Les chansons des troubadours

Song Cycle by Delphin Marie Balleyguier (d. 1899)

Word count: 2354

2. L'amitié [sung text not yet checked]

Toi que d'amour j'aimerais pour la vie,
Si pour l amour tu n'étais sans pitié ! 
Songe-s-y bien, près d'aussi belle amie 
Comme d'amour on brûle d'amitié.

De mes transports si ta raison murmure,
Je fais serment d'en cacher la moitié,
Et je saurai sans devenir parjure,
Jusqu'au tombeau t'adorer d'amitié.

Frivole amant, je cherchais des amantes ;
Mais je t'ai vue et j'ai tout oublié.
A tes genoux, sur tes lèvres charmantes,
Oh ! laisse-moi m'enivrer d'amitié !

Authorship

See other settings of this text.

Confirmed with Œuvres de Millevoye, Paris, H. Fournier, 1840, pages 257-258.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Bonsoir, bonne nuit, bonjour [sung text not yet checked]

Subtitle: Sérénade

Dans ses fraîcheurs silencieuses
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

4. Que nos pères étaient heureux ! [sung text not yet checked]

Subtitle: Chanson poitevine

Que nos pères étaient heureux !/ Quand ils étaient dedans leurs caves
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

6. Le pays des amours [sung text not yet checked]

Subtitle: Barcarolle

Dites, la jeune belle,
Où voulez-vous aller ?
La voile [ouvre]1 son aile,
La brise va souffler !

L'aviron est d'ivoire,
Le pavillon de moire,
Le gouvernail d'or fin ;
J'ai pour lest une orange,
Pour voile une aile d'ange,
Pour mousse un séraphin.

Dites, la jeune belle !
Où voulez-vous aller?
La voile [ouvre]1 son aile,
La brise va souffler !

Est-ce dans la Baltique,
[Sur]2 la mer Pacifique,
Dans l'île de Java ?
Ou bien [dans la]3 Norwége,
Cueillir la fleur de neige,
Ou la fleur d'Angsoka ?

Dites, la jeune belle,
Où voulez-vous aller?
[La voile ouvre son aile,
La brise va souffler!]4

-- Menez-moi, dit la belle,
À la rive fidèle
Où l'on aime toujours.
-- Cette rive, ma chère,
On ne la connaît guère
Au pays des amours.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , no title, copyright ©
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2011, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "Dite, mia giovane bella", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Théophile Gauthier, La comédie de la mort, Desessart editeur, Paris, 1838, page 309.

1 Berlioz: "enfle"
2 Berlioz, Gounod: "Dans"
3 Berlioz, Gounod: "est-ce en"
4 omitted by Berlioz and Gounod

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Pierre Mathé [Guest Editor]

7. Le pain du bon dieu [sung text not yet checked]

Le pain vient de Dieu, c’est sa main féconde
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

8. La fermière [sung text not yet checked]

Amour à la fermière ! Elle est
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

See other settings of this text.

9. Parle-moi [sung text not yet checked]

Parle-moi, que ta voix me touche !
Chaque parole sur ta bouche
Est un écho mélodieux.
Quand ta voix meurt dans mon oreille,
Mon âme résonne et s'éveille,
Comme un temple à la voix des [dieux]1.

Un souffle, un mot puis un silence,
C'est assez : mon âme devance
Le sens interrompu des mots,
Et comprend ta voix fugitive,
Comme le gazon sur la rive
Comprend le murmure des flots.

Un son qui sur ta bouche expire,
Une plainte un demi-sourire,
Mon cœur entend tout sans effort :
Le souffle même du zéphire
Devient un ravissant accord.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , copyright © 2012

View original text (without footnotes)
1 Rothschild: "cieux"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

11. Bonsoir ! [sung text not yet checked]

Subtitle: Barcarolle

La nuit étoilée et sereine
Descend ; et déjà, loin du bord,
Le vaisseau glisse et nous entraîne…
Penché sur le mouvant sabord,
Je suis la barque fugitive
Qui vous reconduit vers la rive,
Vous que mes yeux voudraient revoir !
Mais la houle est vaste et profonde ;
La barque a disparu sur l’onde :
Bonsoir, ô mes frères, bonsoir !

Le vaisseau fuit, le vent se lève ;
Au large, au large, il suit son cours.
Des flots, par instants, sur la grève,
J’entends les bruits lointains et sourds.

Le jeune ami de mon jeune âge
Sur les rocs déserts du rivage
En pleurant est venu s’asseoir.
Aux clartés pâles des étoiles
Il voit au loin blanchir nos voiles :
Bonsoir, mon triste ami, bonsoir !

