Feuilles d'album

Song Cycle by Hector Berlioz (1803 - 1869)

Word count: 1237

1. Zaïde [sung text checked 1 time]

Ma ville, ma belle ville,
C'est Grenade au frais jardin.
C'est le palais d'Aladin,
Qui vaut Cordoue et Séville.

Tous ses balcons sont ouverts,
Tous ses bassins diaphanes,
Toute la cour des Sultanes
S'y tient sous les myrthes verts.

Ainsi près de Zoraïde,
A sa voix donnant l'essor,
Chantait la jeune Zaïde,
Le pied dans ses mules d'or.

La reine lui dit: "Ma fille,
D'où viens-tu donc?" Je n'en sais rien.
"N'as-tu donc pas de famille?"
Votre amour est tout mon bien;

O ma reine, j'ai pour père
Ce soleil plein de douceurs;
La sierra, c'est ma mère,
Et les étoiles mes soeurs.

Ce pendant sur la colline,
Zaïde à la nuit pleurait:
"Hélas! je suis orpheline,
De moi qui se chargerait?"

Un cavalier vit la belle,
La prit sur sa selle d'or.
Grenade, hélas! est loin d'elle,
Mais Zaïde y rêve encor.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Shawn Thuris) , "Zaide", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Les champs [sung text checked 1 time]

Rose partons; voici l'aurore:
Quitte [des]1 oreillers si doux.
Entends-tu la cloche sonore
Marquer l'heure du rendez-vous?
Cherchons, loin du bruit de la ville,
Pour le bonheur un [sûr]2 asile.

Viens aux champs couler d'heureux jours;
Les champs ont aussi leurs amours!

Viens aux champs fouler la verdure;
Donne le bras à ton amant;
Rapprochons-nous de la nature
Pour nous aimer plus tendrement.
Des oiseaux la troupe éveillée
Nous appelle sous la feuillée.

Viens aux champs couler d'heureux jours;
Les champs ont aussi leurs amours!

Allons visiter des rivages
Que tu croiras des bords lointains.
Je verrai sous d'épais ombrages
Tes pas devenir incertains.
[ Le désir cherche un lit de mousse.
Le monde est loin, l'herbe est si douce.

Viens aux champs couler d'heureux jours;
Les champs ont aussi leurs amours!

C'en est fait. Adieu, vains spectacles!
Adieu, Paris où je me plus,
Où les beaux-arts font des miracles,
Où la tendresse n'en fait plus! ]3
Rose, dérobons à l'envie
Le doux secret de notre vie.

Viens aux champs couler d'heureux jours;
Les champs ont aussi leurs amours!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Berlioz: "ces"
2 Berlioz: "pur"
3 Not set by Gounod.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Chant des chemins de fer [sung text checked 1 time]

C'est le grand jour, le jour de fête,
Jour du triomphe et des lauriers.
Pour vous, ouvriers,
La couronne est prête.
Soldats de la paix,
C'est votre victoire;
C'est à vous la gloire
De tant de bienfaits.

C'est le grand jour, etc.

Les cloches sonnent dès l'aurore,
Et le canon répond sur les remparts.
Sous l'oriflamme tricolore
Le peuple accourt de toutes parts.

C'est le grand jour, etc.

Que de montagnes effacées!
Que de rivières traversées!
Travail humain, fécondante sueur!
Quels prodiges et quel labeur!

C'est le grand jour, etc.

Les vieillards, devant ce spectacle,
En souriant descendront au tombeau;
Car à leurs enfants ce miracle
Fait l'avenir plus grand, plus beau.

C'est le grand jour, etc.

Des merveilles de l'industrie
Nous, les témoins, il faut chanter
La paix! Le Roi! L'ouvrier! La patrie!
Et le commerce et ses bienfaits!

C'est le grand jour, le jour de fête,
Jour du triomphe et des lauriers.

