14 Mélodies

by Jacques de Fontenailles (1888 - 1914)

Word count: 577

1. Les roses de Saadi [sung text not yet checked]

J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes,
Que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir.

Les nœuds ont éclaté : les roses envolées,
Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées :
Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir.

La vague en a paru rouge et comme enflammée :
Ce soir, [ma]1 robe encore en est tout embaumée.
[Respirez-en]2 sur moi l'odorant souvenir.

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Canal: "ta"
2 Canal: "Respires-en"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Le soir est beau [sung text not yet checked]

Le soir est beau limpide et doux
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

3. Par un clair jour d'été [sung text not yet checked]

Donc, ce sera par un clair jour d'été
Le grand soleil, complice de ma joie,
Fera, parmi le satin et la soie,
Plus belle encor votre chère beauté ;

Le ciel tout bleu, comme une haute tente,
Frissonnera somptueux à longs plis
Sur nos deux fronts [heureux]1 qu'auront pâlis
L'émotion du bonheur et l'attente;

Et quand le soir viendra, l'air sera doux
Qui se jouera, caressant, dans vos voiles,
Et les regards paisibles des étoiles
Bienveillamment souriront aux époux.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura L. Nagle) , "And so, it shall be on a bright summer's day", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 omitted by Fauré.

Researcher for this text: Didier Pelat

4. Je ne sais ce que veut mon cœur [sung text not yet checked]

Je ne sais ce que veut mon cœur
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

5. Viens, cette nuit [sung text not yet checked]

Viens, cette nuit, poser tes lèvres
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

6. Rondel [sung text not yet checked]

Mon cueur, pour vous en garder,
De mes yeux qui tant vous temptent,
Afin que devers vous n'entrent,
Faictes les portes fermer.

S'ilz vous viennent raporter
Nouvelles, pensez qu'ilz mentent.
Mon cueur, pour vous en garder,
De mes yeux qui tant vous temptent.

Mensonges scevent conter,
Et trop de plaisir se ventent,
Folz sont qui en eulx s'atendent,
Ne les vueillez escouter.
Mon cueur, pour vous en garder.

Authorship

Modernized spelling:
Mon cœur, pour vous en garder, 
De mes yeux qui tant vous tentent 
Afin que devers vous entrent, 
Faites les portes fermer. 

S'ils vous viennent rapporter 
Nouvelles, pensez qu'ils mentent, 
Mon cœur, pour vous en garder, 
De mes yeux qui tant vous tentent. 

Mensonges savent conter 
Et trop de Plaisir se vantent. 
Fols sont qui en eux s'attendent, 
Ne les vueillez écouter. 
Mon cœur, pour vous en garder. 


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. En songe, souhait ou pensée [sung text not yet checked]

En songe, souhait et pensée, 
Vous vois chaque jour de semaine ; 
Combien qu'êtes de moi lointaine, 
Belle, très loyalement aimée.

Pour ce qu'êtes le mieux parée 
De toute plaisance mondaine, 
En songe, souhait et pensée, 
Vous vois chaque jour de semaine.

De tout vous ai l'amour donné ; 
Vous en pouvez être certaine, 
Ma seule dame souveraine, 
De mon las cœur moult désirée, 
En songe, souhait et pensée.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Nuit d'été [sung text not yet checked]

Dans l'allée assombrie où je passais le soir, 
L'air était plein d'un vol léger de lucioles, 
Et parfois on eût dit que des étoiles folles 
Pleuvaient du ciel en feu sur le feuillage noir. 

Dans quelque îlot perdu des mers orientales,
Ici même, pourquoi n'avons nous pas grandi,
Et que n'avons-nous vu, sous ce ciel attiédi, 
Les fleurs de nos amours entr'ouvrir leurs pétales ?
 
Que n'avons-nous aimé pour la première fois, 
Par une de ces nuits merveilleuses et calmes, 
Où les sombres palmiers bercent leurs grandes palmes 
Sous un vent d'est plus doux qu'un soupir de hautbois ?

Authorship

Confirmed with Paul Bourget, La vie inquiète, Paris, Alphonse Lemerre, 1875, pages 180-181.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Matinée [sung text not yet checked]

Autour de la maison dormante le jardin
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

First published in La Revue de Paris, Volume II, Marc Le Goupils, Bureau de La Revue de Paris, 1913.


10. Sur la grève [sung text not yet checked]

Couche-toi sur la grève et prends en tes deux mains,
Pour le laisser couler ensuite, grain par grain,
De ce beau sable blond que le soleil fait d'or;
Puis, avant de fermer les yeux, contemple encor
La mer harmonieuse et le ciel transparent,
Et, quand tu sentiras, peu à peu, doucement,
Que rien ne pèse plus à tes mains plus légères,
Avant que de nouveau tu rouvres tes paupières,
Songe que notre vie à nous emprunte et mêle
Son sable fugitif à la grève éternelle.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

11. Heure claire [sung text not yet checked]

Vous m'avez dit, tel soir, des paroles si belles
Que sans doute les fleurs, qui se penchaient vers nous,
Soudain nous ont aimés et que l'une d'entre elles,
Pour nous toucher tous deux, tomba sur nos genoux.

Vous me parliez des temps prochains où nos années,
Comme des fruits trop mûrs, se laisseraient cueillir ;
Comment éclaterait le glas des destinées,
Comment on s'aimerait, en se sentant vieillir.

Votre voix m'enlaçait comme une chère étreinte,
Et votre coeur brûlait si tranquillement beau
Qu'en ce moment, j'aurais pu voir s'ouvrir sans crainte
Les tortueux chemins qui vont vers le tombeau.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

12. Nous n'irons plus au bois [sung text not yet checked]

Nous n'irons plus au bois
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

13. Apparition [sung text not yet checked]

Asseyez-vous ici dans l'ombre où tout repose
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

14. Lied [sung text not yet checked]

J'évoque souvent son visage
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship