Cinq Sonnets de Louise Labé

Song Cycle by Michel Decoust (b. 1936)

Word count: 494

1. Ô longs désirs [sung text not yet checked]

Ô longs desirs, Ô esperances vaines,
 Tristes soupirs & larmes coutumieres
 À engendrer de moy maintes riuieres,
 Dont mes deus yeus sont sources & fontaines :

Ô cruautez, ô durtez inhumaines,
 Piteus regars des celestes lumieres :
 Du cœur transi ô passions premieres,
 Estimez vous croitre encore mes peines ?

Qu'encor Amour sur moy son arc essaie,
 Que nouueaus feus me gette & nouueaus dars :
 Qu'il se despite, & pis qu'il pourra face :

Car ie suis tant nauree en toutes pars,
 Que plus en moy une nouuelle plaie,
 Pour m'empirer ne pourroit trouuer place.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Œuvres de Louise Labé, texte établi par Charles Boy, Paris, Alphonse Lemerre, 1887, pages 94-95.


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Guy Laffaille [Guest Editor]

2. Depuis qu'amour cruel [sung text not yet checked]

Depuis qu'Amour cruel empoisonna
 Premièrement de son feu ma poitrine,
 Tousiours brulay de sa fureur diuine,
 Qui un seul iour mon cœur n'abandonna.

Quelque trauail, dont assez me donna,
 Quelque menasse & procheine ruïne :
 Quelque penser de mort qui tout termine,
 De rien mon cœur ardent ne s'estonna.

Tant plus qu'Amour nous vient fort assaillir,
 Plus il nous fait nos forces recueillir,
 Et tousiours frais en ses combats fait estre :

Mais ce n'est pas qu'en rien nous fauorise,
 Cil qui les Dieus & les hommes mesprise :
 Mais pour plus fort contre les fors paroitre.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Œuvres de Louise Labé, texte établi par Charles Boy, Paris, Alphonse Lemerre, 1887, page 95.


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Guy Laffaille [Guest Editor]

3. Non avria Ulysse [sung text not yet checked]

Non hauria Vlysse o qualunqu'altro mai
Piu accorto fù, da quel diuino aspetto
 Pien di grade, d'honor & di rispetto
 Sperato quai i sento assanni e guai.

Pur, Amor, co i begli ochi tu fatt'hai
 Tal piaga dentro al mio innocente petto,
 Di cibo & di calor gia tuo ricetto,
 Che rimedio non v'e si tu no'l dai.

Ô forte dura, che mi fa esser quale
 Punta d'un Scorpio, & domandar riparo
 Contr' el velen' d'all' istesso animale.

Chieggio li sol' ancida questa noia,
 Non estingua el desir à me si caro,
 Che mancar non potra ch' i non mi muoia.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Œuvres de Louise Labé, texte établi par Charles Boy, Paris, Alphonse Lemerre, 1887, page 93.

Modernized spelling version:

Non havria Ulysse o qualunqu'altro mai
Piu accorto fù, da quel divino aspetto
Pien di gratie, d'honor et di rispetto
Sperato qual i sento affani e guai.

Pur, Amour, coi begli ochi tu fatt'hai
Tal piaga dentro al mio innocente petto,
Di cibo et di calor gia tuo ricetto,
Che rimedio non v'è si tu n'el dai.

O sorte dura, che mi fa esser quale
Punta d'un Scorpio, e domandar riparo,
Contr'el velen' dall'istesso animale.

Chieggio li sol' ancida questa noia,
Non estingua el desir à me si caro,
Che mancar non potra ch'i non mi muoia.

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Guy Laffaille [Guest Editor]

4. Tant que mes yeux pourront larmes estandre [sung text not yet checked]

Tant que mes yeus pourront larmes espandre,
 À l'heur passé auec toy regretter :
 Et qu'aus sanglots & soupirs resister
 Pourra ma voix, & un peu faire entendre :

Tant que ma main pourra les cordes tendre
 Du mignart Lut, pour tes grâces chanter :
 Tant que l'esprit se voudra contenter
 De ne vouloir rien fors que toy comprendre :

Ie ne souhaitte encore point mourir.
 Mais quand mes yeus ie sentiray tarir,
 Ma voix cassee, & ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel seiour
 Ne pouuant plus montrer signe d'amante :
 Priray la Mort noircir mon plus cler iour.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Œuvres de Louise Labé, texte établi par Charles Boy, Paris, Alphonse Lemerre, 1887, page 101.

Modernized spelling version:

Tant que mes yeux pourront larmes épandre
A l'heur passé avec toi regretter,
Et qu'aux sanglots et soupirs résister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre ;

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignard luth, pour tes grâces chanter ;
Tant que l'esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toi comprendre,

Je ne souhaite encore point mourir.
Mais, quand mes yeux je sentirai tarir,
Ma voix cassée, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel séjour
Ne pouvant plus montrer signe d'amante,
Prierai la mort noircir mon plus clair jour.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Ô beaus yeux bruns [sung text not yet checked]

Ô beaus yeus bruns, ô regars destournez,
 Ô chaus soupirs, ô larmes espandues,
 Ô noires nuits vainement atendues,
 Ô iours luisans vainement retournez :

Ô tristes pleins, ô desirs obstinez,
 Ô tems perdu, ô peines despendues,
 Ô mile morts en mile rets tendues,
 Ô pires maus contre moy destinez.

Ô ris, ô front, cheueus, bras, mains & doits :
 Ô lut pleintif, viole, archet & vois :
 Tant de flambeaus pour ardre une femmelle !

De toy me plein, que tant de feus portant,
 En tant d'endrois d'iceus mon cœur tatant.
 N'en est sur toy volé quelque estincelle.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Œuvres de Louise Labé, texte établi par Charles Boy, Paris, Alphonse Lemerre, 1887, page 94.


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Guy Laffaille [Guest Editor]