Rimes et mélodies, 12 morceaux de chant, 2ème série

by Jean-Louis Aristide Hignard (1822 - 1897)

Word count: 1080

1. Sérénade [sung text not yet checked]

Scintillantes étoiles,/ Fleurs des nuits de l'été
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

2. Au printemps [sung text checked 1 time]

Au lever du soleil, tous deux ma bien-aimée,
Nous avons pris gaiement la route parfumée.
Ma main pressait ta main, je t'ai dit : m'aimes-tu ?
Le matin des ses clartés douces
Paraît les arbres et les mousses.
Et cependant ton coeur s'est tu ...
C'est de ta bouche même,
Que mon coeur les attend,
Ces mots divins : je t'aime,
Moi qui t'aime tant.
C'est de ta bouche même,
Que mon coeur les attend,
Ces mots divins : je t'aime,
Moi qui t'aime tant.

Et nous avons marché toute cette journée,
Par les sentiers en fleurs, bien loin je t'ai menée,
Tu n'as pas répondu ! rien n'a pu t'émouvoir.
Si tu m'aimes pourquoi te taire ?
La nuit arrive et ce mystère
Je suis encore à le savoir.
C'est de ta bouche même,
Que mon coeur les attend,
Ces mots divins : je t'aime,
Moi qui t'aime tant.
C'est de ta bouche même,
Que mon coeur les attend,
Ces mots divins : je t'aime,
Moi qui t'aime tant.

Mais ici, te voilà dans mes bras retenue
Et notre chambre est close et la nuit est venue,
Dans notre isolement, nous n'entendrons que nous !
Cet aveu qu'en vain je réclame,
Que ton coeur le verse en mon âme,
Je t'en supplie à deux genoux.
Ah ! de ta bouche même,
Dis et redis : je t'aime !
A qui t'aime tant.
Ah ! de ta bouche même,
Ces mots je les entends
Dis et redis : je t'aime !
A qui t'aime tant.

Authorship

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani

3. Souvenirs d'Écosse [sung text not yet checked]

Beaux lacs aux ondes dormantes,
Gardez à jamais
Vos légendes charmantes,
Beaux lacs écossais !

Sur vos bords on trouve la trace
De ces héros tant regrettés,
Ces descendants de noble race,
Que notre Walter a chantés !
Voici la tour où les sorcières
Préparaient leur repas frugal ;
Là, les vastes champs de bruyères,
Où revient l’ombre de Fingal.

Ici passent dans la nuit sombre
Les folles danses des lutins.
Là, sinistre, apparaît dans l’ombre
La face des vieux Puritains !
Et parmi les rochers sauvages,
Le soir, on peut surprendre encore
Waverley, qui, vers vos rivages,
Entraîne Flora Mac Ivor !

La Dame du Lac vient sans doute
Errer là sur son palefroi,
Et Diana, non loin, écoute
Résonner le cor de Rob Roy !
N’a-t-on pas entendu naguère
Fergus au milieu de ses clans,
Entonnant ses pibrochs de guerre,
Réveiller l’écho des Highlands

Si loin de vous, lacs poétiques,
Que le destin mène nos pas,
Ravins, rochers, grottes antiques,
Nos yeux ne vous oublieront pas !
Ô vision trop tôt finie,
Vers nous ne peux-tu revenir !
À toi, vieille Calédonie,
À toi, tout notre souvenir !

Beaux lacs aux ondes dormantes,
Gardez à jamais
Vos légendes charmantes,
Beaux lacs écossais !

Authorship

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Guy Laffaille [Guest Editor]

4. Stances à la marquise [sung text not yet checked]

Marquise, si mon visage
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

See other settings of this text.

5. Chant d'amour  [sung text not yet checked]

Parle-moi, que ta voix me touche !
Chaque parole sur ta bouche
Est un écho mélodieux.
Quand ta voix meurt dans mon oreille,
Mon âme résonne et s'éveille,
Comme un temple à la voix des [dieux]1.

Un souffle, un mot puis un silence,
C'est assez : mon âme devance
Le sens interrompu des mots,
Et comprend ta voix fugitive,
Comme le gazon sur la rive
Comprend le murmure des flots.