De mon seul appui dans ce monde
J’ai donc quitté le toit si cher !
Et me voilà, roulant sur l’onde,
Seul sur la vaste, vaste mer !
Là-bas, qui m’aimera comme elle ?
Vierge à l’angoisse maternelle,
Pardonnez-moi son désespoir !
C’est vous que sur les mers on prie :
Consolez-la, Vierge Marie !
Bonsoir, ô ma mère, bonsoir !

Hélas ! un compagnon fidèle,
Mon chien hurle et me cherche en vain ;
Ma sœur à ses côtés l’appelle :
Il vient se coucher sous sa main.
Léchant la main qui le caresse,
Sa morne et muette tendresse
Semble parler dans son œil noir !
Assise au seuil de ma demeure,
Ma sœur se tait, mais elle pleure :
Bonsoir, ma pauvre sœur, bonsoir !

Oiseau pêcheur, vers le rivage
Tu reviens au coucher du jour ;
Tu vas retrouver sur la plage
Et ton nid d’algue et ton amour.
Tandis que l’ombre t’y ramène,
Vers d’autres cieux le vent m’entraîne.
Sur ces bords, mon natal espoir,
Porte ma plainte et ma tristesse :
Comme il s’éloigne avec vitesse !
Bonsoir, heureux oiseau, bonsoir !

Et des monts les sommets sublimes
Déjà sont voilés à mes yeux.
Pics abaissés des hautes cimes,
Recevez mes derniers adieux !
Quand le soleil sur cette terre
Demain luira, fils solitaire,
Hélas ! je ne pourrai plus voir
Le ciel si bleu de la patrie :
Adieu donc, mon île chérie !
Bonsoir, ô mon pays, bonsoir !

Authorship

Confirmed with Poésies d’Auguste Lacaussade, tome 2: Poèmes et Paysages, Alphonse Lemerre, éditeur, 1897, pages 114-116.


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Andrew Schneider [Guest Editor]

12. Jamais ! Toujours ! [sung text not yet checked]

Il est un mot plein de tristesse
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

14. La dernière feuille [sung text not yet checked]

Subtitle: Lied

Dans la forêt chauve et rouillée
Il ne reste plus au rameau
Qu'une pauvre feuille oubliée,
Rien qu'une feuille et qu'un oiseau,

Il ne reste plus [dans]1 mon âme
Qu'un seul amour pour y chanter;
Mais le vent d'automne [qui]2 brame
Ne permet pas de l'écouter.

L'oiseau s'en va, la feuille tombe,
L'amour s'éteint, car c'est l'hiver.
Petit oiseau, viens sur ma tombe
Chanter, quand l'arbre sera vert.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "The last leaf", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
Text first published as "L'hiver" in the journal "Don Quichotte", April 30, 1837.
1 Chausson: "en"
2 Pedrell: "que"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

15. Le printemps des amours [sung text not yet checked]

[ ... ]

Voici la saison des doux nids,
Le temps où les cieux rajeunis
    Sont tout en flamme,
Où déjà, tout le long du jour,
Le doux rossignol de l'amour
    Chante dans l'âme.

Ah! de quels suaves rayons
Se dorent nos illusions
    Les plus chéries,
Et combien de charmants espoirs
Nous jettent dans l'ombre des soirs
    Leurs rêveries!   

[ ... ]

Nous partons tous les deux, tout seuls?
Hors Paris, dans les grands tilleuls
    Un rayon joue;
L'air sent les lilas et le thym,
La fraîche brise du matin
    Baise ta joue.

[ ... ]

Tiens, voici qu'un couple charmant,
Comme nous jeune et bien aimant,
    Vient et regarde. 
Que de bonheur rien qu'à leurs pas!
Ils passent et ne nous voient pas:
    Que Dieu les garde!

[ ... ]

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

18. La retraite [sung text checked 1 time]

[ ... ]

10. Je sais sur la colline
Une blanche maison;
Un rocher la domine,
Un buisson d'aubépine
Est tout son horizon.

Là jamais ne s'élève
Bruit qui fasse penser ;
Jusqu'à ce qu'il s'achève
On peut mener son rêve
Et le recommencer.

Le clocher du village
Surmonte ce séjour;
Sa voix, comme un hommage,
Monte au premier nuage
Que colore le jour.

Signal de la prière,
Elle part du saint lieu,
Appelant la première
L'enfant de la chaumière
À la maison de Dieu.

[ ... ]

18. La fenêtre est tournée
Vers le champ des tombeaux,
Où l'herbe moutonnée
Couvre, après la journée,
Le sommeil des hameaux.

Plus d'une fleur nuance
Ce voile du sommeil ;
Là tout fut innocence,
Là tout dit : « Espérance ! »
Tout parle de réveil.

