguerite a fermé sa corolle,
L'ombre a fermé les yeux du jour.
Belle, me tiendras-tu parole?
Ouvre ton coeur à mon amour.

Ouvre ton coeur, ô jeune ange, à ma flamme,
Qu'un rêve charme ton sommeil.
Je veux reprendre mon âme,
Comme une fleur s'ouvre au soleil!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Ahmed E. Ismail) , "Open your heart", copyright © 2005, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Enrico Magnani) , "Apri il tuo cuore", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Pourquoi pleurer [sung text not yet checked]

Un soir dans la forêt immense
Je l'attendais les yeux en pleurs,
Quand des bois perçant le silence
J'entendis ces mots séducteurs:
Pourquoi pleurer, pleurer, quand on est belle?
Si l'on t'oublie, oublie à ton tour.
Le coeur de l'homme est infidèle.
Moi, j'aime d'éternel amour.

Bientôt rayonnant de lumière
Parut, tout à coup à mes yeux,
Un être si parfait mon père,
Qu'il me semblait venir des cieux.
Pourquoi pleurer, pleurer, quand on est belle?
Si l'on t'oublie, oublie à ton tour.
Le coeur de l'homme est infidèle.
Moi, j'aime d'éternel amour.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Why are you weeping?"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Voyage [sung text checked 1 time]

Tous deux vers la rive lointaine
Traversant les monts et la plaine,
Délaissant le monde et sa chaîne
Allons ou fleurit le printemps!
Là riant des soucis moroses
Dégaigneux des gens et des choses,
Nous irons au pays des roses,
Au pays, ou l'on a vingt ans!

Dans ce pays qui sera nôtre
Sur mon bras s'appuira le vôtre;
Nous ne vivrons que l'un pour l'autre,
Oublieux des ans et des jours!
Oui, vers cette douce patrie
Marchons carsa route est fleurie,
C'est une éternelle prairie
Ouvont renaissant les amours!

Ce lieu charmant plein de mystère
N'est-il donc qu'au bout! de la terre,
L'amour fidèle et solitaire
Nous faut il si loin le chercher?
Non! pas de course vagabonde
Pourquoi la retraite profonde?
Partout l'amour, maître du monde,
Est seul quand il lui plaît d'aimer!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "The quest of love"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Aubade [sung text checked 1 time]

Ma belle, le jour va paraître,
Et l'oiseau sonne le réveil
Ouvre les yeux et ta fenêtre
Aux premiers rayons du soleil.

Et peux-tu sommeiller encore, 
Sans souci, comme sans espoir,
Quand l'amant jaloux qui t'adore
Dès l'aube accourt pour te revoir?

Ah! viens, tu l'as juré, ma belle!
viens, mon amour, tu m'appartiens!
Mon coeur t'attend, ma voix t'appelle,
A ta promesse, sois fidèle
De tes serments, je me souviens.
Ah! viens, ma belle, ma belle, ah! viens!

Viens, nous irons sur la colline,
Comme nous allons chaque jour,
Suivant le sentier qui décline
Au contraire de notre amour!

Et les pinsons du voisinage,
Témoins de nos premiers aveux.
Diront dans leur joli ramage:
Qu'ils sont aimants! qu'ils sont heureux!

Ah! viens, tu l'as juré, ma belle!
viens, mon amour, tu m'appartiens!
Mon coeur t'attend, ma voix t'appelle,
A ta promesse, sois fidèle
De tes serments, je me souviens.
Ah! viens, ma belle, ma belle, ah! viens!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Aubade"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. La nuit [sung text checked 1 time]

Minuit ! le flot murmure et le ciel étincelle
Du printemps qui renaît, fêtons l'heureux retour;
Voici que dans les prés éclot la fleur nouvelle
Voici que dans les bois passe un frisson d'amour.

Douce nuit, pure comme un rêve
Où le cœur semble s’entrouvrir,
Où vers le ciel l'âme s'élève,
Où l'amour s'apprête à fleurir.

Et qui sait ? à cette heure même,
En un coin du min ignoré,
Peut-être l'inconnu qui m'aime
Rêve-t-il que je l'aimerai ?

La nuit répand sur nous son magique silence
Tout se tait, tout s'endort sous les zéphyrs plus doux ;
En caressant nos fronts le rameau se balance,
Rêvons aux cœurs blessés qui soupirent pour nous ! 

