Clairières dans le ciel

Song Cycle by Lili Boulanger (1893 - 1918)

Word count: 1105

English translation: Glades in the sky ( Faith J. Cormier)

1. Elle était descendue au bas de la prairie [sung text checked 1 time]

Elle était descendue au bas de la prairie,
et, comme la prairie était toute fleurie
de plantes dont la tige aime à pousser dans l'eau,
ces plantes inondées je les avais cueillies.
Bientôt, s'étant mouillée, elle gagna le haut
de cette prairie-là qui était toute fleurie.
Elle riait et s'ébrouait avec la grâce
dégingandée qu'ont les jeunes filles trop grandes.
Elle avait le regard qu'ont les fleurs de lavande.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "She had gone down to the bottom of the meadow", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Elle est gravement gaie [sung text checked 1 time]

Elle est gravement gaie. Par moments son regard
se levait comme pour surprendre ma pensée.
Elle était douce alors comme quand il est tard
le velours jaune et bleu d'une allée de pensées.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "She is solemnly gay", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Parfois, je suis triste [sung text checked 1 time]

Parfois, je suis triste. Et soudain, je pense à elle.
Alors, je suis joyeux. Mais je redeviens triste
de ce que je ne sais pas combien elle m'aime.
Elle est la jeune fille à l'âme toute claire,
et qui, dedans son cœur, garde avec jalousie
l'unique passion que l'on donne à un seul.
Elle est partie avant que s'ouvrent les tilleuls,
et, comme ils ont fleuri depuis qu'elle est partie,
Je me suis étonné de voir, ô mes amis,
des branches de tilleuls qui n'avaient pas de fleurs.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Sometimes I'm sad", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Un poète disait [sung text checked 1 time]

Un poète disait que, lorsqu'il était jeune,
il fleurissait des vers comme un rosier des roses.
Lorsque je pense à elle, il me semble que jase
une fontaine intarissable dans mon cœur.
Comme sur le lys Dieu pose un parfum d'église,
comme il met du corail aux joues de la cerise,
je veux poser sur elle, avec dévotion,
la couleur d'un parfum, qui n'aura pas de nom.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "A poet said", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Au pied de mon lit [sung text checked 1 time]

Au pied de mon lit, une Vierge négresse
fut mise par ma mère. Et j'aime cette Vierge
d'une religion un peu italienne.
Virgo Lauretana, debout dans un fond d'or,
qui me faites penser à mille fruits de mer
que l'on vend sur les quais où pas un souffle d'air
n'émeut les pavillons qui lourdement s'endorment,
Virgo Lauretana, vous savez qu'en ces heures
où je ne me sens pas digne d'être aimé d'elle
c'est vous dont le parfum me rafraîchit le cœur.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "At the foot of my bed", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Si tout ceci n'est qu'un pauvre rêve [sung text checked 1 time]

Si tout ceci n'est qu'un pauvre rêve, et s'il faut
que j'ajoute dans ma vie, une fois encore,
la désillusion aux désillusions ;
et, si je dois encore, par ma sombre folie,
chercher dans la douceur du vent et de la pluie
les seules vaines voix qui m'aient en passion :
je ne sais si je guérirai, ô mon amie...

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "If all were naught but a poor dream", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. Nous nous aimerons tant [sung text checked 1 time]

Nous nous aimerons tant que nous tairons nos mots,
en nous tendant la main, quand nous nous reverrons.
Vous serez ombragée par d'anciens rameaux
sur le banc que je sais où nous nous assoirons.
[ ... ]
Donc nous nous assoirons sur ce banc, tous deux seuls,
[ ... ]
D'un long moment, ô mon amie, vous n'oserez... Que vous me serrez douce et que je tremblerai...

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "We will love each other so much", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Vous m'avez regardé avec toute votre âme [sung text checked 1 time]

Vous m'avez regardé avec toute votre âme.
Vous m'avez regardé longtemps comme un ciel bleu.
J'ai mis votre regard à l'ombre de [vos]1 yeux...
Que ce regard était passionné et calme...

