Six mélodies

by Pauline Viardot-García (1821 - 1910)

Word count: 686

1. À la Fontaine [sung text checked 1 time]

Que viens-tu faire à la fontaine,
fillette blonde aux yeux d'azur ?
Depuis longtemps ta cruche est pleine,
Tu souris encor au flot pur.
Espères-tu, par ton haleine,
Réchauffer, au fond du puits obscur,
L'image du beau capitaine,
Que l'on t'a donné pour futur ?
Ce qui te retient davantage,
C'est, je crois, qu'avec ton image
L'onde reflète les lilas
Et que, caché par le feuillage,
Tu vois le timide Lucas,
Qui croit, que tu ne le vois pas !

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

3. Ici-bas tous les lilas meurent [sung text not yet checked]

Ici-bas tous les lilas meurent,
Tous les chants des oiseaux sont courts,
Je rêve aux étés qui demeurent
    Toujours...

Ici-bas les lèvres effleurent 
Sans rien laisser de leur velours,
Je rêve aux baisers qui demeurent
    Toujours...

Ici-bas, tous les hommes pleurent
Leurs amitiés ou leurs amours;
Je rêve aux couples qui demeurent 
    Toujours...

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Zde"
  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "In this world"
  • GER German (Deutsch) (Martin Stock) , "Hier auf Erden", copyright © 2001, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ramona Gabriela Peter) , "Quaggiù", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Note: quoted in Jules Lemaître's "Vers pour être chantés".


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Sérénade à Rosine [sung text checked 1 time]

Sous ta mantille sombre,
ô belle au grand œil noir,
quel doux espoir t’amène
à ton balcon, le soir ?

Don Bartolo sommeille
et Marceline aussi.
Pour la première fois,
on te voit seule ainsi.

Pour qui viens-tu ?
Pour qui? Pour qui ? Pour qui ?

Que je serais heureux
si tu pensais à moi.
Comme en trois bonds joyeux
je serais près de toi !

Détache de ton front
cette discrète fleur
Et que ce soit, pour moi,
le signe du bonheur,
de grâce, hâte toi !

La duègne peut venir.
Bien imprudent celui
qui laisse du plaisir
Les courts moments s’enfuir.

Ô belle, prends pitié
de mon brûlant émoi !
un mot, un geste, un seul
et je suis près de toi !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Madrid [sung text checked 1 time]

Madrid, princesse des Espagnes,
Il court par tes mille campagnes
Bien des yeux bleus, bien des yeux noirs.
La blanche ville aux sérénades,
Il passe par tes promenades
Bien des petits pieds tous les soirs.

[Madrid, quand tes taureaux bondissent,
Bien des mains blanches applaudissent,]1
Bien des écharpes sont en [jeux]2;
Par tes belles nuits étoilées, 
Bien des señoras long voilées
Descendent tes escaliers bleus.

Madrid, Madrid, moi, je me raille
De tes dames à fine taille 
Qui chaussent l'escarpin étroit;
Car j'en sais une, par le monde,
Que jamais ni brune ni blonde
N'ont valu le bout de son doigt!

[ ... ]

Car c'est ma princesse Andalouse!
Mon amoureuse, ma jalouse, 
Ma belle veuve au long réseau!
C'est un vrai démon, c'est un ange!
Elle est jaune comme une orange,
Elle est vive comme l'oiseau! 

[ ... ]

Or, si d'aventure on s'enquête
Qui m'a valu telle conquête,
C'est l'allure de mon cheval, 
Un compliment sur sa mantille
[Puis]3 des bonbons à la vanille 
Par un beau soir de carnaval.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Amanda Cole) , "Madrid", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 omitted by Viardot-Garcia.
1 Viardot-Garcia: "jeu"
3 Viardot-Garcia: "Et"

Researcher for this text: John Versmoren

6. Les filles de Cadix [sung text not yet checked]

Nous venions de voir le taureau,
  Trois garçons, trois fillettes.
Sur la pelouse il faisait beau,
Et nous dansions un boléro
  Au son des castagnettes :
    « Dites-moi, voisin,
    Si j'ai bonne mine,
    Et si ma basquine
    Va bien, ce matin.
  Vous me trouvez la taille fine ?...
        Ah ! ah !
Les filles de Cadix aiment assez cela. »

Et nous dansions un boléro
  Un soir, c'était dimanche.
Vers nous s'en vint un hidalgo
Cousu d'or, la plume au chapeau,
  Et le poing sur la hanche :
    « Si tu veux de moi,
    Brune au doux sourire,
    Tu n'as qu'à le dire,
    Cet or est à toi.
  -- Passez votre chemin, beau sire...
        Ah ! Ah !
Les filles de Cadix n'entendent pas cela. »

Et nous dansions un boléro,
  Au pied de la colline.
Sur le chemin [passa]1 Diégo,
Qui pour tout bien n'a qu'un manteau
  Et qu'une mandoline :
    « La belle aux doux yeux,
    Veux-tu qu'à l'église
    Demain te conduise
    Un amant jaloux ?
  -- Jaloux ! jaloux ! quelle sottise !
        Ah ! ah !
Les filles de Cadix craignent ce défaut là! »

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CHI Chinese (中文) (Yen-Chiang Che) , "我們剛離開鬥牛場", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Barbara Miller) , copyright © 2004, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Korin Kormick) , "The Girls of Cadix", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Beate Binnig) , copyright © 2021, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Tosti: "passait"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Guy Laffaille [Guest Editor]