[ ... ]

Authorship

See other settings of this text.

See also Comme l'ombre sur le chemin by F. Aubin


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

25. Si vous m’aimiez ! [sung text not yet checked]

Subtitle: Chant d’amour

Ménestrel, qui vais par le monde, 
N'ayant rien que mon gai savoir, 
Si vous m'aimiez, ô belle blonde, 
Je me croirais un riche avoir; 
Comme Pétrarque aux pieds de son idole, 
À vos genoux courbé bien bas, bien bas, 
J'oublirais tout, voire le Capitole, 
Si vous m'aimiez . . . mais vous ne m'aimez pas. 

Si vous m'aimiez, ô belle blonde, 
De vos baisers seuls j'aurais faim, 
Et, sourd à son voisin qui gronde, 
Mon cœur s'enivrerait enfin; 
Cœur mendiant, il va, de femme en femme, 
Criant misère, et sans secours, hélas! 
Le pauvre meurt:  il renaîtrait, madame, 
Si vous m'aimiez . . . mais vous ne m'aimez pas. 

Et mes chansons fraîches écloses, 
Au vent du matin et du soir, 
Iraient à vous, comme les roses 
Qui pleuvent devant l'ostensoir. 
Purifiant l'air de Paris, madame, 
Où vous iriez j'irais, et, sur vos pas, 
Comme un parfum je brûlerais mon âme, 
Si vous m'aimiez . . . mais vous ne m'aimez pas. 

[ ... ]

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Confirmed with Hégésippe Moreau, Le Myosotis, nouvelle édition, ed. by Octave Lacroix, Paris: Paul Masgana, 1851, pages 123 - 124.


Researcher for this text: Melanie Trumbull

26. La nuit de Jeanne [sung text not yet checked]

Subtitle: Ballade dramatique

Minuit [frappait]1 à la grande pendule,
Et la grand’mère avait les yeux fermés ;
Mais l’ombre est chère au coeur tendre et crédule,
Et vous veillez, Jeanne, car vous aimez !

Vos longs regards, perdus dans une étoile, 
Y vont chercher des regards enflammés ;
Mais quoi ! déjà le bel astre se voile !...
Jeanne, aime-t-il, celui que vous aimez ?

Les chants d’un cor ont percé la nuit sombre ;
Un doux frisson court dans vos sens charmés…
Mais quoi ! là-bas, les chiens hurlent dans l’ombre !
Jeanne, vient-il, celui que vous aimez ?

Et puis, soudain s’arrête la pendule ;
Les deux flambeaux s’éteignirent, consumés ;
Tout est présage au coeur tendre et crédule…
Jeanne, est-il mort, celui que vous aimez ?

Authorship

View original text (without footnotes)
1 Balleyguier: "sonnait"; further changes may exist not shown above.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

27. Quand je la vois ! [sung text not yet checked]

Quand je la vois, il fait beau dans mon âme
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

28. Espoir [sung text not yet checked]

[Un jour, le temps jaloux, d'une haleine glacée,
Fanera tes couleurs comme une fleur passée
   Sur ces lits de gazon ;
Et sa main flétrira sur tes charmantes lèvres
Ces rapides baisers, hélas ! dont tu me sèvres
   Dans leur fraîche saison.

Mais quand tes yeux, voilés d'un nuage de larmes,
De ces jours écoulés qui t'ont ravi tes charmes
   Pleureront la rigueur ;
Quand dans ton souvenir, dans l'onde du rivage
Tu chercheras en vain ta ravissante image,
   Regarde dans mon cœur !

[ ... ]

Et quand la mort viendra, d'un autre amour suivie,
Éteindre en souriant de notre double vie
   L'un et l'autre flambeau,
Qu'elle étende ma couche à côté de la tienne,
Et que ta main fidèle embrasse encor la mienne
   Dans le lit du tombeau.]1

[Ou plutôt puissions-nous]2 passer sur cette terre,
Comme on voit en automne un couple solitaire
   De cygnes amoureux
[Partir, en s'embrassant, du nid qui les rassemble,
Et vers les doux climats qu'ils vont chercher ensemble]1
   S'envoler deux à [deux.]3

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 omitted by Lalo.
2 Lalo: "Puissions-nous"
3 Lalo: "deux?"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

29. Je n’ai que des pleurs [sung text not yet checked]

L’onde triste et plaintive
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

30. L’orage du nord [sung text not yet checked]

En ce temps-là les Scandinaves
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

31. Désir du soir [sung text not yet checked]

L’astre brillant aux longs regards de flamme
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

  • by Anonymous / Unidentified Author ( Mademoiselle V. de V. )