Vingt mélodies, 1er recueil

Song Cycle by Jean-Théodore Radoux (1835 - 1911)

Word count: 2387

1. Barcarolle [sung text checked 1 time]

Dites, la jeune belle,
Où voulez-vous aller ?
La voile [ouvre]1 son aile,
La brise va souffler !

L'aviron est d'ivoire,
Le pavillon de moire,
Le gouvernail d'or fin ;
J'ai pour lest une orange,
Pour voile une aile d'ange,
Pour mousse un séraphin.

Dites, la jeune belle !
Où voulez-vous aller?
La voile [ouvre]1 son aile,
La brise va souffler !

Est-ce dans la Baltique,
[Sur]2 la mer Pacifique,
Dans l'île de Java ?
Ou bien [dans la]3 Norwége,
Cueillir la fleur de neige,
Ou la fleur d'Angsoka ?

Dites, la jeune belle,
Où voulez-vous aller?
[La voile ouvre son aile,
La brise va souffler!]4

-- Menez-moi, dit la belle,
À la rive fidèle
Où l'on aime toujours.
-- Cette rive, ma chère,
On ne la connaît guère
Au pays des amours.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , no title, copyright ©
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2011, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "Dite, mia giovane bella", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Théophile Gauthier, La comédie de la mort, Desessart editeur, Paris, 1838, page 309.

1 Berlioz: "enfle"
2 Berlioz, Gounod: "Dans"
3 Berlioz, Gounod: "est-ce en"
4 omitted by Berlioz and Gounod

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Pierre Mathé [Guest Editor]

2. Les papillons [sung text checked 1 time]

Les papillons couleur de neige
Volent par essaims sur la mer ;
Beaux papillons blancs, quand pourrai-je
Prendre le bleu chemin de l'air ?

Savez-vous, ô belle des belles,
Ma bayadère aux yeux de jais,
S'ils me [pouvaient]1 prêter leurs ailes,
Dites, savez-vous où j'irais ?

Sans prendre un seul baiser aux roses,
À travers vallons et forêts,
J'irais à vos lèvres mi-closes,
Fleur de mon âme, et j'y mourrais.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Motýli"
  • ENG English (Peter Low) , no title, copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Amy Pfrimmer) , copyright © 2020, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Note: this poem was titled "Pantoum" in L'Eldorado and Fortunio, and titled "Les papillons" in other editions.

1 in some settings, "voulaient"; we will add further information when we obtain it.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Saison d'amour ! [sung text checked 1 time]

En ouvrant ma fenêtre 
J'ai senti ce matin
D'avril qui vient de naitre 
Comme un parfum lointain
Une douce hiron delle
A ma vitre fidèle 
Est déja de retour
Sur terre il n'est personne 
Qui ne rêve où frissonne

C'est la saison d'amour !

Les bois s'emplissent d'ombre
Et de nids les buissons
Des rossignols sans nombre
Modulent leurs chansons
On voit aux fentes vertes
Des ruines désertes 
Pointer la fleur au jour
Aux doux baisers ma mie 
Le printemps nous convie

Tends-moi tes lèvres roses
Et ta petite main
Cueillons les fleurs ecloses
Dans l'herbe da chemin
Les joyeuses fauyettes
Dictent leurs chansonnettes
Aux échos d'alentour
Voici l'alcôve douce ;
Faite d'ombre et de mousse

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Le rosier [sung text checked 1 time]

Je reconnais cette fenêtre
Où ma main te plaçait un jour ;
Rosier chéri que j'ai vu naitre
quand mon coeur s'ouvrit à l'amour

Beauté, jeunesse hélas! tout passe ;
La fleur naissante doit mourir, ah !
Mais ton parfum rien ne l'efface 
Parfum si doux du souvenir

Ô frais bosquet plein de mystère 
Tu fais vibrer mes sens émus ;
Mais sous ton ombre solitaire 
Les gais oiseaux ne chantent plus !

Rosier chéri, tige féconde ;
Je vois tes fleurs s'épanouir
Mais plus ne vois la beauté blonde
Dont l'éclat les faisait pàlir !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Un baiser! [sung text checked 1 time]

Un baiser! un baiser, ma reine,
Un seul baiser!
Mais non! l'amour est une chaîne
Qu'il faut briser. 

L'amour, c'est l'éternelle histoire 
Du voyageur
Qui voit courir dans la nuit noire
Une lueur ; 

Ah ! Un baiser ! etc.

La flamme franchit maint espace,
L'homme la suit;
La route tourne, tout s'efface,
Revient la nuit.

Ah ! Un baiser ! etc.

Non ! non ! je ne veux plus te suivre;
Follet moqueur!
Pourtant il était doux de vivre 
Cœur contre cœur.

Ah ! Un baiser ! etc.

Ah ! bien fou qui se désespère 
Pour un œil bleu !
Un baiser, ma chère 
Et puis, adieu !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Camille [sung text checked 1 time]

Camille, ètes-vous endormie ?
  Amie, 
Vous ne m'entendez pas
Si ta paupière rose 
  Est close
Je parlerai tout bas:
  Voici mai ! l'hirondelle fidèle 
  Revient à son doux nid 
    Béni,
  Comme elle
    Ma belle,
  Il faut aimer un jour
  Car la jeunesse appelle 
    L'amour!

La fleur et l'oiseau tout s'éveille;
  L'abeille
Jase avec les lilas
La fauvette et la rose 
  Mi-close
Te répètent tout bas:
  Voici mai ! l'hirondelle fidèle ... etc.

Camille, hélas de vous je rêve!
  Sans trève 
Vous ne le savez pas
Mais ta paupière est close 
  Et j'ose
Te l'avouer tout bas:
  Voici mai ! l'hirondelle fidèle ... etc.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. Vous m'oubliez [sung text checked 1 time]

C'est donc fini; déjà, Suzette, 
Vous m'oubliez ?
Si je m'attriste et m'inquiète 
Vous en riez.

A travers le jeune feuillage 
Un rayon se glisse en sournois,
L'on entend maint joyeux tapage 
Dans l'herbe des près, dans les bois.

Partout le printemps se révèle :
L'oiseau chante et le ciel est bleu...
Tout dit : Aimez ! Et l'infidèle
De l'amour vrai se fait un jeu...

Ô volage ô folle Suzette !
Vous m'oubliez.
Si je m'attriste et m'inquiète,
Vous en riez !

Jadis, quand le frileux Décembre
Revenait soufflant sur ses doigts,
Mai, pour nous restait dans la chambre,
Car l'amour tenait lieu de bois !

À mes côtés démon folâtre,
Bien souvent tu venais t'asseoir...
Et l'on jasait au bord de l'àtre
En riant du matin au soir !

Mais à présent, blonde Suzette,
Vous m'oubliez !
Si je m'attriste et m'inquiète 
Vous en riez.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Doña Balbine [sung text checked 1 time]

Subtitle: Fantaisie-Poésie

J'allais partir ; doña Balbine
Se lève et prend à sa bobine
          Un long fil d'or ;
À mon bouton elle le noue,
Et puis me dit, baisant ma joue :
          « Restez encor !

« Par l'un des bouts ce fil, trop frêle
Pour retenir un infidèle,
          Tient à mon cœur...
[Si]1 vous partez, mon cœur s'arrache :
Un nœud si fort à vous m'attache,
          Ô mon vainqueur !

-- « Pourquoi donc prendre à ta bobine
Pour me fixer, doña Balbine,
          Un fil doré ?
À [ton lit]2 qu'un cheveu m'enchaîne,
Se brisât-il, sois-en certaine,
          Je resterai ! »

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Radoux: "Oui ! si"
2 Radoux: "tes pieds"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Henry Mürger [sung text checked 1 time]

D'une belle et folle amoureuse,
L'appelant tout comme autre fois;
Le soir, dans l'ombre vaporeuse,
Il croyait entendre la voix

Alors son cœur battait plus vite
Musette écoutait sa chanson,
Que commentaient la marguerite
Et les rossignols du buisson.

Mimi penchait sur son épaule 
Son doux visage rose et blond
Où bien, assise au pied d'un saule,
Sur ses genoux posait son front

Oubliant les longs jours d'orage,
Les froids hivers où l'on eut faim!
Il retrouvait dans un mirage
Ses vingt ans perdus en chemin.

Vingt ans! jusqu'à la dernière heure 
Son cœur eut cet âge béni;
sous l'humble toit de sa demeure
l'hiron delle a vait fait son nid...

Mais pourquoi pleurer le poëte?
S'il nous quitte avant les lilas,
C'est pour revoir Mimi, Musette,
Qui d'en haut lui tendaient les bras

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

10. Paroles du cœur [sung text checked 1 time]

N'as tu pas aperçu cette nuit dans un songe,
Veillant sur ton repos un ange à ton chevet ?
Berçant ton doux sommeil du plus riant mensonge ?
C'est mon cœur qui veillait.

N'as tu pas entendu bien bas à ton oreille 
Une voix toute émue, enfant qui murmurait ?
Tu l'entendais, je crois, ta joue était Vermeille,
C'est mon cœur qui parlait.

Et lorsque s'envolait l'ange à l'aile soyeuse,
tu sentis sur ta bouche un frisson qui passait ;
C'était avec amour sur ta levre rieuse,
Mon cœur qui se posait !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

11. Adieux de Gilbert à la vie [sung text checked 1 time]

[ ... ]

Au banquet de la vie, infortuné convive,
  J'apparus un jour, et je meurs :
Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive,
  Nul ne viendra verser des pleurs.

