Les Amours de Pierre de Ronsard à 4 parties, Livre 2

by Anthoine de Bertrand (1540? - 1581?)

Word count: 2515

1. Je ne suis seulement amoureux de Marie  [sung text checked 1 time]

Je ne suis seulement amoureux de Marie,
Anne me tient aussi dans les liens d'Amour,
Ore l'une me plaît, ore l'autre à son tour :
Ainsi Tibulle aimait Némésis, et Délie.

[On me dira tantôt]1 que c'est une folie
D'en aimer, inconstant, deux ou trois en un jour,
Voire, et qu'il faudrait bien un homme de séjour,
Pour, gaillard, satisfaire à une seule amie.

Je réponds à cela, que je suis amoureux,
Et non pas jouissant de ce bien doucereux,
Que tout amant souhaite avoir à sa commande.

Quant à moi, seulement je leur baise la main,
[Les yeux, le front]2, le col, les lèvres et le sein,
Et rien que ces biens-là d'elles je ne demande.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I'm not just in love with Marie", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Un loyal me dira"
2 Bertrand: "Le front, les yeux"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Vous ne le voulez pas ? [sung text not yet checked]

Vous ne le voulez pas? et bien, j'en suis contant, 
Contre vostre rigueur Dieu me doint patience, 
Devant qu'il soit vingt ans j'en auray la vengence, 
Voiant ternir vos yeus qui me travaillent tant. 

On ne voit amoureus au monde si constant 
Qui ne perdist le coeur, perdant sa recompense: 
Quant à moi, si ne fust la longue experience, 
Que j'ay, de soufrir mal, je mourrois à l'instant. 

Toutesfois quand je pense un peu dans mon courage 
Que je ne suis tout seul des femmes abusé, 
Et que de plus rusés en ont reçeu dommage, 

Je pardonne à moimesme, et m'ay pour excusé: 
Car vous qui me trompés en estes coutumiere, 
Et qui pis est, sur toute en beauté la premiere.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "You don't want to?", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Je veux chanter en ces vers [sung text checked 1 time]

Je veux chanter en ces vers ma tristesse:
Car autrement chanter je ne pourrois,
Veu que je suis absent de ma maistresse:
Si je chantois autrement, je mourrois.
Pour ne mourir il faut donc que je chante
En chants piteux ma plaintive langueur,
Pour le départ de ma maistresse absente,
Qui de mon sein [m'a desrobé]1 le coeur.
[ ... ]

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "me derroba"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Marie, qui voudroit vostre nom retourne [sung text not yet checked]

Marie, qui voudroit vostre beau nom tourner, 
Il trouveroit Aimer: aimez-moi donq, Marie, 
Faites cela vers moi dont vostre nom vous prie, 
Vostre amour ne se peut en meilleur lieu donner: 

S'il vous plaist pour jamais un plaisir demener, 
Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie, 
Penduz l'un l'autre au col, et jamais nulle envie 
D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener. 

Si faut il bien aimer au monde quelque chose: 
Cellui qui n'aime point, cellui-là se propose 
Une vie d'un Scyte; et ses jours veut passer 

Sans gouster la douceur des douceurs la meilleure. 
E, qu'est-il rien de doux sans Venus? las! à l'heure 
Que je n'aimeray point puissai-je trépasser!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Marie, anyone who tried mixing up your lovely name", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Modernized spelling:
Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,
Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie,
Faites cela vers moi dont votre nom vous prie,
Votre amour ne se peut en meilleur lieu donner.

S'il vous plaît pour jamais un plaisir demener,
Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie,
Pendus l'un l'autre au col, et jamais nulle envie
D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener.

Si faut-il bien aimer au monde quelque chose :
Celui qui n'aime point, celui-là se propose
Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Sans goûter la douceur des douceurs la meilleure.
Eh, qu'est-il rien de doux sans Vénus ? las ! à l'heure
Que je n'aimerai point, puissé-je trépasser !

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Je suis un demi Dieu [sung text checked 1 time]

Je suis un Demi-dieu, quand assis vis à vis
De toy, mon cher soucy, j'escoute les devis,
Devis entre-rompuz d'un gracieux sou-rire,

Sou-ris, qui me detient le cœur emprisonnée :
Car en voyant tes yeux, je me pasme estonné,
Et de mes pauvres flancs un seul mot je ne tire.

Ma langue s'engourdist, un petit feu me court
Honteux dessous la peau : je suis muet et sourd,
Et une obscure nuict dessus mes yeux demeure :

Mon sang devient glacé, l’esprit fuit de mon corps,
[Je tremble tout de crainte, et peu s’en faut alors
Qu’à tes pieds estendu, languissant je ne meure.]1

The text shown is a variant of another text.
It is based on

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Mon cœur tremble de crainte, et peu s’en faut alors/ Qu’à tes piedz estendu, sans ame je ne meure."

