Les amours de Pierre de Ronsard

by Anthoine de Bertrand (1540? - 1581?)

Word count: 0

?. Amour, donne moy paix ou treve [sung text checked 1 time]

Amour, Amour, donne moy paix ou treve,
Ou bien retire, et d'un garrot plus fort
Tranche ma vie et m'avance la mort.
Me bienheurant d'une langeur plus breve.

Soit que la jour [se couche ou se releve]1
Je sens toujours un penser qui me mord.
[Et malheureux en si heureux effort.
Me faict la guerre, et mes peines rengrève.]2

Que doy-je faire ?  Amour me fait errer
Si hautement, que je n'ose esperer
De mon salut que la desesperance.

Puis qu'Amour donc ne me veut secourir
Pour me defendre il me plait de mourir.
Et par la mort [retrouver]3 delivrance.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Love, Love, give me peace or a truce", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Lassus: "ou se couche ou se leve"
2 Lassus: "Et contumax au cours de son effort / De pis en pis mes angoisses rengrève."
3 Bertrand, Maletty, Lassus: "trouver ma"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Dans le serein de sa jumelle flamme [sung text checked 2 times]

[Dans le serein]1 de sa jumelle flamme
Je vis Amour, qui son arc desbandoit,
Et sus mon cuoeur le brandon éspandoit,
Qui des plus froids les moëlles enflamme.

Puis çà puis là pres les yeulx de ma dame
Entre cent fleurs un retz d'or me tendoit,
Qui tout crespu blondement descendoit
A flotz ondez pour enlasser mon ame.

Qu'eussay-je faict l'Archer estoit si doulx,
Si doulx son feu, si doulx l'or de ses noudz,
Qu'en leurs filetz encore je m'oublie:

Mais cest oubli ne me tourmente point,
Tant doulcement le doulx Archer me poingt,
Le feu me brusle, et l'or crespe me lie.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "In the serenity of her twin flashing eyes", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Another version of Ronsard's poem has "Entre les rais"
Modernized spelling:
Dans le serein de sa jumelle flamme
Je vis Amour, qui son arc débandait,
Et sur mon cœur le brandon épandait,
Qui des plus froids les moelles enflamme.

Puis çà puis là près les yeux de ma dame
Entre cent fleurs un rets d'or me tendait,
Qui tout crépu blondement descendait
A flots ondés pour enlacer mon âme.

Qu'eussé-je fait ? l'Archer était si doux,
Si doux son feu, si doux l'or de ses nœuds,
Qu'en leurs filets encore je m'oublie :

Mais cet oubli ne me tourmente point,
Tant doucement le doux Archer me point,
Le feu me brûle, et l'or crêpe me lie.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Doux fut le trait [sung text checked 2 times]

Doux fut le trait qu'Amour hors de sa trousse
Pour me tuer me tira doucement,
Quand je fus pris au doux commencement
D’une douceur si doucettement douce.

Doux est son ris et sa voix qui me pousse
L'âme du corps qui s’en fuit hautement
Devant son chant accordé proprement
Avec mes vers animez de son pouce.

Telle douceur sa voix coule en bas,
Que sans l’oüir l’amoureux ne sçait pas,
Comme en ses rets Amour nous encordelle.

Sans l'ouir, dis-je, Amour mesme enchanter,
Doucement rire, et doucement chanter,
Et moy mourir doucement auprès d'elle.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Sweet was the arrow", copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: David Wyatt

?. Las, je me plain de mille et mille et mille [sung text checked 1 time]

Las, je me plain de mille et mille et mille
Souspirs, qu'en vain des flancz je vais tirant,
Heureusement mon plaisir martirant
Au fond d'une eau qui de mes pleurs distille.

Puis je me plain d'un portraict inutile,
Ombre du vray que je suis adorant,
Et de ces yeulx qui me vont devorant,
Le cuoeur bruslé d'une flamme gentille.

Mais parsus tout je me plain d'un penser,
Qui trop souvent dans mon cuoeur faict passer
Le souvenir d'une beaulté cruelle,

Et d'un regret qui me pallist si blanc,
Que je n'ay plus en mes veines de sang,
Aux nerfz de force, en mes oz de moëlle.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Alas, I weep with thousand upon thousand sighs", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

?. Ces deux yeulx bruns [sung text checked 1 time]

Ces deux yeulx bruns, [deux]1 flambeaux de ma vie,
Dessus les miens [fouldroyans]2 leur clarté,
Ont [esclavé]3 ma jeune liberté,
Pour la damner en prison asservie.

[De voz doulx feux]4 ma raison fut ravie,
Si qu'esblouy de [vostre]5 grand' beaulté,
Opiniastre à garder loyaulté
Aultres yeulx voyr depuis je n'euz envie.

D'autre esperon mon Tyran ne me poingt,
Aultres pensers en moy ne [couvent]6 point,
Ny aultre idole en mon cuoeur je n'adore.

Ma main ne sçait cultiver aultre nom,
Et mon papier n'est esmaillé, si non
De [voz]7 beaultez que ma plume colore.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Two lovely brown eyes", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "doux"
2 Bertrand, Pevernage: "respandant"
3 Bertrand, Pevernage: "arresté"
4 Bertrand: "De ses deux yeux" ; Pevernage: "De ces deux yeux"
5 Bertrand, Pevernage: "leur"
6 Bertrand: "logent"
7 Bertrand: "ses"

Research team for this text: Guy Laffaille [Guest Editor] , David Wyatt

?. Ce ris plus doulx que l'oeuvre d'une abeille [sung text checked 1 time]

Ce ris plus doulx que l'oeuvre d'une abeille,
Ces doubles liz doublement argentez,
Ces diamantz à double ranc plantez
Dans le coral de sa bouche vermeille,

Ce doulx parler qui les mourantz esveille,
Ce chant qui tient mes soucis enchantez,
Et ces deux cieulx sur deux astres antez,
De ma Deesse annoncent la merveille.

Du beau jardin de son printemps riant,
[Sort]1 un parfum, qui mesme l'orient
Embasmeroit de ses doulces aleines.

Et de là sort le charme d'une voix,
Qui touts raviz fait sauteler les boys,
Planer les montz, et montaigner les plaines.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "This smile, softer than bees' honey", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Naist" (as appears in the variant of this text).

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

?. Amour me tue [sung text checked 1 time]

Amour me tue, et si je ne veus dire
  Le plaisant mal que ce m'est de mourir:
  Tant j'ay grand peur, qu'on [veuille]1 secourir
  [Le mal, par qui doucement]2 je soupire.

Il est bien vray, que ma langueur desire
  Qu'avec le tans je me puisse guerir:
  Mais je ne veus ma dame requerir
  Pour ma santé: tant me plait mon martire.

Tay toy langueur: je sen venir le jour,
  Que ma maistresse, après si loing sejour,
  Voyant le soing qui ronge ma pensée,

Tout' une nuict, folatrement m'aiant
  Entre ses bras, prodigu', ira paiant
  Les interés de ma pein' avancée.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Love is slaying me", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand, Maletty: "voulust"
2 Bertrand, Maletty: "Ce doux tourment pour lequel"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Je ne saurais aimer autre que vous [sung text checked 1 time]

  Je ne saurois aimer autre que vous,
Non, Dame, non, je ne saurois le faire:
Autre que vous ne me sauroit complaire,
Et fust Venus descendue entre nous.

   Vos yeus me sont si gracieus et dous,
Que d'un seul clin ils me peuvent defaire,
D'un autre clin tout soudain me refaire,
Me faisans vivre ou mourir en deux coups.

   Quand je serois cinq cens mille ans en vie,
Autre que vous, ma mignonne [m'amie]1,
Ne me feroit amoureus devenir.
   Il me faudroit refaire d'autres venes,
Les miennes sont de vostre amour si plenes,
Qu'un autre amour n'y sauroit plus tenir.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "I wouldn't know how to love any but you", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (John Glenn Paton) , copyright © 2011, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "ma vie"

Researcher for this text: John Glenn Paton [Guest Editor]

?. Las ! sans espoir je languis [sung text checked 1 time]

Las ! sans espoir je languis à grand tort,
Pour la rigueur d'une beauté si fière,
Qui sans ouïr mes pleurs ni ma prière
Rit de mon mal si violent et fort

De la beauté dont j'espérais support,
Pour mon service et longue foi première,
Je ne reçois que tourment et misère,
Et pour secours je n'attends que la mort.

Mais telle dame est si sage et si belle
Que si quelqu'un la veut nommer cruelle
En me voyant traité cruellement

Vienne au combat ici je le défie,
Il connaîtra qu'un si dur traitement
Pour ses vertus m'est une douce vie.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Alas, hopeless I pine in great wrong", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Research team for this text: John Versmoren , David Wyatt

?. Nature ornant la Dame [sung text not yet checked]

Nature ornant la dame qui devoyt
De sa douceur forcer les plus rebelles,
Luy fit present des beautez les plus belles,
Que des mille ans en espargne elle avoyt

Tout ce qu'Amour avarement couvoyt,
De beau, de chaste, et d'honneur soubz ses ailles,
Emmiella les graces immortelles
De son bel oeil qui les dieux emouvoyt.

Du ciel à peine elle estoyt descendue,
Quand je la vi, quand mon ame ésperdue
En devint folle: et d'un si poignant trait,

Le fier destin l'engrava dans mon ame,
Que vif ne mort, jamais d'une aultre dame
Empraint au cuoeur je n'auray le portraict.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "Nature, when adorning that lady", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission

Modernized spelling:
Nature ornant la dame qui devait
De sa douceur forcer les plus rebelles
Lui fit présent des beautés les plus belles
Que dès mille ans en épargne elle avait.

Tout ce qu'Amour avarement couvait
De beau, de chaste et d'honneur sous ses ailes
Emmiella les grâces immortelles
De son bel oeil qui les dieux émouvait.

