Vingt mélodies

Song Cycle by Émile Pessard (1843 - 1917)

Word count: 2701

1. Les présents [sung text not yet checked]

Enfant, je vous donnerai 
  Pour vos fiançailles 
Un clair bleuet azuré 
  Parmi l'or des pailles ; 
Et jamais un bleu plus pur 
N'aura teint de fleur plus belle,
Sinon dans le vierge azur 
  De votre prunelle.

Enfant, je vous donnerai 
  Pour vos épousailles
Un œillet rouge, empourpré
  Comme les batailles :
Et jamais calice en juin 
N'aura versé plus de fièvres,
Sinon l'œillet purpurin 
  De vos jeunes lèvres ! 

Enfant, je vous donnerai 
  Pour vos funérailles 
Un lys hélas ! expiré 
  Parmi les broussailles ;
Et jamais plus belle fleur 
N'aura blèmi de la sorte 
Si ce n'est dans la pâleur 
  De ta beauté morte.

Authorship

See other settings of this text.

Confirmed with Catulle Mendès, Poésies: Hélas. Pour quatre poètes. Les vaines amours. Lieds et menus poèmes, Paris, Bibliothèque Charpentier, éd. Eugène Fasquelle, 1892, pages 163-164.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Ma Mie Annette [sung text checked 1 time]

Subtitle: Chanson rustique

Réveillez-vous, ma mie Annette,
Et mettez vos plus beaux habits ;
C'est aujourd'hui  grand jour de fête,
Le jour de fête du pays.

La Jacqueline matinale,
En branle dans le vieux clocher,
Sonne la messe patronale
Et nous dit de nous dépêcher.

Allons, ma mie, allons plus vite !
Monsieur le curé nous attend ;
Sans nous, si la messe était dite,
Le bon Dieu serait mécontent.

Après les vêpres et complies,
Bras dessus dessous, nous irons
Nous promener dans les prairies
Et dans les bois des environs ;

Nous reviendrons par la venelle
Où neige la fleur des sureaux,
Dont la sauvage odeur se mêle
Avec l'odeur des foins nouveaux.

Hélas, mon Dieu ! je me rappelle
Que l'an dernier, à la moisson,
Celle qu'en vain ma voix appelle,
Chanta sa dernière chanson ;

De sa maison, quand je l'ai vue
Pour la dernière fois sortir,
Elle était d'un drap blanc vêtue
Et ne devait pas revenir.

Car ma pauvre petite amie,
Sur un froid et dur oreiller,
Depuis longtemps est endormie
Et ne peut pas se réveiller.

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

3. Pépa La Brune [sung text checked 1 time]

Subtitle: Basquaise

Pépa la brune a dans les yeux
L'éclat du jour vif et joyeux,
Sa voix est caressante,
Son cœur n'a pas d'amours !
Déjà, pourtant, plus d'un galant
Jeta sur elle un œil brûlant,
Mais fière, insouciante,
Elle s'en moquera toujours !
Car elle est souple comme un fin roseau,
Légère, vive comme un oiseau !
Tous les soirs d'été, ah ! regardez-la
Et voyez que de charme elle a !
Sur la place elle danse
Comme avec grâce elle s'élance !
Quand vient la saison de beaux orangers,
Regardez fuir ses pas légers,
Sa basquine où l'or étincelle
Sème des rayons autour d'elle !
Oui, mais hélas ! 
Hélas, Pépa, fille cruelle !
Hélas ! toujours
Rit des amours !

Pour la beauté de son œil noir,
Andrès se meurt d'un fol espoir
Depuis l'aube naissante
Jusqu'au déclin du jour.
Malgré sa flamme et ses aveux
L'enfant, rebelle à tous ses vœux,
Toujours indifférente,
Le désespère sans retour !
Car elle est souple comme un fin roseau,
Légère, vive comme un oiseau !
Tous les soirs d'été, ah ! regardez-la
Et voyez que de charme elle a !
Sur la place elle danse
Comme avec grâce elle s'élance !
Quand vient la saison de beaux orangers,
Regardez fuir ses pas légers,
Sa basquine où l'or étincelle
Sème des rayons autour d'elle !
Prends garde à toi ! 
Prends garde à toi ! fille cruelle !
Pépa, l'amour
Finit un jour !

