20 Mélodies

by Hermann Bemberg (1861 - 1931)

Word count: 796

1. Aime-moi! [sung text not yet checked]

Viens à moi car ton charme est étrange et je l'aime,/ Car tes yeux sont plus doux
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

2. Les anges pleurent [sung text not yet checked]

Il pleut, il pleut, les anges pleurent
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

3. Chant arabe [sung text not yet checked]

Déjà le soir étend son voile
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

4. Chant de l'aube [sung text not yet checked]

Éveille-toi, mon épousée
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

5. Chant hindou [sung text checked 1 time]

Brahma, dieu des croyants, maître des cités saintes,
N'entends-tu pas mes longs sanglots?
À ton fleuve sacré je répète mes plaintes,
Qu'il va te porter dans ses flots!

Il a quitté ce monde,
M'aimant quand je l'aimais,
Et ma peine est profonde,
Je souffre à jamais!

Il a quitté ce monde, il a quitté la vie,
Et moi, je ne vois plus ses yeux,
Je n'entends plus sa voix, ma lèvre refroidie
N'a plus ses baisers amoureux;

Il ne me reste rien, de ses folles étreintes,
Rien, rien, Brahma que mes sanglots!
À ton fleuve sacré je répète mes plaintes,
Qu'il va te porter dans ses flots!

Il a quitté ce monde,
M'aimant quand je l'aimais,
Et ma peine est profonde,
Je souffre à jamais!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Paul Hindemith) , "Hindu song", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English [singable] (Anonymous/Unidentified Artist) , "Hindu song"

Researcher for this text: Paul Hindemith

6. Chant vénitien [sung text not yet checked]

Le vent souffle et notre gondole 
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

7. L'enfant de Bohème [sung text not yet checked]

L’épine est en fleurs; à l’épine blanche
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

See other settings of this text.

8. Est-ce toi? [sung text not yet checked]

J'avais rêvé d'une âme tendre, 
Qui du seul amour fit sa loi.
Que de printemps je dus l'attendre !...
   Est-ce toi ? 

Poëte que le monde isole,
Je gardais malgré tout la foi 
En un sûr bonheur qui console... 
  Est-ce toi ?

Comme un joyeux rayon d aurore 
L'espoir toujours chantait en moi ;
Je cherchais une étoile encore... 
  Est-ce toi ? 

Comme la fleur à l'hirondelle 
Se donne sans savoir pourquoi,
J'avais rêvé d'un cœur fidèle... 
  Est-ce toi ?

Authorship

Confirmed with Adolphe Ribaux, Rosaire d'Amour. Poésies: Les Champs et les Bois. -- Mélancholia. -- Musiques. -- Antique. -- In Excelsis. -- Au jour le jour. (1883-1887), deuxième édition, Neuchatel, Attinger Frères, Éditeurs, Paris, 1887, pages 101-102.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. L'étoile [sung text not yet checked]

L'étoile radieuse/ Se mire au sein des eaux
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

See other settings of this text.

10. La fée aux chansons [sung text not yet checked]

Il était une fée,
[D'herbes folles]1 coiffée
Qui courait les buissons,
Sans s'y laisser surprendre,
En Avril, pour apprendre
Aux oiseaux leurs chansons.

Lorsque geais et linottes
Faisaient des fausses notes
En récitant leurs chants.
La Fée, avec constance,
Gourmandait d'importance
Ces élèves méchants.

Sa petite main nue,
D'un brin d'herbe menue
Cueilli dans les halliers,
Pour stimuler leurs zèles,
Fouettait sur leurs ailes
Ces mauvais écoliers.

Par un matin d'automne,
Elle vient et s'étonne,
De voir les bois déserts.
Avec les hirondelles,
Ses amis infidèles
Avaient fui [par]2 les airs.

Et, tout l'hiver, la fée,
D'herbe morte coiffée,
Et comptant les instants,
Sous les forêts immenses
Compose des romances
Pour le prochain printemps.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "The Song Fairy", copyright © 2001, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Armand Silvestre, Les ailes d'or. Poésies nouvelles 1878-1880, Paris, G. Charpentier, 1880, pages 142-143.

1 Fauré: "D'herbe folle"
2 Fauré: "dans"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

11. J'ai gardé dans mon cœur [sung text not yet checked]

J'ai gardé dans mon cœur, comme une image sainte
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

12. J'ai soif de ton âme [sung text not yet checked]

Je voudrais baiser tes yeux, 
  Tes grands yeux de flamme, 
Je voudrais baiser tes yeux.

