The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Plaisirs d'Euterpe

Word count: 2136

Song Cycle by Barbara Strozzi (1619 - 1677)

Original language: Diporti di Euterpe

1.

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Jusqu'à la mort
Je promets de vous adorer,
Je veux vous aimer
Malgré le temps
Et le destin,
Jusqu'à la mort.
Que vos cheveux en anneaux
Qui magnifiquement resplendissent en masse d'or,
Soient par la main de l'âge changés en argent ;
Les ruines bien-aimées
De votre beauté que j'adore tant,
Qu'elles soient foulées par le temps résolu à les épuiser.
Que toute lumière s'éteigne
Dans vos pupilles, et l'écarlate et le vermillon
de vos joues et de vos lèvres dépérissent.
Pour la pensée
Qui nourrit l'âme
La palme sera gagnée
Par l'archer aveugle.
Le désir qui vous entoure,
Qui soupire toujours pour vous,
Aura plaisir à vous ouvrir la port de mon cœur
Jusqu'à la mort.
Que ma foi soit troublée
Par le poison des amants
Qui gouverne les larmes,
L'origine de tout mal : la jalousie.
Je servirai le tyran
Qui me condamne à mourir,
Parmi du martyre, parmi
Jusqu'à la mort.
Que ma fidélité soit bouleversée
Par l'ennemie de l'amour,
La mère de la douleur,
La folie de tout cœur : la séparation.
En l'adorant
Avec tous mes vœux,
Vous me verrez tel Antée soulever plus fort
Jusqu'à la mort.
Que la fortune 
M'amène loin,
Mais toujours en vain,
Elle rassemblera des soucis.
Le fleuve d'oubli ne contient pas l'eau
Qui suffit pour tempérer l'incendie,
Car pour éteindre le feu de mon amour
Il faut une mer, et même une mer serait trop peu.
Je sais que pour toutes les étincelles des amants
Toutes les mers ne suffiraient pas.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

2. Près des eaux argentées

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Près des  eaux argentées
D'un ruisseau qui murmurait
Était assis Filéo, l'amant,
Pour accorder avec l'onde ses lamentations
Tandis qu'en son sein il nourrissait
Pour la lointaine bien-aimée des flammes brûlantes.

Ainsi, oppressé par la douleur,
Il soupirait, il pleurait, et alors on l'entendait
Crier contre le sort ;
Et il demandait seulement
Pour finir son mal à la mort d'avoir pitié.

Ainsi par un souci interne
Transpercé et vaincu,
Triste, pâle et muet,
Il levait les yeux au ciel,
Puis, en parlant ainsi, il se plaignit de l'amour :

« À quel malheur barbare
L'amour tyran me condamne,
Lui qui veut seulement de douleur et d'anxiété
Alimenter l'embrasement du cœur !

Conspirant contre moi,
L'amour veut me tourmenter
En me tenant loin de mon soleil
Pour que je meure de désespoir.

Ainsi j'éprouve d'une étrange manière
Pendant que je suis loin de Filli
Le feu plus ardent et la prison plus dure,
À quel malheur barbare !

Près de ma chère bien-aimée
Ces peines étaient agréables,
La souffrance m'était douce, le feu suave,
Mais l'idole que j'adore,
Je ne la vois plus et en pleurs amers, je meurs.

Étoiles brillantes qui brûlent dans le ciel,
Vous êtes belles et resplendissantes,
Mais encore plus que votre paix,
Mon beau soleil me plairait plus que vous.

Petits oiseaux, qui montrez
Votre affection avec de belles voix,
Je loue tous vos chants,
Mais je prendrais plus de plaisir à écouter ma Filli.

Fleurs délicates qui exhalez
des douces brises de parfum d'âme, 
Vous êtes belles, je le reconnais,
Mais les fleurs que Filli a sur son visage sont encore plus belles. »

Ainsi de cette manière le maheureux Filéo
Se plaignant d'amour
Parlait de sa douleur
Aux étoiles, aux oiseaux, aux fleurs, aux ondes,
De son cœur attristé un soupir d'échappa et il se tut.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

3. Tant que tu respires

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Tant que tu respires, espère.
Mon cœur moribond,
Tu as été constant dans la douleur ;
Le plaisir règne là où le tourment commande.
Tant que tu respires, espère.
Si ton sort veut que tu adores
Une déesse sourde
Ta fidélité montrera
Le trophée de ces peines.
Le soleil dissipe les nuages noirs,
L'aube succède à la nuit
Et de l'hiver à la fin nous voyons
Triompher le printemps.
Tant que tu respires, espère.
Ainsi donc, reprends ton calme,
Cette flamme, cette flèche,
Qui viennent d'un regard céleste,
Seront un tonnerre et un éclair
Assez puissant pour brûler ton martyre.
Avec la brise de tes soupirs
Tu calmeras cet océan cruel.
Cesse tes plaintes,
Arme-toi de patience :
L'espoir est l'idole des amants.
Si avec ses larmes Orphée
A charmé les enfers,
Si avec son arc Riphée
A blessé la cruauté,
Ne désespère pas qu'un jour
Ta douleur accorde
De la pitié à l'impitoyable :
Car la souffrance vainc l'âme de la bête sauvage.
Tant que tu respires, espère.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

4. Complainte

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2011 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Mes larmes, pourquoi vous retenez-vous ?
Pourquoi n'exprimez-vous pas la douleur
qui me coupe le souffle et oppresse mon cœur ?