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

4. Les papillons [sung text not yet checked]

Les papillons couleur de neige
Volent par essaims sur la mer ;
Beaux papillons blancs, quand pourrai-je
Prendre le bleu chemin de l'air ?

Savez-vous, ô belle des belles,
Ma bayadère aux yeux de jais,
S'ils me [pouvaient]1 prêter leurs ailes,
Dites, savez-vous où j'irais ?

Sans prendre un seul baiser aux roses,
À travers vallons et forêts,
J'irais à vos lèvres mi-closes,
Fleur de mon âme, et j'y mourrais.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Motýli"
  • ENG English (Peter Low) , no title, copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Amy Pfrimmer) , copyright © 2020, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Note: this poem was titled "Pantoum" in L'Eldorado and Fortunio, and titled "Les papillons" in other editions.

1 in some settings, "voulaient"; we will add further information when we obtain it.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. La farfaletta [sung text not yet checked]

— This text is not currently
in the database but will be added
as soon as we obtain it. —

Authorship

Based on

Go to the single-text view

5. Bonjour Suzon [sung text checked 1 time]

Bonjour Suzon, ma fleur des bois !
Es-tu toujours la plus jolie ?
Je reviens, tel que tu me vois,
D'un [grand]1 voyage en Italie,
Du paradis j'ai fait le tour ;
J'ai fait des vers, [j'ai fait]2 l'amour.
Mais que t'importe ?
Je passe devant ta maison ;
  Ouvre ta porte.
  Bonjour, Suzon !

Je t'ai vue au temps des lilas.
Ton cœur joyeux venait d'éclore.
Et tu disais : "je ne veux pas,
Je ne veux pas qu'on m'aime encore."
Qu'as-tu fait depuis mon départ ?
Qui part trop tôt revient trop tard.
Mais que m'importe ?
Je passe devant ta maison ;
  Ouvre ta porte.
  Bonjour, Suzon !

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Michael P. Rosewall) , "Good Day, Susanne", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Garnier: "long" 2 Pessard: "chanté"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Johann Winkler

6. L'éventail de Suzette [sung text checked 1 time]

Ma Suzon reposait seulette :
Elle rêvait,
Et l'amour veillait en cachette
A son chevet ;

Il posait, se glissant près d'elle
Sans l'éveiller,
Son carquois d'or sur la dentelle
De l'oreiller.

« O Suzon ! » disait le perfide,
« Pour tes beaux yeux
J'ai quitté les jardins de Gnide,
J'ai fui les Dieux. »

Et plus léger que l'hirondelle,
Qui fend l'azur,
Il caressait du bout de l'aile
Son front si pur ...

« Je vous tiens, monsieur le volage ! »
Lui dit Suzon,
« Entrez ! entrez dans cette cage,
Vite en prison. »

Mais lui, riant en vrai rebelle
De cet arrêt,
S'échappe, abandonnant une aile,
Et disparait.

Il a réveillé ma Suzette
En se sauvant ;
L'aile blanche, en sa main fluette,
Palpite au vent.

Elle songe et la considère
Très en détail ;
« Tiens ! » se dit-elle, « j'en vais faire
Un éventail. »

On va quérir lames d'ivoire,
Paillons d'or pur,
Glands et cordons, rubans de moire
Couleur d'azur.

Chaque soir, l'éventail repose
Jusqu'au matin
Dans un coffret de bois de rose
Et de satin.

Mais, hélas ! depuis, que d'œillades,
De billets doux !
Que de soupirs, de sérénades !
J'en suis jaloux.

Chaque soir, mon âme inquiète
Est en travail :
Maudits soient l'amour et Suzette
Et l'éventail !

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

7. Les fourriers d'été [sung text not yet checked]

Les fourriers d'Este sont venus
Pour appareillier son logis,
Et ont fait tendre ses tappis,
De fleurs et verdure tissus.

En estandant tappis velus,
De vert herbe par le pais,
Les fourriers d'Este sont venus
Pour appareillier son logis.