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. Le doute [sung text checked 1 time]

Ah ! si vraiment l'indifférence
Garde ton cœur contre l'amour,
S'il faut hélas que nuit et jour
Je souffre sans espérance,
Par pitié pour celle qui supplie,
Laisse-moi ma folie,
Dernier soutien d'un cœur tout attristé,
Que nulle angoisse ne délie.

Ah ! par pitié laisse que j'ignore
Et pour jamais la vérité ;
Cruelle est la réalité,
Mieux vaut le doute encore !
Oui, j'aime mieux encor le doute
Qui me laisse un rayon d'espoir :
Plutôt cent fois ne rien savoir
Qu'apprendre ce qu'on redoute.

Si le sort qui voulut que je t'aime
Me défend cette ivresse suprême
D'un chaste amour en tes yeux refleté,
Je m'inclinerai sans blasphême !
Ah ! mais du moins laisse que j'ignore
Et pour jamais la vérité !
Cruelle est la réalité,
Mieux vaut le doute encore !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Conte [sung text checked 1 time]

Le roi vieilli s'accoude au balcon du palais,
Pour voir passer l'enfant qui va, belle et farouche,
« Le ciel est dans tes yeux, l'amour est sur ta bouche,
Tu serais, a-t-il dit, reine si tu voulais ? »

« Crois-tu qu'il me soucie en ma gaîté sereine,
D'un beau seigneur tout de brocart vêtu ?
Que gagnerais-je d'être reine
Et quels présents me ferais-tu ? »

« Tous mes trésors pour un seul regard de tes yeux ;
Ma ville et ses rempart pour payer un sourire ! »
« Roi, garde tes présents, ta ville et ton empire. »
« Quel est donc celui-là qui t'offre rien de mieux ? »

«Il n'a ni sceptre d'or ni royale couronne,
C'est un soldat don't j'attends le retour,
Et la fortune qu'il me donne
C'est sa jeunesse et son amour. »

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Aimons, rêvons [sung text checked 1 time]

Aimons! Rêvons! Que nos vois se répondent!
Aimons! Rêvons! En nous serrant la main.
Ah! parle! ta voix me pénêtre!
Parle encore! Je sens tout mon être
Frémir d'amour à tes accents!
Mon coeur par toi semble renaître!
Et je vois dans tes yeux
Resplendir la clarté des cieux!
Ah! parle! ta voix me pénêtre!
Parle encore! Je sens tout mon être
Frémir et renaître.
L'heure est brève,
Aimons nous
Rêver est doux!
Et l'amour est un rêve!

Aimer! Rêver! Sans aimer pourquoi vivre?
Rêver! Aimer! C'est la loi du bonheur.
Le rêve si doux à poursuivre,
De son charme tous deux nous enivre,
Berçant l'espoir dans notre coeur.
En ton amour je crois renaître,
Et je vois dans tes yeux
Resplendir la clarté des cieux!
Tu parles, ta voix me pénêtre;
Un sourire ravit tout mon être.
L'amour est mon maître!
L'heure est brève,
Et pour nous,
Rien n'est si doux
Que l'amour et le rêve!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Loving and dreaming"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

10. La chanson de la rose [sung text checked 1 time]

Viens à moi ! Viens à moi !
Le ciel joyeux se dore !
Ah! Viens à moi! Viens à moi !
Le fleur s'épanouie
Aspire le soleil,
Tout murmure et sourit,
Tout murmure, tout aime !
Tout aime, tout adore;
La nuit a disparu, voici le gai réveil !
Tout aime, tout adore ; Voici la douce aurore !
Tout aime! Viens à moi!

Les abeilles déjà bourdonnent sous les herbes;
Les abeilles déjà, pour y puiser leur miel,
Butinent sur les fleurs;
Vois ! vois comme des beaux lys les pétales superbes
Reçoivent du matin les baisers et les pleurs !
Viens a moi ! Je te veux donner toute mon âme !
Ah viens ! ah ! viens à moi !
Je veux t'appartenir dans un baiser de flamme !
Et quand tu me fuiras, je veux mourir d'aimer !
Je veux de mes parfums doucement t'embaumer.
Je t'aime ! viens à moi.