Du ciel à peine elle était descendue,
Quand je la vis, quand mon âme éperdue
En devint folle, et d'un si poignant trait

Le fier Destin l'engrava dans mon âme
Que, vif ne mort, jamais d'une autre dame
Empreint au coeur je n'aurai le portrait.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Je ne suis seulement amoureux de Marie  [sung text checked 1 time]

Je ne suis seulement amoureux de Marie,
Anne me tient aussi dans les liens d'Amour,
Ore l'une me plaît, ore l'autre à son tour :
Ainsi Tibulle aimait Némésis, et Délie.

[On me dira tantôt]1 que c'est une folie
D'en aimer, inconstant, deux ou trois en un jour,
Voire, et qu'il faudrait bien un homme de séjour,
Pour, gaillard, satisfaire à une seule amie.

Je réponds à cela, que je suis amoureux,
Et non pas jouissant de ce bien doucereux,
Que tout amant souhaite avoir à sa commande.

Quant à moi, seulement je leur baise la main,
[Les yeux, le front]2, le col, les lèvres et le sein,
Et rien que ces biens-là d'elles je ne demande.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I'm not just in love with Marie", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Un loyal me dira"
2 Bertrand: "Le front, les yeux"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Quand en songeant ma folastre j'acole [sung text not yet checked]

Quand en songeant ma folâtre j'acolle,
Laissant mes flancs sur les siens s'allonger,
Et que, d'un branle habilement léger,
En sa moitié ma moitié je recolle !

Amour adonc si follement m'affole,
Qu'un tel abus je ne voudroi changer,
Non au butin d'un rivage étranger,
Non au sablon qui jaunoie en Pactole.

Mon dieu, quel heur, et quel consentement,
M'a fait sentir ce faux recollement,
Changeant ma vie en cent métamorphoses !

Combien de fois, doucement irrité,
Suis-je ore mort, ore ressuscité,
Entre cent lis et cent merveilles roses !

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Oh, when while dreaming I stick to my folly", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Amour archer [sung text checked 1 time]

Amour archer d'une tirade ront
Cent traitz sur moy, et si ne me conforte
D'un seul [espoir]1, celle pour qui je porte
Le cuoeur aux yeulx, les pensers sus le front.

D'un Soleil part la glace qui me fond,
Et m'esbays que ma froydeur n'est morte
Au feu d'un oeil, qui d'une flamme accorte
[Brulle mon cuoeur d'un]2 ulcere profond.

En tel estat je voy languir ma vie,
Qu'aux plus chetifz ma langueur porte envie,
Tant le mal croist et le cuoeur me deffault:

Mais la douleur qui plus comble mon ame
[D'un vain espoyr]3, c'est qu'Amour et Madame
Scavent mon mal, et si ne leur en chault.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Love the archer", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "regard"
2 Bertrand: "Me fait au cueur un"
3 Bertrand: "De desepoir

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Avéques moi pleurer [sung text checked 2 times]

Avéques moi pleurer vous devriés bien,
Tertres bessons, pour la facheuse absence
De cette là, qui fut par sa presence
Vôtre Soleil, ainçois qui fut le mien.

Las! de quels maus, Amour, et de combien
Une beauté ma peine recompense!
Quand plein de honte à toute heure je pense
Qu'en un moment j'ai perdu tout mon bien.

Or, à dieu donc beauté qui me dédaigne:
Quelque rocher, quelque bois, ou montaigne
Vous pourra bien éloigner de mes yeus:

Mais non du coeur, que pront il ne vous suive,
Et que dans vous, plus que dans moi, ne vive,
Comme en la part qu'il aime beaucoup mieus.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Weep with me", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Beauté dont la douceur pourroit vaincre les roys [sung text checked 1 time]

Beauté dont la douceur pourroit vaincre les Rois,
Mon cœur que vous tenez dans vos yeux en servage,
Helas, rendez le moy, ou me baillez en gage
Le vostre, car sans cœur vivre je ne pourrois.

Quand mort en vous servant sans mon cœur je serois,
Plus que vous ne pensez ce vous seroit dommage
De perdre un tel amy : à moy, grand avantage,
Grand honneur et plaisir quand pour vous je mourrois.

Ainsi nous ne pouvons encourir de ma mort
Vous, madame, qu’un blâme, et moy qu’un reconfort,
Pourveu que mon trespas vous plaise en quelque chose :

Et veux que sur ma Làme Amour aille escrivant,
CELUY QUI GIST ICY, SANS COEUR ESTOIT VIVANT,
ET TRESPASSA SANS COEUR, ET SANS COEUR IL REPOSE.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: David Wyatt

?. Ce ne sont qu'ains [sung text checked 1 time]

Ce ne sont qu'haims, qu'amorces et qu'appas
De son bel œil qui m'alléche en sa nasse,
Soit qu'elle rie, ou soit qu'elle compasse
Au son du luth le nombre de ses pas.

Une minuit tant de flambeaux n'a pas,
Ny tant de sable en Euripe ne passe,
Que de beautez embellissent sa grace,
Pour qui j'endure un millier de trespas.

Mais le tourment qui moissonne ma vie
Est si plaisant que je n'ay point envie
De m'esloigner de sa douce langueur.

