Six poésies d'Armand Silvestre

Song Cycle by Alexis de Castillon (1838 - 1873)

Word count: 625

1. Le bûcher [sung text checked 1 time]

Dans les sentiers perdus moissonant les bois morts,
Le Temps a traversé la forêt de mon âme,
Entassant et foulant souvenirs et remords,
En un sombre bûcher d'où jaillira la flamme.

Ô mes folles amours ! Démons ! Cœurs inhumains !
Accourez et dansez ! C'est mon âme qui brûle !
-- Je m'en retourne aux cieux comme le grand Hercule.
Sur les ailes du feu qu'ont allumé vos mains !

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , "The pyre", copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Le semeur [sung text checked 1 time]

Debout sur le sillon béant, le vieux semeur
En cadence y fait choir la graine nourricière ;
Les corbeaux, attentifs à son prudent labeur,
Avides pélerins, cheminent par derrière,

Nous semons nos espoirs, tout le long du chemin,
Aux sillons de l'amour, aux vent du lendemain !
-- Le temps, sombre corbeau toujours en sentinelle,
Dévore [sur nos pas la semence éternelle]1 !

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , "The sower", copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Castillon: "sous nos pas la semence immortelle"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Sonnet mélancolique [sung text checked 1 time]

Qui sait où s'enfuit
Le sang de nos veines ?
Que de choses vaines 
Notre âme poursuit ! 

Lèvres de fleurs pleines, 
Qui sait, dans la nuit,
Où le vent conduit 
Vos chères haleines ?

Sait tout qui sait bien, 
Qu'il n'est de vrai bien,
Qu'au cœur où s'attache 

L'amoureux souci.
Aimons sans relâche ! 
Aimons sans merci !

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , "Melancholy sonnet", copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. La mer [sung text checked 1 time]

Ô Mer, sinistre mer, que la bise d'automne
Secoue et fait claquer ainsi qu'un vain lambeau :
Ô Mer, joyeuse Mer, magnifique manteau
Qu'agraffe le soleil aux flancs nus de Latone1 ;

Ô Mer, sinistre mer, dont les gémissements
Troublent l'esprit nocturne attardé sur les grèves ;
Ô Mer, joyeuse mer qui, pour bercer les rêves,
As des bruits de baisers et [de chuchotements]2 ;

Ô Mer, sinistre mer, pleine de funérailles !
Ô Mer, joyeuse mer, qui peuple un flot vivant !
La vie avec la mort en toi semblent [souvent]3
S'unir pour féconder tes profondes entrailles.

[ ... ]

Puisque, sans te lasser, l'âpre travail du vent
Engloutit dans tes flancs de charnelles semailles,
Ô Mer, sinistre Mer, pleinde de funérailles !
Ô Mer, joyeuse Mer qui peuple un flot vivant!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Moře", first published 1877
  • ENG English (Laura Prichard) , "The sea", copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 In Roman mythology, Latone was the mother of Apollo and Diana through Jupiter. Juno pursued Latone in revenge, but Neptune took her under his protection, creating the island of Delos for her to live on with her children.
2 Castillon: "des frémissements"
3 omitted by Castillon.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Renouveau [sung text checked 1 time]

Doux réveil des bois et des près
D'or et de pourpre diaprès,
Rapide oubli des jours moroses,
Salut ! printemps, père des roses !

Si tu la revois sous la fleur
De sa virginale le pâleur,
Dis à Dieu qu'il me la renvoie,
Celle qui fut toute ma joie,

-- Celle qui fait tout mon souci !

Voyant que je la pleure ainsi,
Printemps joyeux, ramène aussi
L'essaim des rires de sa bouche,
Doux bruit dont mon cœur s'effarouche,

Bruit charmant, cruel et moqueur...
[Ramène-moi, printemps vainqueur,]1
L'amoureuse, que j'ai servie :
[Celle qui fut tout ma vie,

-- Celle qui reste tout mon cœur !]2

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 omitted by Castillon.
2 Castillon exchanges these two lines.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Vendange [sung text checked 1 time]

L'aube [allume]1 sur les coteaux,
L'éclair des serpes aiguisées :
Courez, faucilles et couteaux,
[Au travers des]2 feuilles rosées.
Le cep aux ramures brisées
Gémit ainsi qu'un être humain.
-- Douleur étrange!
[Myrto, pareil]3 à la vendange,
Mon cœur a saigné sous ta main!

Midi qui verse le sommeil
Descend de la vigne à la plaine.
Les vendangeurs, troupeau vermeil,
Dorment sous sa brûlant haleine.
Celle qui veille pour ma peine
Ceint son front d'un raisin sanglant.
-- Parure étrange !
[Myrto, pareil]3 à la vendange,
Mon désir étreint ton front blanc.

[Dans les sourds tonneaux, jusqu'au soir,
Les hottes se sont écroulées.
À l'aigre refrain du pressoir
Se mêlent des chansons ailées.
L'enfant, sur les grappes foulées
Saute avec un rire ingénu.
-- La danse étrange !
Myrto, pareil à la vendange,
Je suis meurtri sous ton pied nu !]4

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "The grape harvest", copyright © 2006, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Castillon: "éveille"
2 Castillon: "A travers les"
3 Castillon: "Ô Rosa ! pareil"
4 Castillon replaces this with the following stanza, made up of rearranged lines from another poem:
Mais je maudis tout bas ta puissance farouche,
Qui sans pitié suspend au dessus de ma bouche,
Où mes désirs jamais ne seront apaisés,
Cette vendange amère, offerte à mes baisers!
Mon désir, pareil à la vendange,
Etreint, Rosa, ton front blanc.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]