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Pourquoy tournez vous voz yeux [sung text not yet checked]

Pourquoy tournez vous vos yeux
Gratieux
De moy quand voulez m'occire ?
Comme si n'aviez pouvoir
Par me voir
D'un seul regard me destruire ?

Las ! vous le faites afin
Que ma fin
Ne me semblast bienheureuse,
Si j'allois en périssant
Jouissant
De votre œillade amoureuse.

Mais quoi ? Vous abusez fort.
Ceste mort,
Qui vous semble tant cruelle,
Me semble un gaing de bonheur
Pour l'honneur
De vous qui estes si belle.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Why turn away your eyes", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

7. Je suis tellement amoureux [sung text checked 1 time]

Je suis tellement amoureux,
Qu'au vray raconter je ne puis
Ny où je suis, ne qui je suis,
Ny combien je suis malheureux.

J'ay pour mon hoste nuict et jour,
Comme un tigre, un cruel esmoy
[Qui va pratiquant]1 dessus moy
Toutes les cruautez d'Amour.

Et si mon cœur ne peut s'armer
Contre l'œil qui le navre à tort :
Car, plus il [me]2 donne la mort,
Plus [je suis]3 contraint de l'aimer.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I am so in love", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Lequel pratique"
2 Bertrand: "luy"
3 Bertrand: "il est"

Researcher for this text: David Wyatt

8. Las ! Pour vous trop aymer [sung text checked 1 time]

Las! pour vous trop aymer je ne vous puis aymer,
Car il fault en aimant avoir discretion:
Helas! je ne l'ay pas: car trop d'affection
Me vient trop folement tout le cueur enflammer.

D'un feu desesperé vous faictes consommer
Mon cueur, [qui va brulant]1 sans intermission,
Et si bien la fureur nourrit ma passion
Que la raison me fault, dont je me deusse armer.

Ah! guerissez moy donc de ma fureur extreme,
Afin qu'avec raison honorer je vous puisse,
Ou pardonnez au moins mes faultes à vous mesme,

Et le peché commis en tatant vostre cuisse:
Car je n'eusse touché en lieu si deffendu,
Si pour trop vous aymer mon sens ne fust perdu.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Alas, I cannot love you for loving you too much", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "que vous brulez"

Researcher for this text: David Wyatt

9. Veu que tu es plus blanche que le liz [sung text not yet checked]

Vu que tu es plus blanche que le lis,
Qui t'a rougi ta lèvre vermeillette
D'un si beau teint ? Qui est-ce qui t'a mis
Sur ton beau sein cette couleur rougette ?

Qui t'a noirci les arcs de tes sourcils ?
Qui t'a bruni tes beaux yeux, ma maîtresse ?
Ô grand beauté remplie de soucis,
Ô grand beauté pleine de grand liesse !

Ô douce, belle, honnête cruauté,
Qui doucement me contraint de te suivre,
Ô fière, ingrate, et fâcheuse beauté,
Avecque toi je veux mourir et vivre.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Since you are whiter than the lily", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

10. Dites maistresse hé que vous ay-je fait ? [sung text checked 1 time]

Dites, maitresse, [hé]1 que vous ay-je fait !
[Hé]1 pourquoy, las ! m’estes vous si cruelle ?
Ay-je failly de vous estre fidelle,
Ay-je envers vous commis quelque forfait ?

Dites, maitresse, [hé]1 que vous ay-je fait !
[Hé]1 pourquoy, las ! m’estes vous si cruelle ?
Ay-je failly de vous estre fidelle,
Ay-je envers vous commis quelque forfait ?

Certes nenny, car plustost que de faire
Chose qui deust tant soit peu vous desplaire,
J’aymerois mieux le trespas encourir.

Mais je vois bien que vous bruslez d’envie
De me tuer : faites moy donc mourir
Puis qu’il plaist, car à vous est ma vie.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
Note: the second stanza is the same as the first, perhaps to give the poem enough lines to be an "official" sonnet.
1 de Monte : "et"

Researcher for this text: David Wyatt

11. Quand ma maistresse au monde print naissance [sung text checked 1 time]

Quand ma maitresse au monde print naissance, 
Honneur, Vertu, Grace, Savoir, Beauté 
Eurent debat avec la Chasteté 
Qui plus auroit [sus]1 elle de puissance. 

L'une vouloit en avoir joüyssance, 
L'autre vouloit l'avoir de son costé, 
Et le debat immortel eust esté 
Sans Jupiter, qui [leur posa]2 silence. 