[ ... ]

Ah! puissent voir long-temps votre beauté sacrée
  Tant d'amis sourds à mes adieux! 
Qu'ils meurent pleins de jours ! que leur mort soit pleurée
  Qu'un ami leur ferme les yeux !

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
[Composée par l'auteur huit jours avant sa mort]
1 Massenet: modernized to "j'aimais"
2 Massenet: "Salut, salut"
3 note from Oeuvres complètes de Gilbert: Cette strophe est rapportée ainsi par Palissot:
Adieu, champs fortunés, adieu, douce verdure,
  Adieu, riant exil des bois!
Ciel, pavillon de l'homme, admirable nature,
  Adieu pour la dernière fois!

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

12. Villanelle rythmique [sung text checked 1 time]

Quand viendra la saison nouvelle,
Quand auront disparu les froids,
Tous les deux, nous irons, ma belle,
Pour cueillir le muguet au bois;
Sous nos pieds égrénant les perles
Que l'on voit, au matin trembler,
Nous irons écouter les merles 
     Siffler.

Le printemps est venu, ma belle;
C'est le mois des amants béni;
Et l'oiseau, satinant son aile,
Dit [des]1 vers au rebord du nid.
[Oh !]2 viens donc sur [le]3 banc de mousse
Pour parler de nos beaux amours,
Et dis-moi de ta voix si douce: 
    «Toujours !»

Loin, bien loin égarant nos courses,
Faisons fuir le lapin caché,
Et le daim au miroir des sources
Admirant son grand bois penché ;
Puis chez nous tout [joyeux]4, tout aises,
En paniers, enlaçant nos doigts,
Revenons rapportant des fraises
    Des bois.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Villanelle"
  • ENG English [singable] (Shula Keller) , "Villanelle", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Emily Ezust) , copyright © 2015
  • FRI Frisian (Geart van der Meer) , "Villanelle", copyright © 2013, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Nele Gramß) , "Villanelle", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2018, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "Contadinella", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Théophile Gauthier, La comédie de la mort, Desessart editeur, Paris, 1838, page 361.

1 Berlioz: "ses"
2 Viardot: "Ah ! "
3 Berlioz, Lavigne, Viardot: "ce"
4 Berlioz, Lavigne: "heureux"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Pierre Mathé [Guest Editor]

13. À quoi rêve-tu? [sung text checked 1 time]

À quoi rêve-tu jeune fille
Lorsque penchant ton front pensif
Tu laisses tomber ton aiguille
Et que ton doigt reste inactif ?
D'où te vient cette humeur chagrine
Belle enfant de sieze ans ?
Allons? faut-il que je devine?

Quand le printemps réjouit la nature entière,
Quand l'oiseau chante tout le jour,
Toi seule languis ?
Dis, ma chère ce gros chagrin là,
c'est l'amour enfant c'est l'amour !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

14. Le gondolier [sung text checked 1 time]

« Conduis-moi, beau gondolier,
Jusqu'à Rialto, dit-elle :
Je te donne mon collier,
Et la pierre en est si belle !»
Pourtant elle eut un refus :
« C'est trop peu, sur ma parole,
Pour entrer dans ma gondole.
Non ; Gianetta, je veu plus. »

« Tiens, je sais un lamento ;
Je le chanterai, dit-elle,
En allant à Rialto ;
La musique en est si belle !»
Pourtant elle eut un refus :
« Quoi ! Pour une barcarole,
Vous, entrer dans ma gondole !
Non ; Gianetta, je veux plus. »

[ ... ]

Sur le canal cependant
Je le vis ramer près d'elle,
Et rire en la regardant.
Qu'avait donné cette belle ?
Elle aborda, l'air confus.
Lui, fidèle à sa parole,
[Remonta dans sa gondole]1
Sans rien demander de plus.2

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
Confirmed with Poésies de Casimir Delavigne, Paris, Didier, 1856, pages 138-139.

1 Catalani: "Remonte dans la gondole"
2 Radoux adds two more lines:

Il partit, jetant à l'écho,
Les doux chants du Rialto.

Researcher for this text: Alberto Pedrotti

15. Le sérénade du Titien [sung text checked 1 time]

Dans Venise tout dort, 
Amis, quittons le port ;
La tranquille lagune;
Comme un miroir d'argent,
Reflète de la lune 
le disque seintillant,
Venise !

Ah! qu'il est doux de vivre 
Sous ton ciel enchanté;
Ici tout aime et tout s'enivre
De molle volupté
Venise !