Cueurs d'ennuy pieca morfondus,
Dieu mercy, sont sains et jolis ;
Alez vous en, prenez pais,
Yver, vous ne demourres plus ;
Les fourriers d'Este sont venus.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Modernized version:
Les fourriers d'Eté sont venus
Pour appareiller son logis,
Et ont fait tendre ses tapis,
De fleurs et verdure tissus.

En étendant tapis velus,
De vert herbe par le pays,
Les fourriers d'Eté sont venus
Pour appareiller son logis.

Cœurs d'ennui piéça morfondus,
Dieu merci, sont sains et jolis ;
Allez-vous-en, prenez pays,
Hiver, vous ne demeurez plus ;
Les fourriers d'Eté sont venus.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. Sonnet d'Arvers [sung text not yet checked]

[Mon âme]1 a son secret, [ma vie]2 a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu. 
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su. 

Hélas ! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu. 

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
[Ce murmure d'amour élevé sur ses pas ;]3

À l'austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Lemariey: "Mon cœur"; Van Straten: "Ma vie"
2 Lemariey, Van Straten: "mon âme" (further changes may exist but are not shown above) ; Widor: "mon cœur"
3 Widor: "Ce cœur vibrant d'amour enchaîné sur ses pas !"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Nous nous aimons tant [sung text checked 1 time]

Subtitle: Souvenir

Ensemble pleurant et chantant
Nous avions grandi côte à côte,
Hélas ! était-ce notre faute,
Si, tous deux, nous nous aimions tant ?

Sa tête touchait mon épaule,
Lorsqu'elle dit dans un sanglot :
« Si tu m'aimes, reviens bientôt,
Ou j'irai dormir sous un saule. »

Un an plus tard je revenais,
Le cœur plein d'espoir et fidèle ;
Je souriais à l'hirondelle,
Au clocher gris, aux grands genêts.

Je heurtai joyeux à la porte :
La vieille Yvonne au seuil parut,
Me regarda ... me reconnut
Et me répondit : « Elle est morte. »

Ensemble pleurant et chantant
Nous avions grandi côte à côte,
Hélas ! était-ce notre faute,
Si, tous deux, nous nous aimions tant ?

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

10. L'adieu du matin [sung text checked 1 time]

Le matin, dès que je te quitte,
Songeant aux longs ennuis du jour,
Je dis au soir : « Ah! reviens vite,
Et ramène-moi mon amour. »
Et pendant toute la journée,
Ton dernier mot d'adieu me suit,
Et dans mon âme abandonnée,
J'entends ce mystérieux bruit.
Bruit d'adieu, que mon cœur sonore
Sent à ses parois attaché
Comme un cristal qui vibre encore
Longtemps après qu'on l'a touché.

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

11. À Saint Blaise [sung text not yet checked]

À Saint-Blaise, à la Zuecca,
Vous étiez, vous étiez bien aise
À Saint-Blaise.
À Saint-Blaise, à la Zuecca,
Nous étions bien là.

Mais de vous en souvenir
Prendrez-vous la peine ?
Mais de vous en souvenir
Et d'y revenir,

À Saint-Blaise, à la Zuecca,
Dans les prés fleuris cueillir la verveine,
À Saint-Blaise, à la Zuecca,
Vivre et mourir là !

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Victoria de Menil) , "In St. Blaise at the Zuecca", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • SPA Spanish (Español) (José Miguel Llata) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

12. Absence [sung text not yet checked]

Reviens, reviens, ma bien-aimée !
Comme une fleur loin du soleil,
La fleur de ma vie est fermée,
Loin de ton sourire vermeil.

Entre nos cœurs [tant de]1 distance ;
Tant d'espace entre nos baisers.
Ô sort amer! ô dure absence !
Ô grands désirs inapaisés !

D'ici là-bas que de campagnes,
Que de villes et de hameaux,
Que de vallons et de montagnes,
À lasser le pied des chevaux !

Au pays qui me prend ma belle,
Hélas! si je pouvais aller ;
Et si mon corps avait une aile
Comme mon âme pour voler !