Filles, dit-il, ce n'est pas la raison 
[Que l'une seule ait si belle maison,]3 
Pour-ce je veus qu'apointement on face: 

L'accord fut fait: et plus soudainement 
Qu'il ne l'eut dit, toutes également 
En son beau cors pour jamais [prindrent]4 place.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "When my mistress was born into the world", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 de Maletty: "sur"
2 de Maletty, de Monte: "fist fair"
3 de Maletty, de Monte: "Qu'une pour elle ait toute la maison"; one part (only) in Bertrand's version has the combined text "Que l’une seule ait toute la maison"
4 de Maletty: "eurent"

Researcher for this text: David Wyatt

12. Mignonne, baisez-moi [sung text not yet checked]

[Marie]1, baisez-moy ; non, ne me baisez pas,
Mais tirez moy le cœur de vostre douce haleine ;
Non, ne le tirez pas, mais hors de chaque veine
Succez-moy toute l'ame esparse entre vos bras ;

Non, ne la succez pas ; car apres le trespas
Que serois-je sinon une semblance vaine,
Sans corps, desur la rive, où l'amour ne demeine
(Pardonne moy, Pluton) qu'en feintes ses esbas ?

Pendant que nous vivons, entr'aimons nous, Marie,
Amour ne regne point sur la troupe blesmie
Des morts, qui sont sillez d'un long somme de fer.

C'est abus que Pluton ait aimé Proserpine ;
Si doux soing n'entre point en si dure poitrine :
Amour regne en la terre et non point en enfer.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Darling, kiss me", copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 de Bertrand: "Mignonne"; further changes may exist not shown above.


Researcher for this text: David Wyatt

13. Je ne saurais aimer autre que vous [sung text checked 1 time]

  Je ne saurois aimer autre que vous,
Non, Dame, non, je ne saurois le faire:
Autre que vous ne me sauroit complaire,
Et fust Venus descendue entre nous.

   Vos yeus me sont si gracieus et dous,
Que d'un seul clin ils me peuvent defaire,
D'un autre clin tout soudain me refaire,
Me faisans vivre ou mourir en deux coups.

   Quand je serois cinq cens mille ans en vie,
Autre que vous, ma mignonne [m'amie]1,
Ne me feroit amoureus devenir.
   Il me faudroit refaire d'autres venes,
Les miennes sont de vostre amour si plenes,
Qu'un autre amour n'y sauroit plus tenir.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "I wouldn't know how to love any but you", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (John Glenn Paton) , copyright © 2011, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "ma vie"

Researcher for this text: John Glenn Paton [Guest Editor]

14. Plus que jamais je veux aymer  

Plus que jamais je veux aymer 
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

15. Certes mon œil fut trop avantureux [sung text checked 1 time]

Certes mon œil fut trop avantureux
De regarder une chose si belle,
Une vertu digne d'une immortelle,
Et dont Amour est mesmes amoureux.

Depuis ce jour je devins langoureux
Pour aymer trop ceste beauté cruelle:
Cruelle non, mais doucement rebelle
A ce desir qui me rend malheureux:

Malheureux, non, heureux je me confesse,
Tant vaut l'amour d'une telle maitresse,
[Pour qui je vy]1, et à qui je veux plaire.

Je l'ayme tant qu'aymer je ne me puis,
Je suis tant sien que plus mien je ne suis,
Bien que pour elle Amour me desespere.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Indeed my eye was too adventurous", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "A qui je suis"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

16. He Dieu du Ciel je n’eusse pas pensé [sung text checked 1 time]

He Dieu du Ciel je n’eusse pas pensé,
Qu’un seul depart eust causé tant de peine :
Je n’ay sur moy nerf ny tendon, ny veine,
[Faye]1, ny cœur qui n’en soit offensé.

Helas ! je suis à-demy trespassé,
Ains du tout mort, las ! Ma douce inhumaine,
Avecques elle, en s’en allant, emmaine
Mon pauvre cueur de ses beaux yeux blessé.

Que pleust à Dieu ne l’avoir jamais veüe !
Son œil si beau ne m’eust la flamme esmeüe
Par qui me faut un tourment recevoir :

Tel que ma main m’occiroit à ceste heure,
Sans un penser que j’ay de la revoir,
Et ce penser garde que je ne meure.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 De Monte: "Foye" (a variant of "foie")

Researcher for this text: David Wyatt

17. Quand je serois un Turc, un Arabe ou un Scythe  

Quand je serois un Turc, un Arabe ou un Scythe 
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

18. Pour-ce que tu sçay bien [sung text not yet checked]

   Pour-ce que tu sçais bien que je t'aime trop mieus, 
Trop mieus dix mille fois que je ne fais ma vie, 
Que je ne fais mon coeur, ma bouche, ni mes yeus, 
Plus que le nom de mort tu fuis le nom d'amie. 