Ains face Amour que mort encore j'aye
L'aigre douceur de l amoureuse playe
Que vif je porte au [plus beau]1 de mon cœur.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "These are just the charms", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "rocher"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Certes mon œil fut trop avantureux [sung text checked 1 time]

Certes mon œil fut trop avantureux
De regarder une chose si belle,
Une vertu digne d'une immortelle,
Et dont Amour est mesmes amoureux.

Depuis ce jour je devins langoureux
Pour aymer trop ceste beauté cruelle:
Cruelle non, mais doucement rebelle
A ce desir qui me rend malheureux:

Malheureux, non, heureux je me confesse,
Tant vaut l'amour d'une telle maitresse,
[Pour qui je vy]1, et à qui je veux plaire.

Je l'ayme tant qu'aymer je ne me puis,
Je suis tant sien que plus mien je ne suis,
Bien que pour elle Amour me desespere.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Indeed my eye was too adventurous", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "A qui je suis"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Cest humeur vient de mon œil qui adore [sung text not yet checked]

Cet' humeur vient de mon oeil, qui adore
Ton sainct protraict, seul Dieu de mon soucy,
De mon cueur part maint soupir adoucy,
De tes yeulx sort le feu qui me devore.

Donques le prix de celuy qui t'honnore,
Est-ce la mort, et le marbre endurcy?
O pleurs ingratz! ingratz soupirs aussi,
Mon feu, ma mort, et ta rigueur encore.

De mon esprit les aesles sont guidées
Jusques au seing des plus haultes Idées
Idolatrant ta celeste beaulté.

O doulx pleurer! ô doulx soupirs cuisans!
O doulce ardeur de deux soleilz luisans!
O doulce mort! ô doulce cruaulté!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "This water comes from my eye", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Ha seigneur Dieu, que de graces écloses [sung text checked 2 times]

Ha, seigneur dieu, que de graces écloses
Dans le jardin de ce sein verdelet,
Enflent le rond de deus gazons de lait,
Où des Amours les fléches sont encloses!

Je me transforme en cent metamorfoses,
Quand je te voi, petit mont jumelet,
Ains du printans un rosier nouvelet,
Qui le matin [bienveigne]1 de ses roses.

S'Europe avoit l'estomac aussi beau,
De t'estre fait, Jupiter, un toreau,
Je te pardonne. Hé, que ne sui-je puce!

La baisotant, tous les jours je mordrois
Ses beaus tetins, mais la nuit je voudrois
Que rechanger en homme je me pusse.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Oh Lord God, how many graces blossoming", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand, Maletty: "caresse"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Hastez vous, petite folle [sung text not yet checked]

Hastez vous, petite folle
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

?. Je meurs helas, quand je la vois [sung text checked 1 time]

Je [meurs, Paschal]1, quand je la vois si belle 
Le front si beau, et la bouche et les yeux, 
Yeux le [logis]2 d'amour victorieux 
Qui m'a blessé d'une flèche nouvelle.

Je n'ai ni sang, ni veine, ni moelle, 
Qui ne se change : et me semble qu'aux cieux 
Je suis ravi, assis entre les dieux, 
Quand le bonheur me conduit auprès d'elle.

Ah ! que ne suis-je en ce monde un grand roi !
Elle serait [ma reine]3 auprès de moi :
Mais n'étant rien, il faut que je m'absente

De sa beauté, dont je n'ose approcher
Que d'un regard transformer je ne sente
Mes yeux en fleuve et mon cœur en rocher.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I die, Paschal, when I see her looking so lovely", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "meurs helas"
2 Bertrand: "sejour"
3 Bertrand: "toujours"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Je suis tellement amoureux [sung text checked 1 time]

Je suis tellement amoureux,
Qu'au vray raconter je ne puis
Ny où je suis, ne qui je suis,
Ny combien je suis malheureux.

J'ay pour mon hoste nuict et jour,
Comme un tigre, un cruel esmoy
[Qui va pratiquant]1 dessus moy
Toutes les cruautez d'Amour.

Et si mon cœur ne peut s'armer
Contre l'œil qui le navre à tort :
Car, plus il [me]2 donne la mort,
Plus [je suis]3 contraint de l'aimer.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I am so in love", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Lequel pratique"
2 Bertrand: "luy"
3 Bertrand: "il est"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Je suis un demi Dieu [sung text checked 1 time]

Je suis un Demi-dieu, quand assis vis à vis
De toy, mon cher soucy, j'escoute les devis,
Devis entre-rompuz d'un gracieux sou-rire,

Sou-ris, qui me detient le cœur emprisonnée :
Car en voyant tes yeux, je me pasme estonné,
Et de mes pauvres flancs un seul mot je ne tire.

Ma langue s'engourdist, un petit feu me court
Honteux dessous la peau : je suis muet et sourd,
Et une obscure nuict dessus mes yeux demeure :

Mon sang devient glacé, l’esprit fuit de mon corps,
[Je tremble tout de crainte, et peu s’en faut alors
Qu’à tes pieds estendu, languissant je ne meure.]1

The text shown is a variant of another text.
It is based on

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Mon cœur tremble de crainte, et peu s’en faut alors/ Qu’à tes piedz estendu, sans ame je ne meure."