L'aviron sur les flots
Fait vibrer les échos ;
La brise qui sommeille 
Pendant les feux du jour,
Quand vient le soir 
s'éveille avec l'amour.
Venise !

Vers l'avenir secret 
Nul regard indiscret ;
Puisque l'heure présente 
Qui sonne sans finir,
Est toujours souriante 
À quoi bon l'avenir
Venise !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

16. Ce que dit le ruisseau [sung text checked 1 time]

Je ris, je cours, je chante
Simple petit ruisseau
Et mon eau de sa voix frémissante
Jette dans les prés verts
Des concerts 
Dont l'oiseau se contente
Et qu'il redit dans ses amours
Toujour 
Partout 
Dans tout 
Pour tout
Toujours !

Dans mon lit qui serpente 
Je follàtre et ne sais 
Où je vais
Je ris, je cours, je chante
Je recueille et je sais
Les secrets 
Que la nature enfante
Lorsque vient le temps des amours
Oui ah !

Je ris, je cours, je chante, etc.

Je ris, je cours, je chante,
Mais Dieu seul le connait 
Le secret de ma course innocente
Je récolte, je prends
Et répands 
La vapeur enivrante
Qui s'exhale au temps des amours.

Je ris, je cours, je chante, etc.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

17. La nuit sur la lagune [sung text checked 1 time]

Zenita, mon idole, 
Vois l'amoureuse nuit 
Descends dans ma gondole
Le temps presse et s'enfuit
Une heure à peine encore
Nous reste jusqu'au jour
Viens, car ici l'aurore
Est funeste à l'amour.
  Silence ! Silence ! Silence ! 
  Voici l'instant heureux
  La lagune en cadence
  Sur ses flots langoureux
  Balance balance
  Les amours deux à deux
  Zenita, viens !

La lagune est propice
Aux jeunes amoureux;
La brise est sa complice
Et veille aussi sur eux
Ô viens mon bien suprême
Répondre à mon transport;
Cent fois dis-moi: je t'aime !
cent fois et plus encor.
  Silence ! Silence ! Silence ! 
  Voici l'instant heureux, etc.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

18. Le réveil [sung text checked 1 time]

Tu dors à l'heure où tout s'éveille,
L'aube et la fleur,
Je sais un chant doux à l'oreille
Plus doux au cœur.

Déjà l'aube blanchit, ma belle,
Ton oreiller,
Ne vas-tu pas bientôt comme elle 
Te réveiller ?

Là-bas, sur la lande fleurie.
Le genêt ouvre sa fleur d'or ;
Mais celle que mon âme envie,
Est mille fois plus belle encor !

Mais non! pendant une heure encore,
Ferme tes yeux,
Tes yeux feraient pâlir l'aurore,
Tes yeux si bleus !

Je t'aime, et le bonheur suprême,
Ce serait toi...
Mais j'ai peur du bonheur lui-même,
Quand je te voi !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

19. La Joconde [sung text checked 1 time]

Monna Lise ou dame Joconde,
Es-tu le produit du hasard ?
As-tu vécu de par le monde
En quels lieux te vit Léonard ?

Inventa t-il de ton visage
Le langage mystérieux
Vit-il en songe ton image 
Dans les enfers ou dans les cieux !

Quand je contemple ton image
Dans ses contours harmonieux,
Je cède au charme du mirage
Et je crois voir s'ouvrir les cieux
 
Mais en vain je poursuis la flamme
Qui se dérobe sous tes yeux
Dans ces beaux yeux je cherche l'âme
Je trouve un cœur silencieux !

Ô Joconde que veulent dire
Et ce regard et ce sourire,
Ange ou démon
Quel est ton nom, Réponds ?

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

20. Berceuse [sung text checked 1 time]

Enfant, si tu dors,
Les anges alors
T'apporteront mille choses:
Des petits oiseaux,
Des petits agneaux,
Des lys, des lilas, et des roses,

Puis, des lapins blancs,
Avec des rubans
Pour traîner [ta]1 voiture;
Ils te donneront
Tout ce qu'ils auront,
Et des baisers, je t'assure!

Enfant, dors à mes accords,
Dors, mon petit enfant,
Dors!  Dors, petit enfant!

J'entend l'éléphant 
du grand Mogol, il s'avance,
Portant sur son dos
Deux palanquins clos
Que lentement il balance!

Dans les palanquins sont des [lapins blancs]2
Qui vont traîner ta voiture . . . 
Tu n'entends pas mon murmure,
Enfant, dors à mes accords,
Dors, mon petit enfant, dors!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Sharon Krebs) , "Cradle song", copyright © 2008, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
Note: Radoux uses the spelling "lis" instead of "lys"
1 Radoux: "loin ta"
2 Radoux: "blanc lapins"

Researcher for this text: Sharon Krebs [Guest Editor]