   Si je faisois semblant de n'avoir point envie 
D'estre ton serviteur, tu m'aimerois trop mieus, 
Trop mieus dix mille fois que tu ne fais ta vie, 
Que tu ne fais ton coeur, ta bouche, ni tes yeus. 

   C'est d'amour la coustume, alors que plus on aime 
D'estre tousjours hay: je le sçai par moi-mesme 
Qui suis hay de toi, seulement quand tu m'ois 

   Jurer que je suis tien: helas! que doi-je faire? 
Tout ainsi qu'on garist un mal par son contraire, 
Si je te haïssois, soudain tu m'aimerois.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Because you know very well", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

19. Quand je vous dys Adieu, Dame, mon seul apuy 

Quand je vous dys Adieu, Dame, mon seul apuy
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

20. Donques pour trop aymer il faut que je trespasse  

Donques pour trop aymer il faut que je trespasse 
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

21. Je meurs, helas, quand je la voy si belle  [sung text not yet checked]

Je [meurs, Paschal]1, quand je la vois si belle 
Le front si beau, et la bouche et les yeux, 
Yeux le [logis]2 d'amour victorieux 
Qui m'a blessé d'une flèche nouvelle.

Je n'ai ni sang, ni veine, ni moelle, 
Qui ne se change : et me semble qu'aux cieux 
Je suis ravi, assis entre les dieux, 
Quand le bonheur me conduit auprès d'elle.

Ah ! que ne suis-je en ce monde un grand roi !
Elle serait [ma reine]3 auprès de moi :
Mais n'étant rien, il faut que je m'absente

De sa beauté, dont je n'ose approcher
Que d'un regard transformer je ne sente
Mes yeux en fleuve et mon cœur en rocher.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I die, Paschal, when I see her looking so lovely", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "meurs helas"
2 Bertrand: "sejour"
3 Bertrand: "toujours"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

22. Si jamais homme en aymant fut heureux  

Si jamais homme en aymant fut heureux 
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

23. Las ! sans espoir je languis [sung text checked 1 time]

Las ! sans espoir je languis à grand tort,
Pour la rigueur d'une beauté si fière,
Qui sans ouïr mes pleurs ni ma prière
Rit de mon mal si violent et fort

De la beauté dont j'espérais support,
Pour mon service et longue foi première,
Je ne reçois que tourment et misère,
Et pour secours je n'attends que la mort.

Mais telle dame est si sage et si belle
Que si quelqu'un la veut nommer cruelle
En me voyant traité cruellement

Vienne au combat ici je le défie,
Il connaîtra qu'un si dur traitement
Pour ses vertus m'est une douce vie.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Alas, hopeless I pine in great wrong", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Research team for this text: John Versmoren , David Wyatt

24. Douce beauté à qui je dois la vie [sung text checked 1 time]

Douce beauté à qui je doy la vie,
Le cœur, le corps, et le sang, et l’esprit,
Voyant tes yeux Amour mesme m’aprit
Toute vertu que [depuis j’ai]1 suivie
 
Mon cueur, ardant d’une amoureuse envie,
Si vivement de tes graces s’éprit
Que d’un regard de tes yeux il comprit,
Que peut honneur, amour et courtoisie.
 
L’homme [est] de plomb, ou bien il n’a point d’ieux,
Si te voyant il ne voit tous les cieux
En ta beauté qui n’a point de seconde.
 
Ta bonne grace un rocher retiendroit :
Et quand sans jour le monde deviendroit,
Ton œil si beau seroit le jour du monde.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "j'ai depuis"

Researcher for this text: David Wyatt

25. Douce beauté qui me tenez le cœur [sung text checked 1 time]

Douce beauté qui me tenez le cœur,
Et qui avez durant toute l’année
Dedans vos yeux mon ame emprisonnée,
La faisant vivre en si belle langueur :
 
Ha ! que ne puis-je atteindre à la hauteur
Du Ciel tyran de nostre destinée ?
Je changerois sa course retournée,
Et mon malheur je mu’rois en bon heur.
 
Mais estant homme il faut qu’homme j’endure
Du Ciel cruel la violence dure
Qui me commande à mourir pour vos yeux.
 
Doncques je vien vous presenter, Madame,
Ce nouvel an pour obeïr aux Cieux,
Le cœur, l’esprit, le corps, le sang et l’ame.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: David Wyatt