Que dans les campagnes si belles
Par l'amitié les peuples plus heureux
Élévent leurs voix solennelles
Jusqu'à Dieu caché dans les cieux!

C'est le grand jour, etc.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Prière du matin [sung text checked 1 time]

Ô Père qu'adore mon père !
Toi qu'on ne nomme qu'à genoux ;
Toi dont le nom terrible et doux
Fait courber le front de ma mère ;

On dit que ce brillant soleil
N'est qu'un jouet de ta puissance ;
Que sous tes pieds il se balance
Comme une lampe de vermeil.

[ ... ]

13. Mon Dieu, donne l'onde aux fontaines,
Donne la plume aux passereaux,
Et la laine aux petits agneaux,
Et l'ombre et la rosée aux plaines.

Donne au [malade la santé,
Au]4 mendiant le pain qu'il pleure,
À l'orphelin une demeure,
[Au]5 prisonnier la liberté.

[ ... ]

Mets dans mon âme la justice,
Sur mes lèvres la vérité,
Qu'avec crainte et docilité
Ta parole en mon cœur mûrisse !

[ ... ]

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)

Confirmed with Œuvres complètes de Lamartine. Harmonies poétiques et religieuses, Paris, chez l'auteur, 1860, pages 295-298.

1 Lalo: "Et c'est toi"
2 Liszt: "invoquer"
3 lines reversed by Lalo.
4 omitted by Lalo.
5 Lalo: "Donne au"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. La belle Isabeau [sung text checked 1 time]

Dans la montagne noire, 
Au pied du vieux château,
J'ai ouï conter l'histoire
De la jeune Isabeau.

Elle était de votre âge,
Cheveux noirs et l'oeil bleu.
Enfants, voici l'orage!
À genoux! Priez Dieu!

La belle jeune fille
Aimait un chevalier.
Son père sous la grille
La tint comme un géôlier.

Le chevalier volage
L'avait vue au saint lieu.
Un soir dans sa cellule
Isabeau vit soudain,
Sans crainte et sans scrupule,

Entrer le paladin. L'ouragan faisait rage,
Le ciel était en feu.
Enfants, voici l'orage!
À genoux! Priez Dieu!

De frayeur Isabelle 
Se sentit le coeur plein:
Où donc est, disait-elle,
Le sire chapelain?

Il est, suivant l'usage,
À prier au saint lieu.
Venez! avant l'aurore 
Nous serons de retour.

Hélas! son père encore 
L'attend depuis ce jour
Enfants, voici l'orage!
À genoux! Priez Dieu!

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Le chasseur danois [sung text checked 1 time]

Entendez-vous dans la bruyère?
Déjà chante le coq des bois.
Allons, allons réveillez-vous,
Mon père! Volez à de nouveaux exploits!
En chasse! en chasse! en chasse! et que Dieu vous protège!
Et toi qui chantes là-bas, 
Ce soir tu ne chanteras pas.

Entendez-vous la voix fidèle
De votre épagneul favori?
Il se fait tard. Il vous appelle, il vous appelle,
Pour que vous partiez avec lui.
En chasse! en chasse! en chasse! et que Dieu vous protège!
Et toi qui chantes là-bas,
Ce soir tu ne chanteras pas.

Allons! allons sans plus attendre.
Mon père levez-vous enfin!
Allons! allons! La voix d'un fils, ne pouvez-vous l'entendre?
Vous dormez bien tard, ce matin.
En chasse! en chasse! en chasse! et que Dieu vous protège!
Et toi qui chantes là-bas,
Ce soir tu ne chanteras pas.

Ainsi disait dans la chaumière
Un jeune enfant. Voeux superflus!
Le vieux chasseur, son pauvre père,
Hélas! ne répétera plus:
En chasse! en chasse! en chasse! et que Dieu vous protège!
Et toi qui chantes là-bas,
Ce soir tu ne chanteras pas.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Shawn Thuris) , "The Danish huntsman", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]