Par-dessus [les]2 vertes collines,
Les montagnes au front d'azur,
Les champs rayés et les ravines,
J'irais d'un vol rapide et sûr.

Le corps ne suit pas la pensée;
Pour moi, mon âme, va tout droit,
Comme une colombe blessée,
[T'abattre]3 au rebord de son toit.

Descends dans sa gorge divine,
Blonde et fauve comme de l'or,
Douce comme un duvet d'hermine,
Sa gorge, mon royal trésor ;

Et dis, mon âme, à cette belle :
«[Tu sais bien qu'il compte les jours!]4
Ô ma colombe! à tire d'aile,
Retourne au nid de nos amours.»

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Absence"
  • ENG English (Emily Ezust) , copyright © 2015
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Enrico Magnani) , "Assenza", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Théophile Gauthier, La comédie de la mort, Desessart editeur, Paris, 1838, page 283.

1 Berlioz: "quelle"
2 Bizet, David, Lavigne: "nos"
3 Berlioz, Pedrell: "S'abbatre"
4 Lavigne: appears as the last line of this verse.

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Pierre Mathé [Guest Editor]

13. Rêverie [sung text checked 1 time]

Rossignols au langage,
Charmant sous le feuillage,
Si j'avais votre douce voix,
Sur un arbre, près d'elle,
Je bercerais ma belle
De mes chants dans le fond des bois.

Ah ! si j'avais vos ailes,
Rapides hirondelles,
Lorsque je souffre tous les jours,
Franchissant les espaces
J'irais, suivant vos traces,
Et volerais vers mes amours.

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

14. Sous les grands tilleuls [sung text checked 1 time]

Sous les grands tilleuls
Est un banc de pierre,
Baigné d'ombre fraiche, où deux amants seuls
Peuvent, en rêvant, fermer la paupière.

La main dans la main,
Que de charmants rêves
On peut échanger sur le lendemain.
Aux parfums des fleurs, aux senteurs des sèves,

Quand la nuit descend, 
Lente et langoureuse,
Que le vent du soir passe en frémissant,
Viens sous les tilleuls, ô mon amoureuse !

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

15. Dites, la jeune belle [sung text not yet checked]

Dites, la jeune belle,
Où voulez-vous aller ?
La voile [ouvre]1 son aile,
La brise va souffler !

L'aviron est d'ivoire,
Le pavillon de moire,
Le gouvernail d'or fin ;
J'ai pour lest une orange,
Pour voile une aile d'ange,
Pour mousse un séraphin.

Dites, la jeune belle !
Où voulez-vous aller?
La voile [ouvre]1 son aile,
La brise va souffler !

Est-ce dans la Baltique,
[Sur]2 la mer Pacifique,
Dans l'île de Java ?
Ou bien [dans la]3 Norwége,
Cueillir la fleur de neige,
Ou la fleur d'Angsoka ?

Dites, la jeune belle,
Où voulez-vous aller?
[La voile ouvre son aile,
La brise va souffler!]4

-- Menez-moi, dit la belle,
À la rive fidèle
Où l'on aime toujours.
-- Cette rive, ma chère,
On ne la connaît guère
Au pays des amours.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , no title, copyright ©
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2011, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "Dite, mia giovane bella", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Théophile Gauthier, La comédie de la mort, Desessart editeur, Paris, 1838, page 309.

1 Berlioz: "enfle"
2 Berlioz, Gounod: "Dans"
3 Berlioz, Gounod: "est-ce en"
4 omitted by Berlioz and Gounod

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Pierre Mathé [Guest Editor]

16. Vieille chanson du jeune temps [sung text not yet checked]

Je ne [songeais]1 pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J'étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ; 
J'ai parlais des fleurs, des arbres ;
Son œil semblait dire : «Après ?»

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J'allais ; j'écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l'air morose,
Elle, vingt ; ses yeux brillaient,
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient,

Rose droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches ;
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure ;
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans les bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
« Soit, n'y pensons plus !» dit-elle.
Depuis j'y pense toujours.

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Reyer, Delibes: "pensais"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

17. Premiers rayons ! [sung text checked 1 time]

Ah ! quel frisson d'ivresse agitant la nature,
Parcourt les bois, les monts, les prés et les buissons ;
La plaine est plus fleurie et la brise est plus pure,
Le val et la forêt s'emplissent de chansons !