Lidia, que j'adore tant,
parce que hélas, elle m'a donné un regard de pitié,
la rigueur paternelle l'emprisonne.
Enfermée entre deux murs
se tient la belle innocente,
là où aucun rayon de soleil ne peut arriver ;
et ce qui me fait encore plus mal
et ajoute à mon mal tourments et peines,
c'est qu'à cause de moi
ma bien-aimée éprouve des maux.

Et vous, yeux affligés, vous ne pleurez pas ?
Mes larmes, pourquoi vous retenez-vous ?

Lidia, hélas, je vois que me manque
l'idole que j'adore tant ;
elle se tient entre des murs de marbre,
elle pour qui je soupire et ne meurs pas.

Si la mort est la bienvenue,
maintenant que je suis privé d'espoir,
oh, prenez-moi la vie,
je vous en prie, mes dures peines.

Mais je réalise bien
que pour me tourmenter encore plus
la destinée me refuse toujours la mort.

Ainsi donc il est vrai, ô Dieu,
que seulement de ma plainte
le destin cruel a soif ;
mes larmes, pourquoi vous retenez-vous ?


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

5. Vous ne voulez pas que je me plaigne ?

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Vous ne voulez pas que je me plaigne ?
Même si ces charmes que vous me faites
Sont faux et simulés,
Même si ces regards qui vibrent
Sont des flèches empoisonnées ?
Même si avec une rigueur barbare,
Telle une sirène séduisante
Vous séduisez pour que périsse
Ce misérable cœur mien,
Même si je me souffre au milieu des chaînes
Et qu'il n'y a personne pour me libérer,
Vous ne voulez pas que je me plaigne ?
Vous ne voulez pas que je me plaigne ?
Même si le destin furieux contre moi
M'a réduit à cet état,
Tel Sisyphe maudit
Je me tourmente avec un rocher ?
Un rocher qui a frappé, oh Dieu,
L'acier de ma foi,
Pour une récompense indue
Envoyant le feu dans mon sein.
Je sens un tel tourment
Que je ne sais vers où me tourner,
Vous ne voulez pas que je me plaigne ?


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

6. Je ne veux pas qu'il en soit ainsi

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Je ne veux pas qu'il en soit ainsi :
À cause de toi, fortune mauvaise,
Ennemie de mon sort,
Je souffre trop,
Je ne veux pas qu'il en soit ainsi.
En flattant mes pensées,
Tu me promets de grandes espérances,
Mais ensuite  rigides et sévères
Je trouve les faits en réalité.
Je cherche le port d'amour, mais je rencontre un roc.
Je ne veux pas qu'il en soit ainsi...
En flattant mes désirs,
Je crois que j'ai trouvé un amour propice,
Mais en nourrissant dans mon sein ces flammes
Je martyrise mon cœur.
J'essaie de me libérer, mais je suis encore plus attaché.
Je ne veux pas qu'il en soit ainsi...


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

7. Pense bien mon cœur

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Pense bien mon cœur.
Du feu de l'amour,
Même par jeu,
Comme un papillon ne t'approche pas.
Prends garde dans ton mouvement
De ne pas te brûler
Quand tu crois te réjouir.
Fuis l'ardeur des deux beaux yeux ;
Pense bien mon cœur.
Arrête, mon cœur.
Si dans le danger
Tu désires un conseil,
N'imite pas le pélican.
Arrête de regarder Lilla,
Si tu ne veux pas dans un sort sévère
Trouver la mort dans ton plaisir.
L'amour est caché sous l'arc d'un sourcil ;
Pense bien mon cœur.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

8. Pour un baiser

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Pour un baiser que j'ai volé
Aux lèvres de mon amour,
Dans une prison de mille maux
L'amour me tient enfermée.
Au juge féroce
Qui entend nos plaintes
Mon amante dédaigneuse
Demande vengeance ;
Je demande la clémence.
Mais, ô dieu, on entend 
Ses querelles et pas ma plainte.
Je sais bien que son beau regard
Me fera mourir à la fin,
Ou par le feu de beaux yeux,
Ou par le piège d'une belle chevelure.
Mais si c'est ce qu'il veut
Je veux mettre un terme 
À ma vie et à mon tourment,
Et joyeux et content
J'irai vers la mort.
Pourvu qu'on me laisse encore
Rendre ce que j'ai volé avant de mourir.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

9. Trahison !

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2014 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on
  • a text in Italian (Italiano) by Giorgio Tani
      • This text was set to music by the following composer(s): Barbara Strozzi. Go to the text.

Go to the single-text view


Amour et l'espérance
veulent faire de moi un prisonnier,
et à un tel degré mon mal est arrivé
que j'ai découvert que ma pensée
dit qu'elle est heureuse.
Trahison !
L'espérance pour me lier
m'a tenté avec de grandes choses,
Si je la crois, elle serre
Plus fort les liens qui m'enchaînent.
Mon cœur, aux armes !
Si tu rencontres la perfide,
Prends-la et tue-la aussitôt !
Chaque instant est dangereux.
Trahison !