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "You looked at me with all your soul", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Boulanger: "mes"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Les lilas qui avaient fleuri [sung text checked 1 time]

Les lilas qui avaient fleuri l'année dernière
vont fleurir de nouveau dans les tristes parterres.
Déjà le pêcher grêle a jonché le ciel bleu
de ses roses, comme un enfant la Fête-Dieu.
Mon cœur devrait mourir au milieu de ces choses,
car c'était au milieu des vergers blancs et roses
que j'avais espéré je ne sais quoi de vous.
Mon âme rêve sourdement sur vos genoux.
Ne la repoussez point. Ne la relevez pas
de peur qu'en s'éloignant de vous elle ne voie
combien vous êtes faible et troublée dans ses bras.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "The lilacs which bloomed", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

10. Deux ancolies [sung text checked 1 time]

Deux ancolies se balançaient sur la colline
Et l'ancolie disait à sa sœur l'ancolie :
Je tremble devant toi et demeure confuse.
Et l'autre répondait : si dans la roche qu'use
l'eau, goutte à goutte, si je me mire, je vois
que je tremble, et je suis confuse comme toi.

Le vent de plus en plus les berçait toutes deux,
les emplissait d'amour et mêlait leurs cœurs bleus.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Two columbines", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

11. Par ce que j'ai souffert [sung text checked 1 time]

Par ce que j'ai souffert, ma mésange bénie,
je sais ce qu'a souffert l'autre : car j'étais deux...
Je sais vos longs réveils au milieu de la nuit
et l'angoisse de moi qui vous gonfle le sein.
On dirait par moments qu'une tête chérie,
confiante et pure, ô vous qui êtes la sœur des lins
en fleurs et qui parfois fixez le ciel comme eux,
on dirait qu'une tête inclinée dans la nuit
pèse de tout son poids, à jamais, sur ma vie.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Because I have suffered", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

12. Je garde une médaille d'elle [sung text checked 1 time]

Je garde une médaille d'elle où sont gravés
une date et les mots: prier, croire, espérer.
Mais moi, je vois surtout que la médaille est sombre :
son argent a noirci sur son col de colombe.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "I keep a medal for her", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

13. Demain fera un an [sung text checked 1 time]

Demain fera un an qu'à Audaux je cueillais
les fleurs dont j'ai parlé, de la prairie mouillée.
C'est aujourd'hui le plus beau des jours de Pâques.
Je me suis enfoncé dans l'azur des campagnes,
à travers bois, à travers prés, à travers champs.
Comment, mon cœur, n'es-tu pas mort depuis un an ?
Mon cœur, je t'ai donné encore ce calvaire
de revoir ce village où j'avais tant souffert,
ces roses qui saignaient devant les presbytère,
ces lilas qui me tuent dans les tristes parterres.
Je me suis souvenu de ma détresse ancienne,
et je ne sais comment je ne suis pas tombé
sur l'ocre du sentier, le front dans la poussière.
Plus rien. Je n'ai plus rien, plus rien qui me soutienne.
Pourquoi fait-il si beau et pourquoi suis-je né ?
J'aurais voulu poser sur vos calmes genoux
la fatigue qui rompt mon âme qui se couche
ainsi qu'une pauvresse au fossé de la route.
Dormir. Pouvoir dormir. Dormir à tout jamais
sous les averses bleues, sous les tonnerres frais.
Ne plus sentir. Ne plus savoir votre existence.
Ne plus voir cet azur engloutir ces coteaux
dans ce vertige bleu qui mêle l'air à l'eau,
ni ce vide où je cherche en vain votre présence.
Il me semble sentir pleurer au fond de moi,
d'un lourd sanglot muet, quelqu'un qui n'est pas là.
J'écris. Et la campagne est sonore de joie.
[On entend les clochers qui appellent aux vêpres,
et les grillons chanter l'heureuse paix champêtre.
On voit à l'intérieur pâle des métairies
les chapeaux de travail dormir près des tamis.]1

...Elle était descendue au bas de la prairie,
et comme la prairie était toute fleurie...2

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Tomorrow it will be a year", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 omitted by Boulanger.
2 Boulanger here repeats a line from earlier: "Plus rien. Je n'ai plus rien, plus rien qui me soutienne."

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]