Authorship

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani

12. Le Gascon [sung text checked 1 time]

Cadédis ! lorsque je me fâche, 
Tordant ma moustache 
D'un air cavalier, 
Le plus fier, s'il n'a point envie 
De perdre la vie, 
Descend l'escalier ! 

Mais, sandis ! lorsque je me pose, 
Bouche en cœur de rose 
Et l'œil bien fendu, 
La plus sage se tient à quatre !... 
J'en ai vu se battre 
Pour mon gant perdu 

Cadédis ! à Versaille, au Louvre, 
Le roi, dès qu'on ouvre, 
M'adresse un bonjour. 
J'ai souvent, vêtu d'amaranthe, 
Dansé la Courante 
Aux ballets de cour. 

Mais, sandis ! c'est midi qui cloche. 
J'ai deux sols en poche, 
Diantre, et j'ai grand faim… 
Bah ! viens ça, bouquetière éclose ! 
L'odeur de la rose 
Vaut le goût du pain !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

13. N'oublions pas [sung text checked 1 time]

Elle était jeune et jolie,
Et moi j'aimais follement
(Peut-être son coeur l'oublie)
Son regard pur et charmant.

Mes yeux seuls osaient lui dire
Ce que je pensais tout bas!
J'ai pleuré de son sourire.
O mon coeur, n'oublions pas!

Un jour, étrange follie
Qui soudain vint m'embraser
(Son coeur peut-être l'oublie)
Je lui ravis un baiser!

Dans son trouble encor plus belle.
Je la vis fuir de mes bras
"Un baiser volé," dit-elle,
"Mon coeur ne l'oubliera pas!"

Ma voix alors la supplie,
"Du baiser faites moi don!"
Et j'obtins (son coeur l'oublie)
Le baiser et le pardon!

Pure ivresse, ardente flamme,
Au seuil même du trépas,
Rassasie encor mon âme!
Triste et seul, n'oublions pas!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Let us not forget"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

14. Si vous aimez [sung text checked 1 time]

Si vous aimez vous saurez tout comprendre,
Tout jusqu'aux mots que l'on ne se dit pas.
Si vous aimez, vous saurez tout comprendre
Jusqu'aux aveux que le cœur fait tout bas.

Oui, oui, vous le comprendrez
Et vous devinerez !
Ah ! oui, vous comprendrez !
Si vous aimez !

Si vous aimez, en tous lieux une image
Suivra vos pas et vous consolera.
Si vous aimez, comme un léger nuage
Sur votre front une ombre planera.

Ah ! oui, vous vous reverrez
Partout où vous vivrez !
Si vous aimez !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

15. Pastel [sung text checked 1 time]

C'est un portrait de jeune fille,
On l'a fait au siècle passé,
Les ans l'ont à peine effacé!
Ce regard où son âme brille
Est innocent et curieux,
Me dit ces mots mystérieux:
Ne cherche pas ce qu'on peut lire
Dans mes yeux bleus couleur du temps,
Et n'y vois rien que le sourire
Qui t'attendait depuis cent ans.

À quoi cette enfant pensait-elle,
Quand le peintre la regardait?
Son coeur avait-il un secret?
Sur sa bouche on voit un sourire,
Est-ce ironie, est-ce bonheur?
Que dit-il sous cet air railleur?
Il dit, je crois: à quoi bon lire
Dans les feuillets noircis du temps?
Vois-y seulement le sourire,
Qui t'attendait depuis cent ans!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "Pastel", copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

16. L'abandonnée [sung text checked 1 time]

D'autres femmes m'ont pris son regard, sa pensé!
Comme dans l'eau courante
Une image effacée,
Rien n'est resté de moi dans son rêve oublieux!
Si je frappe à sa porte, il dira, l'infidèle:
"Quelle est cette étrangère et pourquoi pleure-t-elle?"
Il n'aura reconnu ni mes pleurs ni mes yeux!

Mais je suivrai toujours celui qui m'abandonne;
Sa trahison n'est rien puisque je la pardonne;
S'il faut mourir par lui je bénis le tombeau.
Et s'il vole toujours à quelque amour nouvelle,
Je ne demande rien sinon que l'infidèle
M'ait oubliée assez pour m'aimer de nouveau!

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]