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Je veux chanter en ces vers [sung text checked 1 time]

Je veux chanter en ces vers ma tristesse:
Car autrement chanter je ne pourrois,
Veu que je suis absent de ma maistresse:
Si je chantois autrement, je mourrois.
Pour ne mourir il faut donc que je chante
En chants piteux ma plaintive langueur,
Pour le départ de ma maistresse absente,
Qui de mon sein [m'a desrobé]1 le coeur.
[ ... ]

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "me derroba"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Je veux mourir pour tes beautez [sung text checked 1 time]

Je veux mourir pour tes beautés, Maîtresse,
Pour ce bel oeil, qui me prit à son hain,
Pour ce doux ris, pour ce baiser tout plein
D'ambre et de musc, baiser d'une Déesse.

Je veux mourir pour cette blonde tresse,
[Pour l'embonpoint de ce trop chaste sein]1,
Pour la rigueur de cette douce main,
Qui tout d'un coup me guérit et me blesse.

Je veux mourir pour le brun de ce teint,
[Pour cette voix, dont le beau chant m'étreint
Si fort le cœur que seul il en dispose.]2

Je veux mourir ès amoureux combats,
Soûlant l'amour, qu'au [sang]3 je porte enclose,
Toute une nuit au milieu de tes, bras.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I wish I could die for your beauty", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "Pour le mignard embonpoinct de ce sein"
2 Bertrand, Utendal: "Pour ce maintien qui, divin, me contraint/ De trop aymer : mais par sus toute chose."
3 Bertrand, Utendal: "cœur"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Je voudrois estre Ixion et Tantale [sung text checked 1 time]

Je voudrois estre Ixion et Tantale,
Dessus la rouë et dans les eaux là bas,
[Et nu à nu]1 presser entre mes bras
Ceste beauté qui les anges égale.

S'ainsi estoit, toute peine fatale
Me seroit [douce]2 et ne me chaudroit pas,
Non, d'un vautour fussé-je le repas,
Non, qui le roc remonte et redevale.

Luy tastonner seulement le tetin,
[Ce seul plaisir changeroit]3 mon destin
Au sort meilleur des princes de l'Asie :

Un demy-dieu me feroit son baiser,
Et flanc à flanc [mon feu desembraser]4,
Un [de ceux-là]5 qui mangent l'ambroisie.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Oeuvres complètes de P. de Ronsard, Nouvelle Édition, Tome I, Paris, Chez P. Jannet, 1857, pages 26-27.

1 Maletty: "Et quelquefois"
2 Maletty: "doux"
3 Maletty: "Et changeroit l'obscur de"; Bertrand: "A descouvert, changeroit"
4 Bertrand, Maletty: "entre ses bras m'aiser"
5 Bertrand: "des grands Dieux"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , David Wyatt

?. Je vy ma nymphe [sung text checked 1 time]

Je vy ma Nymphe entre cent damoyselles,
Comme un Croyssant par les menuz flambeaulx,
Et de ses yeulx plus que les astres beaulx
Faire obscurcir la beaulté des plus belles.

Dedans son sein les graces immortelles,
La Gaillardize, et les freres jumeaux,
Alloyent vollant comme petitz oyseaux
Par my le verd des branches plus nouvelles.

Le ciel ravy, que [son chant esmouvoyt]1,
Roses, et liz, et girlandes pleuvoyt
Tout [au rond]2 d'elle au meillieu de la place:

Si qu'en despit de l'hyver froydureux,
Par la vertu de ses yeulx amoureux,
Un beau printemps s'esclouit de sa face.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I can spot my Nymph", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "si belle la void"
2 Bertrand: "autour"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Las ! Pleust à Dieu n'avoir jamais tasté [sung text checked 1 time]

Las ! Pleust à Dieu n'avoir jamais tasté
Si follement le tetin de m'amie!
Sans [ce malheur]1, l'autre plus grande envie
[Jamais, helas! ne m'eust]2 le coeur tenté

Comme un poisson, pour s'estre trop hasté
Par un appast, suit la fin de sa vie,
Ainsi je vais où la mort me convie,
D'un beau tetin doucement apasté.

Qui eust pensé que le cruel destin
Eust enfermé sous un si beau tetin
Un si grand feu, pour m'en faire la proye?

Avisez donc quel seroit le coucher
Entre ses bras, puis qu'un simple toucher
De mille morts [innocent]3 me foudroye!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Alas, would to God I'd never nibbled", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "luy vrayment"
2 Bertrand: "Helas ! ne m'eust jamais"
3 Bertrand, Boni: "sans joüir"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Las ! Pour vous trop aymer [sung text checked 1 time]

Las! pour vous trop aymer je ne vous puis aymer,
Car il fault en aimant avoir discretion:
Helas! je ne l'ay pas: car trop d'affection
Me vient trop folement tout le cueur enflammer.

D'un feu desesperé vous faictes consommer
Mon cueur, [qui va brulant]1 sans intermission,
Et si bien la fureur nourrit ma passion
Que la raison me fault, dont je me deusse armer.

Ah! guerissez moy donc de ma fureur extreme,
Afin qu'avec raison honorer je vous puisse,
Ou pardonnez au moins mes faultes à vous mesme,

Et le peché commis en tatant vostre cuisse:
Car je n'eusse touché en lieu si deffendu,
Si pour trop vous aymer mon sens ne fust perdu.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Alas, I cannot love you for loving you too much", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "que vous brulez"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Le ciel ne veut, Dame, que joüisse  [sung text checked 1 time]

Le ciel ne veut, Dame, que je jouysse
De ce doux bien que dessert mon devoir ;
Aussi ne veu-je, et ne me plaist d'avoir
Sinon du mal en vous faisant service.

Puisqu'il vous plaist que pour vous je languisse,
Je suis heureux, et ne puis recevoir
Plus grand honneur, qu'en [mourant, de]1 me voir
Faire à voz yeux de mon cœur sacrifice.

Donc si ma main, maugré moi, quelque fois
De l'amour chaste outrepasse les Loix,
Dans vostre sein cherchant ce qui m'embraise,

Punisses-la [du foudre]2 de [vos yeux]3,
Et la brules : car j'ayme beaucoup mieux
Vivre sans main, que ma main vous déplaise.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "trespassant"
2 Bertrand: "d'un seul trait"
3 Maletty: "tes yeux"
Modernized version:
Le Ciel ne veut, Dame, que je jouisse
De ce doux bien que dessert mon devoir ;
Aussi ne veux-je, et ne me plaît d'avoir
Sinon du mal en vous faisant service.

Puisqu'il vous plaît, que pour vous je languisse,
Je suis heureux, et ne puis recevoir
Plus grand honneur, qu'en mourant, de me voir
Faire à vos yeux de mon cœur sacrifice.

Donc si ma main, malgré moi, quelquefois
De l'amour chaste outrepasse les lois,
Dans votre sein cherchant ce qui m'embraise,

Punissez-la du foudre de vos yeux,
Et la brûlez : car j'aime beaucoup mieux
Vivre sans main, que ma main vous déplaise.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Je parangonne à ta jeune beauté [sung text checked 1 time]

Je [parangonne]1 à ta jeune beauté.
Qui toujours dure en son printemps nouvelle.
Ce mois d'avril qui ses fleurs renouvelle,
En sa plus gaie et verte nouveauté.

Loin devant toi [fuira]2 la cruauté :
Devant lui fuit la saison plus cruelle.
Il est tout beau, ta face est toute belle :
Ferme est son cours, ferme est ta loyauté :

Il peint les [bords, les forêts et les plaines]3,
Tu peins mes vers d'un [bel émail de fleurs :
Des laboureurs il arrose les peines]4,

[D'un vain espoir tu laves mes douleurs :
Du ciel sur l'herbe il fait tomber les pleurs]5,
Tu fais sortir de mes yeux deux fontaines.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I compare with your young beauty", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Gouvay: "compare"; further changes may exist not noted above.
2 Bertrand: "s'en fuyt"
3 Bertrand: "champs de dix mille couleurs"
4 Bertrand: "long émail de fleurs :/ D’un doux Zefyr il fait onder les plaines"
5 Bertrand: "Et toy mon cœur d’un soupir larmoyant :/ D’un beau cristal son front est rosoyant"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Marie, qui voudroit vostre nom retourne [sung text not yet checked]

Marie, qui voudroit vostre beau nom tourner, 
Il trouveroit Aimer: aimez-moi donq, Marie, 
Faites cela vers moi dont vostre nom vous prie, 
Vostre amour ne se peut en meilleur lieu donner: 

S'il vous plaist pour jamais un plaisir demener, 
Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie, 
Penduz l'un l'autre au col, et jamais nulle envie 
D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener. 

Si faut il bien aimer au monde quelque chose: 
Cellui qui n'aime point, cellui-là se propose 
Une vie d'un Scyte; et ses jours veut passer 

Sans gouster la douceur des douceurs la meilleure. 
E, qu'est-il rien de doux sans Venus? las! à l'heure 
Que je n'aimeray point puissai-je trépasser!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Marie, anyone who tried mixing up your lovely name", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Modernized spelling:
Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,
Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie,
Faites cela vers moi dont votre nom vous prie,
Votre amour ne se peut en meilleur lieu donner.

S'il vous plaît pour jamais un plaisir demener,
Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie,
Pendus l'un l'autre au col, et jamais nulle envie
D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener.

Si faut-il bien aimer au monde quelque chose :
Celui qui n'aime point, celui-là se propose
Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Sans goûter la douceur des douceurs la meilleure.
Eh, qu'est-il rien de doux sans Vénus ? las ! à l'heure
Que je n'aimerai point, puissé-je trépasser !

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Mignonne, baisez-moi [sung text not yet checked]

[Marie]1, baisez-moy ; non, ne me baisez pas,
Mais tirez moy le cœur de vostre douce haleine ;
Non, ne le tirez pas, mais hors de chaque veine
Succez-moy toute l'ame esparse entre vos bras ;

Non, ne la succez pas ; car apres le trespas
Que serois-je sinon une semblance vaine,
Sans corps, desur la rive, où l'amour ne demeine
(Pardonne moy, Pluton) qu'en feintes ses esbas ?

Pendant que nous vivons, entr'aimons nous, Marie,
Amour ne regne point sur la troupe blesmie
Des morts, qui sont sillez d'un long somme de fer.

C'est abus que Pluton ait aimé Proserpine ;
Si doux soing n'entre point en si dure poitrine :
Amour regne en la terre et non point en enfer.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Darling, kiss me", copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 de Bertrand: "Mignonne"; further changes may exist not shown above.


Researcher for this text: David Wyatt

?. Mon Dieu que ma tristesse est belle [sung text checked 1 time]

[Amour, amour, que ma maîtresse est belle !]1
Soit que j'admire ou ses yeux mes seigneurs,
Ou de son front la grâce et les honneurs,
Ou le vermeil de sa lèvre jumelle.

Amour, amour, que ma dame est cruelle !
Soit qu'un dédain rengrége mes douleurs.
Soit qu'un dépit fasse naître mes pleurs,
Soit qu'un refus mes plaies renouvelle.

Ainsi le miel de sa douce beauté
Nourrit mon cœur : ainsi sa cruauté
D'un fiel amer aigrit toute ma vie :

Ainsi repu d'un si divers repas,
Ores je vis, ores je ne vis pas,
Égal au sort des frères d'Œbalie.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Love, o Love, my mistress is so beautiful!", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand uses the first line of the alternative version, "Mon Dieu, mon Dieu, que ma maistresse est belle"; the rest is the same.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. O Dieux, permettez moy que celle qui cause ma douleur [sung text not yet checked]

O Dieux, permettez moy que celle qui cause ma douleur
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

?. O doux plaisir [sung text not yet checked]

O doux plaisir
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

?. Oeil qui mes pleurs de tes rayons essuye [sung text checked 1 time]

Oeil, qui mes pleurs de tes rayons essuye',
Sourci, mais ciel des autres le greigneur,
Front estoylé, Trophée à mon Seigneur,
Qui dans ton jour ses despouilles étuye:

Gorge de marbre, où la beaulté s'appuye,
Col Albastrin emperlé de bonheur,
Tetin d'ivoyre où se niche l'honneur,
Sein dont l'espoyr mes travaulx desennuye:

Vous avez tant appasté mon desir,
Que pour souler la faim de son plaisir,
Et nuict et jour il fault qu'il vous revoye.

Comme un oyseau, qui ne peult sejourner,
Sans revoler, tourner, et retourner,
Aux bordz congneuz pour y trouver sa proye.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Eye, which with your glance wipes away my tears", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Pour-ce que tu sçay bien [sung text not yet checked]

   Pour-ce que tu sçais bien que je t'aime trop mieus, 
Trop mieus dix mille fois que je ne fais ma vie, 
Que je ne fais mon coeur, ma bouche, ni mes yeus, 
Plus que le nom de mort tu fuis le nom d'amie. 

   Si je faisois semblant de n'avoir point envie 
D'estre ton serviteur, tu m'aimerois trop mieus, 
Trop mieus dix mille fois que tu ne fais ta vie, 
Que tu ne fais ton coeur, ta bouche, ni tes yeus. 

   C'est d'amour la coustume, alors que plus on aime 
D'estre tousjours hay: je le sçai par moi-mesme 
Qui suis hay de toi, seulement quand tu m'ois 

   Jurer que je suis tien: helas! que doi-je faire? 
Tout ainsi qu'on garist un mal par son contraire, 
Si je te haïssois, soudain tu m'aimerois.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Because you know very well", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Quand ma maistresse au monde print naissance [sung text checked 1 time]

Quand ma maitresse au monde print naissance, 
Honneur, Vertu, Grace, Savoir, Beauté 
Eurent debat avec la Chasteté 
Qui plus auroit [sus]1 elle de puissance. 

L'une vouloit en avoir joüyssance, 
L'autre vouloit l'avoir de son costé, 
Et le debat immortel eust esté 
Sans Jupiter, qui [leur posa]2 silence. 

Filles, dit-il, ce n'est pas la raison 
[Que l'une seule ait si belle maison,]3 
Pour-ce je veus qu'apointement on face: 

L'accord fut fait: et plus soudainement 
Qu'il ne l'eut dit, toutes également 
En son beau cors pour jamais [prindrent]4 place.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "When my mistress was born into the world", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 de Maletty: "sur"
2 de Maletty, de Monte: "fist fair"
3 de Maletty, de Monte: "Qu'une pour elle ait toute la maison"; one part (only) in Bertrand's version has the combined text "Que l’une seule ait toute la maison"
4 de Maletty: "eurent"

Researcher for this text: David Wyatt

?. Qui voudra voir dedans une jeunesse [sung text not yet checked]

Qui voudra voir dedans une jeunesse
La beauté jointe avec la chasteté,
L'humble douceur, la grave majesté,
Toutes vertus et toute gentilesse;

Qui voudra voir les yeux d'une déesse
Et de nos ans la seule nouveauté,
De ceste dame oeillade la beauté,
Que le vulgaire appelle ma maistresse.

Il apprendra comme Amour rit et mord,
Comme il guarit, comme il donne la mort;
[Puis il dira, voyant chose si belle:

Heureux, vraiment, heureux qui peut avoir
Heureusement cet heur que de la voir,
Et plus heureux qui meurt pour l'amour d'elle!]1

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Whoever would like to see within one young lady", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 variant:
Puis il dira: Quelle estrange nouvelle!

Du ciel la terre empruntoit sa beauté;
La terre au ciel maintenant a osté
La beauté mesme, ayant chose si belle.

Researcher for this text: David Wyatt

?. Sommeillez vous [sung text not yet checked]

Sommeillez vous
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

?. Telle est dedans ma souvenance [sung text not yet checked]

Telle est dedans ma souvenance
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

?. Tes yeux divins [sung text not yet checked]

Tes yeux divins me promettent le don
Qui d'un espoir me renflamme et renglace.
Las! mais j'ay peur qu'ils tiennent de la race
De ton ayeul le roy Laomedon.

Au flamboyer de leur double brandon
De peu à peu l'esperance m'embrasse,
Ja prevoyant par l'accueil de leur grace,
Que mon service aura quelque guerdon.

Tant seulement ta bouche m'espouvante,
Bouche vrayment qui, prophete, me chante
Tout le rebours de tes yeux amoureux.

Ainsi je vis, ainsi je meurs en doute;
L'un me rappelle et l'autre me reboute,
D'un seul objet heureux et mal-heureux.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Your divine eyes", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: David Wyatt

?. Tout me déplait [sung text checked 1 time]

Tout me déplait, mais rien ne m'est si gref,
Que ne voir point les beaus yeus de ma Dame,
Qui des plaisirs les plus dous de mon ame
Avéques eus ont emporté la clef.

Un torrent d'eau s'écoule de mon chef:
Et tout confus de soupirs je me pâme,
Perdant le feu, dont la [divine]1 flame
Seule guidoit de mes pensers la nef.

Depuis le jour, que je senti sa braise,
Autre beauté je n'ai veu, qui me plaise,
Ni ne verrai. Mais bien puissai-je voir

Qu'avant mourir seulement cette Fere
D'un seul tour d'oeil promette un peu d'espoir
Au coup d'Amour, dont je me desespere.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Everything displeases me", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Bertrand: "drillante"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Tutto lo giorno piango [sung text not yet checked]

Tutto lo giorno piango
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

?. Veu que tu es plus blanche que le liz [sung text not yet checked]

Vu que tu es plus blanche que le lis,
Qui t'a rougi ta lèvre vermeillette
D'un si beau teint ? Qui est-ce qui t'a mis
Sur ton beau sein cette couleur rougette ?

Qui t'a noirci les arcs de tes sourcils ?
Qui t'a bruni tes beaux yeux, ma maîtresse ?
Ô grand beauté remplie de soucis,
Ô grand beauté pleine de grand liesse !

Ô douce, belle, honnête cruauté,
Qui doucement me contraint de te suivre,
Ô fière, ingrate, et fâcheuse beauté,
Avecque toi je veux mourir et vivre.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "Since you are whiter than the lily", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Vous ne le voulez pas ? [sung text not yet checked]

Vous ne le voulez pas? et bien, j'en suis contant, 
Contre vostre rigueur Dieu me doint patience, 
Devant qu'il soit vingt ans j'en auray la vengence, 
Voiant ternir vos yeus qui me travaillent tant. 

On ne voit amoureus au monde si constant 
Qui ne perdist le coeur, perdant sa recompense: 
Quant à moi, si ne fust la longue experience, 
Que j'ay, de soufrir mal, je mourrois à l'instant. 

Toutesfois quand je pense un peu dans mon courage 
Que je ne suis tout seul des femmes abusé, 
Et que de plus rusés en ont reçeu dommage, 

Je pardonne à moimesme, et m'ay pour excusé: 
Car vous qui me trompés en estes coutumiere, 
Et qui pis est, sur toute en beauté la premiere.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "You don't want to?", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

?. Pareil j'egalle au soleil que j'adore [sung text checked 1 time]

Pareil j'egalle au soleil que j'adore
L'autre soleil. Cestuy là de ses yeulx
Enlustre, enflamme, enlumine les cieulx
Et cestuy ci toute la terre honore.

L'art, la Nature et les Astres encore
Les Elements, les Graces et les Dieux
Ont prodigué le parfaict de leur mieux,
Dans son beau jour qui le nostre décore.

Heureux, cent foys heureux, si le destin
N'eust emmuré d'un fort diamantin
Si chaste cuoeur dessoubz si belle face:

Et plus heureux si je n'eusse arraché
Mon cuoeur de moy, pour l'avoyr attaché
De cloudz de feu sur le froid de sa glace.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , "I consider equal to the sun which I adore", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]