Oh ! les premiers rayons des beaux soleils de flamme,
Qui font germer les fleurs et préparent le miel,
De quels transports divins ils enfièvrent notre âme !
Clarté nouvelle, ah ! viens briller dans le ciel !

Tu ravis nos esprits séduits par de doux rêves,
Nos cœurs sont ranimés sitôt que tu te lèves,
Notre âme s'ouvre encore aux douceurs des aveux !

L'amour respire en toi, tu remplis la pensée,
Et sans cesse charmée et tremblante oppressée,
A sa gloire elle chante un hymne vers les cieux !

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

18. Son portrait [sung text checked 1 time]

Je la voudrais rieuse et blonde,
Le pied mignon, la taille ronde,
L'air langoureux et les yeux bleus
Dans le bonheur et la souffrance,
Gardant toujours la transparence
De son beau front et de ses yeux.

Je voudrais que, dans sa noblesse,
Son âme unit force et faiblesse
Comme l'enfant dans ses ébats ;
Que, sans changer, toujours nouvelle
Sans ornements elle fut belle,
Et surtout en n'y pensant pas.

Je la voudrais comme ces reines
Qu'on voyait, parcourant les plaines
Sur leur cheval, au temps jadis ...
Mais je lui voudrais tant de choses
Que mes désirs sont rêves roses
Qu'il faut laisser au paradis.

Authorship

Researcher for this text: Johann Winkler

19. Printemps, tu peux venir [sung text not yet checked]

Tandis qu'à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
[Prépare]1 en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement, lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d'or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s'en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l'amandier.

La nature au lit se repose ;
Lui, descend au jardin désert
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,
Qu'aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l'oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d'argent du muguet.

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,
Il met la fraise au teint vermeil
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d'avril tournant la tête,
Il dit : « Printemps, tu peux venir ! »

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Gounod: "Mars prépare"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

20. La Vierge à la crèche [sung text not yet checked]

Dans [ses]1 langes blancs, fraîchement cousus,
La Vierge berçait son Enfant-Jésus.
Lui, gazouillait comme un nid de mésanges.
Elle le [berçait, et chantait]2 tout bas
Ce que nous chantons à nos petits anges...
Mais l'Enfant-Jésus ne s'endormait pas.

Étonné, ravi de ce qu'il entend,
Il rit dans sa crèche, et s'en va chantant
Comme un saint lévite et comme un choriste ;
Il bat la mesure avec ses deux bras,
et la sainte Vierge est triste, bien triste,
De voir son Jésus qui ne s'endort pas.

» Doux Jésus, lui dit la mère en tremblant,
» Dormez, mon agneau, mon bel agneau blanc.
» Dormez; il est tard, la lampe est éteinte.
» Votre front est rouge et vos membres las ;
» Dormez, mon amour, et dormez sans crainte. «
Mais l'Enfant-Jésus ne s'endormait pas.

» Il fait froid, le vent souffle, point de feu... 
» Dormez, c'est la nuit, la nuit du bon Dieu.
» C'est la nuit d'amour des chastes épouses ;
» Vite, ami, cachons ces yeux sous nos draps,
» Les étoiles d'or en seraient jalouses. «
Mais l'Enfant-Jésus ne s'endormait pas.

» Si quelques instants vous vous endormiez,
» Les songes viendraient, en vol de ramiers,
» Et feraient leurs nids sur vos deux paupières,
» Ils viendront; dormez, doux Jésus. « -- Hélas !
Inutiles chants et vaines prières
Le petit Jésus ne s'endormait pas.

Et Marie alors, le regard voilé, 
Pencha sur son fils un front désolé, 
» Vous ne dormez pas, votre mère pleure, 
» Votre mère pleure, ô mon bel ami... «
Des larmes coulaient de ses yeux ; sur l'heure, 
Le petit Jésus s'était endormi.

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Perillier: "les"; further changes may exist not shown above.
2 Franck: "berçait en chantant"

Researcher for this text: Ferdinando Albeggiani