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

10. Il me fait rire

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Il me fait rire, l'espoir,
Qui par force veut que j'espère,
Et que je sème mes pensées
Dans la terre de l'inconstance.
Toujours cet importun veut
Que j'affronte mon destin,
Et que je poursuive un cœur intraitable
Malgré la fortune.
Mais sans me réjouir
Que je souffre chaque jour
Ce n'est une obligation,
Je dis que ce n'est pas ainsi ;
Elle ne plaît pas à mon cœur
Qui est habile en amour,
Cette pratique barbare.
Il me fait rire, l'espoir...
Ce furent des mythes
Ces chutes de Phaéton,
Et dans le Phlégéthon mensonges
Sont aussi les souffrances de Tityos.
Dans mes larmes je suis
Englouti à toute heure,
Et toujours
L'ardeur me dévore
De sorte que je suis en enfer
Qui dure une éternité,
Et toujours s'avance.
Il me fait rire, l'espoir...


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

11. Cela suffit comme ça, je comprends.

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Cela suffit comme ça, je comprends.
Mais vous ne l'aurez pas,
Car dans les filets
Je ne veux pas être pris.
Cela suffit comme ça, je comprends.
Je ne veux pas que trébuche
Ma liberté.
De vos beaux yeux,
Je ne veux pas quémander la charité.
Si l'âme est dissoute,
Taisez-vous pour une fois.
L'amour, je sais ce que c'est :
C'est beau, c'est bon,
Mais ce n'est pas pour moi,
Car je ne veux pas être atteint pas ses dards.
Cela suffit comme ça, je comprends.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

12. Tu es tout à fait ennuyeux

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


« Tu es tout à fait ennuyeux. »
M'a dit Lilla un jour,
Et avec les sourcils arqués,
Elle est partie en me regardant.
Je fus stupéfait en un instant,
Un amant déconcerté,
Ne sachant si je devais m'en aller ou rester,
Son discours me laissa sans voix.
« Tu es tout à fait ennuyeux. »
Me cria Lilla,
Mais son joli visage
Devint tout rouge.
Avide de faveur,
J'admirais ces couleurs,
Mais alors je vis bien que la rougeur
Venait seulement de la colère, pas de l'amour.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

13. À peine le soleil

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


À peine le soleil avec sa belle chevelure,
Couronné de rayons,
Vêtu de splendeur,
A surgi de l'onde pour obscurcir les étoiles,
Qu'un amant affligé,
Ne trouvant pas le repos,
Quitta son lit et conduit pas ses pensées,
Par un chemin inconnu
Allait en divaguant,
Jusqu'à ce qu'il arrive dans un pré
Où une rivière coulait.
Là, soupirant sur lui-même,
Pour donner un répit à son chagrin
À haute voix il s'exprima ainsi :
« Dieu de Délos, qui dans le ciel
Apporte la lumière au nouveau jour,
Fais que ma bien-aimée Lilla,
Par pitié de mes souffrances,
Avant ton lever me dise oui.
Fais qu'Amour par qui mon cœur
A été brûlé par sa flamme
Prenne en pitié mon mal,
Et au moins éteigne le feu
Qui maintenant brûle enfermé dans mon sein. »
De cette manière exacte
Marchant le long de la rive de la rivière,
Eurillo criait, quand
Par la douleur excessive
Ses pas à l'écoute de ses pensées,
Titubant,sur le sol pas encore sec,
Humide de rosée,
Il glissa dans l'eau et se noya ;
Ainsi les flammes de l'amour s'éteignirent.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

14. Que vous ai-je fait

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Que vous ai-je fait, ô mes yeux, dites-moi,
Qui vous fait me tourmenter à toute heure ?
Si vous me refusez la pitié
Dans quel but me blessez-vous ?
Cessez de lancer des traits sur mon cœur, ô yeux,
Puisque vous blessez et ne guérissez jamais.
Ô mon soleil, ainsi toujours
Tu m'attires jusqu'à ce que je meure,
Et pour moi jusque là cela ne change pas
Le dur caractère du destin.
Arrêtez d'échauffer ma poitrine
Puisque tu commences et que tu ne résous jamais.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

15. Ce n'est pas la peine d'y penser

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Authorship

  • Translation from Italian (Italiano) to French (Français) copyright © 2017 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on

Go to the single-text view


Ce n'est pas la peine d'y penser,
Mon cas est déjà réglé,
Depuis que Lilla a décidé
De me donner à toute heure d'immenses tourments,
Si je pleure elle rit,
Si je ris elle me détruit ;
Si je la suis elle me fuit,
Si je la fuis elle me tue :
Ainsi à cause d'elle je n'ai plus ni cœur ni sens.
Ce n'est pas la peine...
Si je tente de la quitter,
Alors les liens me retiennent ;
Si elle feint un regard,
Il convient de l'adorer :
Ainsi à une idole cruelle je répands l'encens.
Ce n'est pas la peine...


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works