Je croirais toucher les cieux,
  Et boire ton âme,
Je croirais toucher les cieux,

Aux parfums capricieux
  Du corps de la femme
Aux parfums capricieux.

Mais je m'en vais soucieux
  Du divin dictame,
Mais je m'en vais soucieux.

Dans mon désir anxieux
  J'ai soif de ton âme,
Dans mon désir anxieux;

Car ton âme est dans tes yeux,
  Ton âme de femme, 
Car ton âme est dans tes yeux.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

13. Lied ancien [sung text not yet checked]

Rougissante et tête baissée,
Je la vois me sourire encor.
- Pour le doigt de ma fiancée
Qu’on me fasse un bel anneau d’or.

Elle part, mais bonne et fidèle ;
Je vais l’attendre en m’affligeant.
- Pour garder ce qui me vient d’elle
Qu’on me fasse un coffret d’argent.

J’ai sur le coeur un poids énorme ;
L’exil est trop dur et trop long.
- Pour que je me repose et dorme,
Qu’on me fasse un cercueil de plomb.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

14. Madeleine [sung text not yet checked]

Vous en souvient-il, Madeleine,
De ce beau jour de l'an dernier
Où je vous coiffais de verveine
Auprès d'un buisson d'églantier?..

Nous jurions aux feuilles nouvelles
Tout ce qu'on peut jurer, hélas !
Jusqu'à des amours éternelles...
Au printemps que ne fait-on pas !...

Avez-vous encor, Madeleine,
Souvenir de cet églantier?..
Où donc est-elle la verveine
De ce beau jour de l'an dernier?..

Oh ! me rougis pas... ma folie
Ne va pas jusqu'à demander
Plus à ton cœur qu'à la prairie...
Les fleurs de ce printemps dernier !...

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

15. Persévérance [sung text not yet checked]

Vous [aurez]1 beau faire et beau dire,
L'oubli me serait odieux ;
Et je vois toujours son sourire
  Des adieux.

Vous [aurez]1 beau dire et beau faire,
Sans espoir je dois la chérir ;
Je souffre bien, mais je préfère
  En souffrir.

Vous [aurez]1 beau faire et beau dire
Dût-elle même l'ignorer,
Je veux, fidèle à mon martyre,
  La pleurer.

Vous [aurez]1 beau dire et beau faire,
Seule, elle peut mon mal guérir ;
Et j'aime mieux, s'il persévère,
  En mourir.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "Obstinacy", copyright © 2012

View original text (without footnotes)
1 Rothschild: "avez"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

16. Repose-toi [sung text not yet checked]

Repose‑toi, mon chérubin
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

17. Soupir [sung text checked 1 time]

[Ne jamais]1 la voir ni l'entendre,
Ne jamais [tout haut]1 la nommer,
Mais, fidèle, toujours l'attendre,
  Toujours l'aimer!

Ouvrir les bras, et, las d'attendre,
Sur le néant les refermer!
Mais encor, toujours les lui tendre
  Toujours l'aimer.

Ah! ne pouvoir que les lui tendre
Et dans les pleurs se consumer,
Mais ces pleurs toujours les répandre,
  Toujours l'aimer...

Ne jamais la voir ni l'entendre,
Ne jamais [tout haut]1 la nommer,
Mais d'un amour toujours plus tendre
  Toujours l'aimer. [Toujours!]3

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • DUT Dutch (Nederlands) (Marike Lindhout) , "Zucht", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Never to see or hear her", copyright © 2002, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Adaïevsky: "Jamais ne"; further changes may exist not noted above.
2 Viardot: "pouvoir"
3 Omitted by Viardot.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

18. Souvenance [sung text not yet checked]

Dans un abîme de silence
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

19. Tu veux savoir [sung text not yet checked]

Tu veux savoir où chaque année
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

20. Un ange est venu [sung text not yet checked]

Un ange est venu dans ma solitude
Apporter un baume à mon désespoir,
Réparer plutôt son ingratitude ;
Un ange est venu dans ma solitude,
Que je n'espérais jamais y revoir.

Et nous avons dit de charmantes choses,
En nous rappelant nos jeunes amours,
Quand nous échangions des boutons de roses ;
Et nous avons dit de charmantes choses
Dont le souvenir fleurira toujours...

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]