Un son qui sur ta bouche expire,
Une plainte un demi-sourire,
Mon cœur entend tout sans effort :
Le souffle même du zéphire
Devient un ravissant accord.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , copyright © 2012

View original text (without footnotes)
1 Rothschild: "cieux"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Villanelle [sung text not yet checked]

[Rozette]1, pour un peu d'absence
Votre cœur vous avez changé ;
Et moi, sachant cette inconstance,
Le mien autre part j'ai rangé.
Jamais plus beauté si légère
Sur moi tant de pouvoir n'aura.
Nous verrons, volage bergère,
Qui premier s'en repentira.

Tandis qu'en pleurs je me consume.
Maudissant cet éloignement,
Vous, qui n'aimez que par coutume.
Caressiez un nouvel amant.
Jamais légère girouette
Au vent sitôt ne se vira.
Nous verrons, bergère Rozette,
Qui premier s'en repentira.

Où sont tant de promesses saintes,
Tant de pleurs versés en partant ?
Est-il vrai que ces tristes plaintes
Sortissent d'un cœur inconstant ?
Dieux, que vous êtes mensongère.
Maudit soit qui plus vous croira !
Nous verrons, volage bergère,
Qui premier s'en repentira.

Celui qui a gagné ma place
Ne [vous peut]2 aimer tant que moi,
Et celle que j’aime vous passe
De beauté, d’amour et de foi.
Gardez bien votre amitié neuve ;
La mienne plus ne variera ;
Et puis nous verrons à l’éprouve
Que premier s’en repentira.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Judith Kellock) , copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Collection des romans de chevalerie: mis en prose française moderne, Volume 1, ed. by Alfred Delvau, Paris, Librairie Bachelin-Deflorenne, 1869, page 288.

1 Dandelot, Huberti, Leguerney: "Rosette", passim.
2 Pierné: "peut vous"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Stuart Price

7. Le mougik [sung text not yet checked]

Subtitle: Imité de Pouchkine

Glisse noir traineau/ Sur la blanche neige
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

8. La belle Julie d'Angennes [sung text not yet checked]

Subtitle: Madrigal

[ ... ]

Au cours du bois de Vincennes
Le soleil a disputé
De lumiere et de beauté,
Avec la belle d' Angennes ;
Mais le soleil le perdit,
Aux rayons qu' elle épandit.

Au milieu de sa carriere
Voyant l' éclat de ses yeux,
En vain le flambeau des cieux
Fit redoubler sa lumiere :
Car avecque tous ses feux,
Qu' eust-il fait seul contre deux ?

Dans le fond d' un bois antique
Un rossignol disputa
Sur ut, re, mi, fa, sol, la,
Avec la belle Angelique ;
Mais le rossignol perdit,
Au doux son qu' elle épandit.

[ ... ]

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Cydalise [sung text not yet checked]

Subtitle: Cavatine

Vous savez bien où sont allés
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

10. La coupe [sung text not yet checked]

La fraîche coupe de cristal
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

11. Ballade [sung text not yet checked]

Au bord du clair ruisseau
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

12. La tankadère [sung text checked 1 time]

Subtitle: Chanson chinoise

Ma barque, de mille fleurs
Est parée,
Et l'eau se teint des plus vives couleurs.
J'attends celui dont je suis adorée.
Il reviendra demain.
Dieu bleu, que son chemin,
Pour le retour s'abrège !
Et que ta puissante main
Le protège !
Le protège !
 
Il est allé loin de nous
J'imagine.
Il a passé le pays des Mandchous,
Il a franchi la Muraille de Chine
Ah ! que mon cœur souvent
A frémi quand le vent
Par les cieux faisait rage.
Et je pleurais le suivant
Dans l'orage
Dans l'orage.
 
Qu'ai-je besoin de savoir
Ta fortune,
O cher amant,  je ne veux que te voir,
Te voir ici pour la nouvelle lune.
Laissons aux Mandarins
Leurs colliers à gros grains,
Leur dragon pour emblème.
L'amour vaut tous les écrins.
Et je t'aime,
Et je t'aime!

Authorship

Note: La tankadère refers to a girl of the Tanka people. Thanka people traditionally live, in small boats, on the Chinese coast.

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani