Mélodies - 2ème volume

by Reynaldo Hahn (1874 - 1947)

Word count: 2218

1. Quand la nuit n'est pas étoilée [sung text checked 1 time]

[ ... ]

9. Quand la nuit n'est pas étoilée,
Viens te bercer aux flots des mers ;
Comme la mort elle est voilée,
Comme la vie ils sont amers.

10. L'ombre et l'abîme ont un mystère
Que nul mortel ne pénétra ;
C'est Dieu qui leur dit de se taire
Jusqu'au jour où tout parlera !

11. D'autres yeux de ces flots sans nombre
Ont vainement cherche le fond ;
D'autres yeux se sont emplis d'ombre
A contempler ce ciel profond.

12. Toi, demande au monde nocturne
De la paix pour ton cœur désert !
Demande une goutte à cette urne !
Demande un chant à ce concert !

13. Plane au-dessus des autres femmes,
Et laisse errer tes yeux si beaux
Entre le ciel où sont les âmes 
Et la terre où sont les tombeaux !

Authorship

Researcher for this text: Ted Perry

2. Cantique sur le bonheur des justes et sur le malheur des réprouvés [sung text checked 1 time]

Heureux, qui de la Sagesse
Attendant tout son secours,
N'a point mis en la Richesse
L'espoir de ses derniers jours.
La mort n'a rien qui l'étonne ;
Et dès que son Dieu l'ordonne,
Son âme prenant l'essor
S'élève d'un vol rapide
Vers la demeure, où réside
Son véritable trésor.

De quelle douleur profonde
Seront un jour pénétrés
Ces insensés, qui du monde,
Seigneur, vivent enivrés ;
Quand par une fin soudaine
Détrompés d'une ombre vaine,
Qui passe, et ne revient plus,
Leurs yeux du fond de l'abîme
[Près de]1 ton trône sublime
Verront briller tes Elus !

[ ... ]

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Hahn: "Devant"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. La délaissée [sung text checked 1 time]

[Oh]1 ! je ne savais pas qu'il pouvait m'être doux
  Après tant de jours de misère,
De me ressouvenir et de parler de vous
  Comme un sœur ferait d'un frère.

Tout nous a séparés et tout nous réunit,
  Ma pensée est votre pensée ;
Un sentiment de paix que rien ne définit
  Vient visiter la délaissée !

Nous sommes aimés et nous aimons encor,
  C'est là le meilleur de nous-mêmes !
Et quels que soient les coups dont nous frappe le sort,
  Je t'aime, et je sais que tu m'aimes !

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Korin Kormick) , "The Forsaken Woman", copyright © 2004, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Augustine-Malvina Souville Blanchecotte, Les Militantes, Poésies, Paris, Éd. Alphonse Lemerre, 1875, page 64.

1 Hahn: "Ah"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. La chère blessure [sung text checked 1 time]

[ ... ]

Comme d'un sein ouvert la main arrache une arme
Le remords déchirait mon cœur pour le guérir ;
J'en avais arraché ton nom, sans une larme !
Sans [pressentir]1 qu'un jour il m'en faudrait mourir.

Mais le [calme est menteur]2 lorsque l'âme est profonde,
Le [sentiment]3 survit au courage envolé :
Bientôt s'éteint l'espoir que l'illusion fonde,
On s'écoute souffrir, plus seul, plus désolé.

[ ... ]

Ah ! puisque je n'ai pu déraciner ma peine,
Et puisque [mon]4 regret sanglote encore en moi,
Je souris à ce mal qui vers toi me ramène,
Je chéris ma douleur, qui me parle de toi !

[ ... ]

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Rê̂̂̂ves et rêalités par Mme A. M. Blanchecotte, Paris, Didier et Cie, 1870, pages 95-96.

1 Hahn: "me douter"
2 Hahn: "remords est vain"
3 Hahn: "souvenir"
4 Hahn: "ton"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Théone [sung text checked 1 time]

Sauvons-nous du souci d'un jour!
Théone, cédons à l'amour,
Cédons à Vénus Cyprienne
Que le myrte à la verveine tors
(D'autres diront la vie est ses torts!)
Peinture tes chevuex que l'écaille hausse.
Je dirai la vipère au bandeau 
Des femmes de la Thrace, et l'eau 
Sacrée de la fontaine Tilfosse.
Fais ton corps docile au coussin,
Ceinturée de perles indiques.
Je dirai, comme au doux essaim
Des Favones rouvrent leur sein,
Les gracieuses heures véridiques.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "Theona", copyright © 2006, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Le souvenir d'avoir chanté [sung text checked 1 time]

Le souvenir d'avoir chanté
Au soleil, sous l'azur céleste,
Est l'infini trésor qui reste
Aux cigales après l'été.

Quel est, vieux gitane éreinté,
Ton recours quand tout te moleste?
Le souvenir d'avoir chanté
Au soleil sous l'azur céleste!

Quand un autre aura ta beauté,
Mésange, et ton rire et ton geste,
Mon coeur, en son ombre funeste,
Gardera, comme une clarté,
Le souvenir d'avoir chanté.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , "The memory of having sung", copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Ted Perry

7. Quand je fus pris au pavillon [sung text checked 1 time]

   Quant je fus prins ou pavillon
De ma dame tresgente et belle,
Je me brulay à la chandelle,
Ainsi que fait le papillon :
   Je rougiz comme vermeillon,
Aussi flambant qu'une estincelle,
Quant je fus prins ou pavillon,
De ma Dame tresgente et belle.
   Si j'eusse esté esmerillon
Ou que j'eusse eu aussi bonne aile,
Je me feusse gardé de celle
Qui me bailla de l'aiguillon
Quant je fus prins ou pavillon.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Iain Sneddon) , "When I was held in the pavilion", copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English [singable] (Gertrude Norman)

Confirmed with Poésies complètes de Charles d'Orléans, revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault E. Flammarion, Paris, 1915, page 105.

Hahn's setting uses modernized spelling:

Quand je fus pris au pavillon
De ma dame, très gente et belle,
Je me brûlai à la chandelle,
Ainsi que fait le papillon :
   Je rougis comme vermillon,
A la clarté d'une étincelle,
Quand je fus pris au pavillon
De ma dame très gente et belle.
   Si j'eusse été esmerillon
Ou que j'eusse eu aussi bonne aile,
Je me fusse gardé de celle
Qui me bailla de l'aiguillon
Quand je fus pris au pavillon.


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Ted Perry , Iain Sneddon [Guest Editor]

8. Chanson au bord de la fontaine [sung text checked 1 time]

O blanches colombes du soir,
Quand je viendrai m'asseoir
Sur la pierre de la fontaine,
A l'heure où tout est noir,
Je vous dirai ma grande peine
Et mon espoir.

O blanches colombes du soir,
Envoyez alors votre reine sur le lavoir;
Je lui dirai pourquoi je traîne
ce désespoir;
Je lui dirai ma grande peine
Et mon espoir.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. Sur l'eau [sung text checked 1 time]

Je n'entends que le bruit de la rive et de l'eau,
Le chagrin résigné d'une source qui pleure
Ou d'un rocher qui verse une larme par heure,
[Et]1 le vague frisson des feuilles de bouleau.

Je ne sens pas le fleuve entraîner le bateau,
Mais c'est le bord fleuri qui passe, et je demeure ;
Et dans le flot profond, que de mes yeux j'effleure,
Le ciel bleu renversé tremble comme un rideau.

On dirait que cette onde en sommeillant serpente,
Oscille, et ne sait plus le côté de la pente :
Une fleur qu'on y pose hésite à le choisir.

Et, comme cette fleur, tout ce que l'homme envie
Peut se venir poser sur le flot de ma vie,
Sans désormais m'apprendre où penche mon désir.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "On the water", copyright © 2017
  • SPA Spanish (Español) (Elisa Rapado) , "En el agua", copyright © 2020, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Hahn: "Ou"

Researcher for this text: Ted Perry

10. Fumée [sung text checked 1 time]

Compagne de l'ether, indolente fumée,
Je te ressemble un peu...
Ta vie est d'un instant, la mienne est consumée;
Mais nous sortons du feu.

L'homme pour subsister, en recueillant la cendre,
Qu'il use ses genoux,
Sans plus nous soucier et sans jamais descendre,
Evanouissons-nous!

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

11. Le Printemps [sung text checked 1 time]

Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses des lilas fleurissent.
Les amantes, qui te chérissent
Délivrent leurs cheveux flottants.

Sous les rayons d'or éclatants
Les anciens lierres se flétrissent.
Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses des lilas fleurissent.

Couchons-nous au bord des étangs,
Que nos maux amers se guérissent !
Mille espoirs fabuleux nourrissent
Nos cœurs émus et palpitants.
Te voilà, rire du Printemps !

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "Spring", copyright © 2016
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Der Lenz", copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Elaine Marie Ortiz-Arandes) , "Frühling", copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission
  • SPA Spanish (Español) (Elisa Rapado) , "La primavera", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Ted Perry

13. Les fontaines [sung text checked 1 time]

Pour que ton rire [pur]1, jeune, tendre et léger,
    S'épanouisse en fleur sonore,
Il faut qu'avril verdisse aux pousses du verger,
    Plus vertes d'aurore en aurore,

Il faut que l'air égal annonce le printemps
    Et que la première hirondelle
Rase d'un vol aigu les roseaux de l'étang
    Qui mire son retour fidèle !

Mais, quoique l'écho rie à ton rire avec toi,
    Goutte à goutte et d'une eau lointaine,
N'entends-tu pas gémir et répondre à ta voix
    La plainte faible des fontaines ?

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "The fountains", copyright © 2018
  • GER German (Deutsch) (Elaine Marie Ortiz-Arandes) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Hahn: "clair"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

14. À Chloris [sung text checked 1 time]

S'il est vrai, Chloris, que tu m'aimes,
Mais j'entends, que tu m'aimes bien,
Je ne crois point que les rois mêmes
Aient un bonheur pareil au mien.

Que la mort serait importune
De venir changer ma fortune
A la félicité des cieux!

Tout ce qu'on dit de l'ambroisie
Ne touche point ma fantaisie
Au prix des grâces de tes yeux.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "To Chloris", copyright © 2013
  • ENG English [singable] (Peter Low) , "A Chloris", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Elaine Marie Ortiz-Arandes) , "An Chloris", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • SPA Spanish (Español) (Elisa Rapado) , "A Chloris", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • SPA Spanish (Español) (José Miguel Llata) , "A Chloris", copyright © 2020, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Ted Perry

15. Le rossignol des lilas [sung text checked 1 time]

O premier rossignol qui viens
Dans les lilas, sous ma fenêtre,
Ta voix m'est douce à reconnaître!
Nul accent n'est semblable au tien!

Fidèle aux amoureux liens,
Trille encor, divin petit être!
O premier rossignol qui viens
Dans les lilas, sous ma fenêtre!

Nocturne ou matinal, combien
Ton hymne à l'amour me pénètre!
Tant d'ardeur fait en moi renaître
L'écho de mes avrils anciens,
O premier rossignol qui viens!

Authorship

Researcher for this text: Ted Perry

16. À nos morts ignorés [sung text checked 1 time]

Il n'est pas besoin d'une pierre
Aux lieux où reposent nos morts.
Notre cœur est leur cimetière
Qui garde, vivant reliquaire
Leur souvenir comme un trésor.
 
Il n'est pas besoin de couronnes
Pour fleurir leur dernier repos ;
Le seule palme qu'on leur donne
Survit aux rouilles de l'automne
Et pousse à l'ombre du drapeau.
 
Il n'est pas besoin de prière
Pour leur ouvrir le paradis,
Car Dieu reçoit, en sa lumière,
Ceux qui l'ont bien servi sur terre
Et qui meurent pour leur patrie.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , "To our unknown dead", copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Jacques L'oiseleur des Longchamps

17. Ma jeunesse [sung text checked 1 time]

Ma jeunesse, toujours brisée,
Comme une forêt par le vent,
Garde encore assez de rosée
Pour briller au soleil levant.

Ma jeunesse, toujours remplie
Par l'amour ou le désespoir,
Garde encore assez de folie
Pour aimer leur mortel pouvoir!

Ma jeunesse, aux fleurs finissantes,
Garde encore, malgré les jours,
Ce charme frêle des absentes,
Qui semblent être là, toujours.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , "My youth", copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Ted Perry

18. Le plus beau présent [sung text checked 1 time]

Tu m'as donné un coussin de soie,
Un brûle-parfums d'un art persan;
Tu m'as donné ton rire et ta joie,
Ta peau jeune où court ton sang.

Tu m'as donné tes jours de vacances,
Des larmes d'adieu en me quittant,
Des lettres d'amour sans innocence,
Des portraits compremetants,

Tu m'as donné tes bouquets de roses,
Ton long corps blond sur mon lit défait
Je suis confus de toutes ces choses,
Accablé de tes bienfaits.

O chère enfant, généreuse et folle,
Tu m'as tout donné, je le sais bien,
Sauf la toute petite parole
Qui m'aurait fait tant de bien!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , "The most beautiful gift", copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Ted Perry

19. Puisque j'ai mis ma lèvre [sung text checked 1 time]

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encore pleine;
Puisque j'ai [dans tes mains]1 posé mon front pâli;
Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine
De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli;

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire
Les mots où se répand le coeur mystérieux;
Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire
Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux;

[ ... ]

Je puis maintenant dire aux rapides années:
- Passez! passez toujours! je n'ai plus à vieillir!
Allez-vous-en avec vos fleurs toutes fanées;
J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir!

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre
Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.
Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre!
Mon coeur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Amy Pfrimmer) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission
  • RUS Russian (Русский) (Elena Kalinina) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Hahn: "sur ton front"

Researcher for this text: Ted Perry

20. La douce paix [sung text checked 1 time]

C'est la paix, c'est la douce paix,
la paix maternelle et féconde,
Qui sourit sous tous les aspects
De la nature blanche, ou verte, ou blonde!
C'est la paix, c'est la douce paix.

C'est la paix aux mains d'or,
C'est la paix au front rose
Et qui n'admet sur ses autels
Que le sang de la vigne et le sang de la rose,
C'est l'immortelle paix, chère à tous les mortels!

Sans rancoeur, dès qu'on la rappelle
Elle revient, avec son grand geste indulgent,
Toujours aussi jeune, aussi belle,
Et portant l'olivier d'argent.

Elle était exilée au pays de chimère
Là voici reconnue, elle a repris son rang.
Et comme des enfants qui retrouvent leur mère
Nous sommes jetlés dans ses bras en pleurant!

C'est la paix, c'est la douce paix,
la paix maternelle et féconde.
Chantons sous les rameaux épais
Et menons en chantant al ronde
Autour le monde!

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Tyson Deaton) , "The sweet peace", copyright © 2005, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Tyson Deaton